Le Braconnier du lac perdu

Je regarde autour de moi en soupirant. Je suis morte de fatigue. Quitter la maison en provoquant une guerre civile, ça épuise émotionnellement. Pis j'ai faim.
Patrick Senécal - Aliss
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 22 août

Contenu

Roman - Policier

Le Braconnier du lac perdu

Musique - Disparition MAJ mercredi 03 octobre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Peter May
The Chessmen - 2012
Traduit de l'anglais par Jean-René Dastugue
Rodez : Le Rouergue, septembre 2012
300 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-8126-0397-6
Coll. "Noir"

Actualités

  • 04/07 Librairie: Sélections de l'été 2015 de la librairie Compagnie
    Cela ne vous aura sûrement pas échappé mais c'est l'été. Et avec l'été, les différents magazines littéraires, les suppléments des quotidiens, les blogs et les sites de librairie y vont de leurs sélections de l'été. Eh oui, car la saison - comme toutes les autres, d'ailleurs ! - est propice à la lecture, cette fois-ci farniente. Et quoi de mieux, si l'on n'a absolument pas envie de réfléchir, de reposer ses neurones, que de lire des romans policiers ? L'ironie des propos ne vous aura pas échappé, et en ce qui concerne les sélections de la Librairie Compagnie (58, rue des Écoles - 75005 Paris. Tél. : 01.43.26.45.36), certains ouvrages - on pense à ceux parus à la "Série Noire" de Thomas Bronnec, D.O.A. et Dominique Manotti ou à Après la guerre de Hervé Le Corre chez Rivages - vont véritablement à l'encontre de cette littérature de gare ayant débarqué à la plage. Et puis surtout le très conséquent Hérétiques de Leonardo Padura présent dans la première sélection, la seule à être réduite à quatre titres, dont deux de littératures policières. La seule sélection intéressante car mêlant tous les genres et obligeant de par son nombre réduit à faire des choix personnels. Sinon, les grands formats et les poches sont en nombre conséquent (treize et vingt-huit) ce qui peut déconcerter - d'autant plus qu'il est difficile d'y voir une cohérence (hormis l'affection pour Peter May), mais il faut viser un large public. Quoi qu'il en soit, ces sélections remettent certains ouvrages en avant (et nombre d'entre eux sont sur k-libre. Ne boudons pas ce plaisir. Bon été !

    Les Livres de l'été :
    - Pour que tu ne te perdes paq dans le quartier, de Patrick Modiano (Gallimard, "NRF") ;
    - Hérétiques, de Leonardo Padura (Métailié) ;
    - Les Initiés, de Thomas Bronnec (Gallimard, "Série Noire") ;
    - 1177 avant J.-C. : le jour où la civilisation s'est effondrée, d'Eric Cline (La Découverte).

    Romans policiers grand format :
    - Les Nuits de Reykjavik, d'Arnaldur Indridason (Métailié, "Noir") ;
    - Retour à Watersbridge, de James Scott (Le Seuil, "Policiers") ;
    - Les Initiés, de Thomas Bronnec (Gallimard, "Série Noire") ;
    - Temps glaciaires, de Fred Vargas (Flammarion) ;
    - Dans la ville en feu, de Michael Connelly (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente...) ;
    - Les Ombres de Katyn, de Philip Kerr (Le Masque, "Grand format") ;
    - Or noir, de Dominique Manotti (Gallimard, "Série Noire") ;
    - La Violence en embuscade, de Dror Mishani (Le Seuil, "Policiers") ;
    - La Chasse au trésor, de Andre Camilleri (Fleuve, "Noir") ;
    - Perfidia, de James Ellroy (Rivages, "Thriller") ;
    - Pu-Khtu Primo, de D.O.A. (Gallimard, "Série Noire") ;
    - La Fille du train, de Paula Hawkins (Sonatine) ;
    - Le Garçon qui ne parlait pas, de Donna Leon (Calmann-Lévy).

    Polars en poche :
    - Citoyens clandestins, de D.O.A. (Folio, "Policier") ;
    - L'Homme de Lewis, de Peter May (Babel, "Noir") ;
    - L'Île des chasseurs d'oiseaux, de Peter May (Babel, "Noir") ;
    - Le Braconnier du lac perdu, de Peter May (Babel, "Noir") ;
    - Nous cheminions entourés de fantômes aux fronts troués, de Jean-François Vilar (Points, "Romans noirs") ;
    - Délivrance, de Jussi Adler-Olsen (Le Livre de poche, "Thriller") ;
    - Yeruldelgger, de Ian Manook (Le Livre de poche, "Policier") ;
    - Ceux qui tombent, de Michael Connelly (Le Livre de poche, "Policier") ;
    - Prague fatale, de Philip Kerr (Le Livre de poche, "Policier") ;
    - Pain, éducation, liberté, de Pétros Márkaris (Points, "Policier) ;
    - Journal 1966-1974, de Jean-Patrick Manchette (Folio) ;
    - Police, de Jo Nesbø (Folio, "Policier") ;
    - Black-out, de John Lawton (10-18, "Domaine policier") ;
    - Les Douze enfants de Paris, de Tim Willocks (Pocket, "Thriller") ;
    - Les Impliqués, de Zygmunt Miloszewski (Pocket, "Policier") ;
    - Trois cercueils se referment, de John Dickson Carr (Le Masque, "Masque jaune") ;
    - Meurtre à Tombouctou, de Moussa Konaté (Points, "Policiers") ;
    - Je suis pilgrim, de Terry Hayes (Le Livre de poche, "Thriller") ;
    - Le Duel, d'Arnaldur Indridason (Points, "Policiers") ;
    - La Sirène, de Camilla Läckberg (Babel, "Noir") ;
    - Après la guerre, de Hervé Le Corre (Rivages, "Noir") ;
    - Deux veuves pour un testament, de Donna Leon (Points, "Policiers") ;
    - Une disparition inquiétante, de Dror Mishani (Points, "Policiers") ;
    - Au service surnaturel de sa majesté, de Daniel O'Malley (Pocket, "Thriller") ;
    - La Disparue d'Angel Court, de Anne Perry (10-18, "Grands détectives") ;
    - Dragon bleu, tigre blanc, de Qiu Xiaolong (Points, "Policiers") ;
    - Le Sceau du diable, de Peter Tremayne (10-18, "Grands détectives") ;
    - D., de Robert Harris (Pocket, "Thriller).
    Liens : Les Nuits de Reykjavik |Temps glaciaires |Les Ombres de Katyn |Or noir |La Violence en embuscade |Perfidia |La Fille du train |Le Garçon qui ne parlait pas |L'Homme de Lewis |L'Île des chasseurs d'oiseaux |Délivrance |Délivrance |Yeruldegger |Ceux qui tombent |Prague fatale |Pain, éducation, liberté |Police |Meurtre à Tombouctou |Je suis pilgrim |Le Duel |Le Duel |La Sirène |La Sirène |Après la guerre |Une disparition inquiétante |La Disparue d'Angel Court |Dragon bleu, tigre blanc |Leonardo Padura |Arnaldur Indridason |Fred Vargas |Michael Connelly |Philip Kerr |Dominique Manotti |James Ellroy |Donna Leon | D.O.A. |Peter May |Jussi Adler-Olsen |Ian Manook |Pétros Márkaris |Jean-Patrick Manchette |Jo Nesbø |Zygmunt Miloszewski |John Dickson Carr |Camilla Läckberg |Hervé Le Corre |Anne Perry |Qiu Xiaolong |Peter Tremayne

  • 17/01 Édition: Parutions de la semaine - 17 janvier
  • 15/02 Édition: Parutions de la semaine - 15 février
  • 05/10 Édition: Parutions de la semaine - 5 octobre

Fugue écossaise

Curieux itinéraire que celui de Peter May (à ne pas confondre avec le Peter Mayle des Chroniques provencales), qui commença par une suite chinoise pour revenir dans son Écosse natale, ou plutôt les îles Hébrides, avec son personnage de Fin, policier en retraite. Ce roman qui doit clore la trilogie rappelle le séminal Le Chanteur de la romancière anglaise Cathi Unsworth, dont on ne dira jamais assez de bien. Même construction en deux époques, même description des tensions au sein d'un groupe de rock ou assimilé, et la recherche de la vérité mènera Fin à Malaga au lieu du Lisbonne d'Unsworth. Cette ressemblance tient moins d'une volonté plagiaire bien improbable que du fait que les deux romans parlent des mêmes thèmes : le temps qui passe inexorablement, les amitiés trahies ou vieillissantes, le tout sur une trame policière classique qui est plus prétexte à disséquer la vérité des âmes.

Le point de départ est donc classique : lorsqu'un loch s'assèche suite à un phénomène naturel, on y trouve un avion qui appartenait à Roddy, disparu depuis dix-sept ans. Roddy, musicien d'Aman, groupe composé d'anciens amis de Fin, assemblage d'individualités conflictuelles autour de la belle Mairead, visage d'ange cachant peut-être un démon calculateur...

L'impression générale est beaucoup plus mélancolique que le bijou de Cathi Unsworth, correspondant bien à une terre rude, âpre, de celles que tous rêvent de quitter — à l'exception de Whistler, flûtiste du groupe qui, lui, choisit de rester. Et là où Le Chanteur était résolument urbain, voire Londonien, cette terre insulaire est un personnage à part entière du roman, occasion de très belles pages de descriptions faisant toucher sa beauté sauvage et brumeuse. Car ce roman, en plus d'être d'une grande finesse psychologique, est remarquablement bien écrit (et, bien sûr, remarquablement bien traduit). Que demander de plus ?


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°47 |La Tête en noir n°158

Citation

Sur l'île, personne ne fermait sa porte, et de toute façon, qui aurait volé un homme qui ne possédait rien ?

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 28 août 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page