La Preuve de sang

Malgré mes années d'absence, malgré mon envie d'être loin d'ici, je sentais encore que je connaissais bien ces gens et que je pourrais les amener à me dire au moins un semblant de vérité
Brian Gruley - Starvation Lake
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 24 août

Contenu

Roman - Noir

La Preuve de sang

Assassinat MAJ mardi 01 janvier 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,1 €

Thomas H. Cook
Evidence of Blood - 1991
Traduit du français par Gaëtane Lambrigot, revu et complété par Béatrice Durupt
Paris : Folio, septembre 2012
468 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-044823-4
Coll. "Policier", 666

Enquête en terre natale

Un homme peut-il vivre sans savoir d'où il vient ? C'est la question que pose La Preuve de sang, roman dans lequel Thomas H. Cook explore une fois de plus l'un de ses thèmes de prédilection, la filiation. Jackson Kinley, écrivain à succès qui étudie de grandes affaires criminelles pour en faire des livres, interrompt l'une de ses enquêtes lorsqu'on lui annonce la mort soudaine de son meilleur ami, Ray Tindall : de retour dans sa petite ville natale de Géorgie pour assister aux obsèques, découvrant que la mort de son ami est entourée de mystères, il décide de rester pour les élucider. Il apprend que Ray, pendant les derniers mois de sa vie, s'était mis à fouiller dans une vieille histoire de meurtre qui semblait avoir conduit un innocent sur la chaise électrique. Pour Kinley, qui a quitté sa ville natale et fui son passé, l'heure de vérité a sonné : car l'auteur nous laisse vite entrevoir qu'en marchant sur les pas de son ami pour tenter de résoudre l'énigme du meurtre d'Elli Dinker et comprendre, du même coup, ce qui a pu mener Ray à la mort, Kinley se lance sans le savoir sur les traces de son propre passé. Lui revient sans cesse cette question posée par Ray quelques mois avant sa mort : "C'est mieux de savoir, tu ne penses pas, Kinley ? Quel qu'en soit le prix ?"

Dans ce roman qui tisse habilement enquête criminelle et quête personnelle, le mystère est d'autant plus inquiétant qu'on pressent que l'enquête va mener le personnage à une zone interdite ; que sitôt la ligne franchie, il ne pourra plus faire demi-tour. Cette ligne, c'est le seuil d'une petite maison bien cachée au cœur du canyon qui devient, au fil du récit, une métaphore persistante de la quête de l'origine. Un "endroit parfait. Impossible à trouver si on ne cherche pas vraiment." Ray et Kinley, adolescents, ont tenté en vain de la trouver. Une crise d'asthme de Kinley a interrompu leurs recherches. Il lui faudra reprendre le chemin pour découvrir, enfin, le secret de son origine. Et pour répondre à la question de Ray. Car si la tension, au fil de l'enchâssement des enquêtes et de la multiplication des énigmes, portée à son comble lorsque Kinley descend au fond d'un puits, se relâche rarement, la découverte de la vérité, aussi terrible soit-elle, apporte un imprévisible apaisement. Kinley va pouvoir cesser de fuir. Il semble prêt à rompre sa solitude. Oui, quel qu'en soit le prix, c'est mieux de savoir.

Citation

Maintenant, Kinley savait pourquoi Overton s'était effondré à la première accusation et s'était finalement traîné à travers la pièce jusqu'à la chaise électrique qui l'attendait, comme une mère, les bras tendus.

Rédacteur: Camille Deltombe lundi 15 octobre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page