Tatouage

Véronique ressent le besoin pressant de boire un nouveau café. Elle actionne la machine Nespresso qu'elle a payée avec ses propres deniers, n'ayant jamais compté sur son administration pour satisfaire ce besoin absolument nécessaire à son enquête. L'arabica est le carburant des enquêteurs, dit-elle souvent.
Gérard Muller - Cockpit
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 21 septembre

Contenu

Roman - Noir

Tatouage

Hard boiled - Drogue - Assassinat MAJ mercredi 17 octobre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6,6 €

Manuel Vásquez Montalbán
Tatuaje - 1976
Traduit du catalan (Espagne) par Michèle Gazier, Georges Tyras
Paris : Points, septembre 2012
246 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-2264-7
Coll. "Roman noir", 2882

Actualités

  • 14/09 Édition: Parutions de la semaine - 14 septembre
    Les éditions du Seuil font paraitre le nouveau roman de Brigitte Aubert, La Ville des serpents d'eau, et l'on se dit qu'il s'en trouvera bien un à la rédaction pour plonger dans cette sombre histoire qui se base sur le honteux et dramatique secret des habitants de Ennatown. Pourquoi met-on ce roman en avant ? C'est parce que dans une semaine très chargée, il faut rendre à Brigitte Aubert ce qui est à Brigitte Aubert. Ses parutions se font rares, mais elles conservent ce style ferme qui est le sien.
    Les éditions Gallimard annoncent leur rentrée littéraire avec deux romans de la "Série noire" : I cursini, d'Alix Deniger, dont l'action se déroule au milieu des autonomistes corses (tiens, tiens, étonnant, non ?), et Les Anges noirs, une enquête sur fond informatique de l'Islandais Ævar Orn Josepsson. Deux romans totalement opposés par la géographie et les thèmes abordés.
    La rédaction, qui a quand même un peu lu, a trouvé fort appréciable Blood Hollow, un western, évidemment car c'est à la mode, crépusculaire de William Kent Krueger (Le Cherche midi), Pike, de Benjamin Whitmer (qui rappellera par certains aspects le personnage de Parker de l'ami Richard Stark), chez Gallmeister, et Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc chez Métailié - nous avons également interviewé l'auteur ; le roman fera d'ailleurs l'objet du prochain concours en nos pages...
    Mais comme il en reste à lire, en voici une petite sélection : Madame Courage, de Serge Quadruppani et Plaintes, de Ian Rankin. Les deux romans sont publiés au Masque en grands formats. Manège, de Rodrigo Rey-Rosa, un auteur guatémaltèque qui est édité chez Gallimard dans la très classe collection "Du monde entier". Comme dans un miroir, de Gunnar Staalesen (Gaïa). Et Louise Penny qui revient chez Actes sud avec un Mois plus cruel.
    Bien entendu, vous êtes libre d'aller voir du côté des poches qui offrent cette semaine leur lot de petites perles rééditées de Thomas H. Cook (deux fois) à Manuel Vàsquez Montalbàn en passant par Mons Kallentoft, Natsuo Kirino, Marco Malvadi et Håkan Nesser...

    Grand format :
    La Bête : polar solidaire, de Ada Nisen (Mon village, "Roman")
    Le Retour de Robespierre, de Christian Angles (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    La Ville des serpents d'eau, de Brigitte Aubert (Le Seuil, "Policiers")
    Ceux qui restent, de Jane Casey (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    404 not found, de Hervé Decca (Actes sud, "Actes noirs")
    Les Marches du temps, de Jean-Luc Demelier (Annaeditions)
    I cursini, d'Alix Deninger (Gallimard, "Série noire")
    Thalamus, de Stéphane Gérard (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    Les Marins des hautes-terres, de Raymond Jardin (Parole, "La&mnbsp;Mescla")
    Les Anges noirs, de Ævar Orn Josepsson (Gallimard, "Série noire")
    Blood Hollow, de William Kent Krueger (Le Cherche midi, "Thriller")
    L'Or du Ville de Grasse, de Dany Loridon & Gérard Loridon (Presses de la Cité)
    Tais-toi et meurs, d'Alain Mabanckou (La Branche, "Vendredi 13")
    Le Poulet veille au grain, de Jean-Jacques Michelet (L'Harmattan)
    Edward Hopper, rhapsodie en bleu, de Jean-Pierre Naugrette (Nouvelles éditions Scala, "Ateliers imaginaires")
    Le Mois le plus cruel, de Louise Penny (Actes sud, "Actes noirs")
    Madame Courage, de Serge Quadruppani (Le Masque, "Grands formats")
    Plaintes, de Ian Rankin (Le Masque, "Grands formats")
    Manège, de Rodrigo Rey-Rosa (Gallimard, "Du monde entier")
    La Civilisation des abysses, de James Rollins (Fleuve noir, "Thriller")
    Ces dames du palais Rizzi, de San-Antonio (Fleuve noir, "San-Antonio, grands formats")
    Comme dans un miroir, de Gunnar Staalesen (Gaïa)
    Sur les ossements des morts, d'Olga Tokarczuk (Noir sur blanc)
    Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc (Métailié, "Noir")
    Pike, de Benjamin Whitmer (Gallmeister, "Noire")

    Poche :
    Du sang sur l'autel, de Thomas H. Cook (Points, "Policiers")
    La Preuve de sang, de Thomas H. Cook (Folio, "Policier")
    Les Six naïades, de laurent Corre (Le Caïman, "Polars")
    En compagnie du diable, de Tess Gerritsen (Pocket, "Thriller")
    Sombre célébration, de Charlaine Harris (J'ai lu, "Darklight")
    Une petite villesans histoire, de Greg Iles (Points, "Thriller")
    Automne, de Mons Kallentoft (Points, "Policiers")
    Le Chœur des paumés, de Gene Kerrigan (Folio, "Policier")
    Intrusion, de Natsuo Kirino (Points, "Roman noir")
    Mélancolie, de Patrick Mosconi (Folio)
    Le vingt et unième cas, de Hakan Nesser (Points, "Policier")
    Nature morte, de Louise Penny (Babel, "Noir")
    Saturne, de Serge Quadruppani (Folio, "Policier")
    Mission Iceberg, de James Rollins (Pocket, "Thriller")
    Le Jeu de l'ombre, de Sire Cédric (Pocket, "Thriller")
    L'Écriture sur le mur, de Gunnar Staalesen (Folio, "Policier")
    Tatouage, de Manuel Vàsquez Montalbàn (Points, "Roman noir")
    La Peste noire de Bagdad, de Gérard de Villiers (Gérard de Villiers, "SAS")
    Mozart est là ! : le secret des francs-maçons, de Gordon Zola (Le Léopard démasqué)

    Grands caractères :
    Volte-face, volume 1, de Michael Connelly (La Loupe, "Policier")
    Volte-face, volume 2, de Michael Connelly (La Loupe, "Policier")
    Un vrai jeu d'enfant, de François-Xavier Dillard (La Loupe, "Policier")
    Le Blues du braqueur de banque, de Flemming Jensen (La Loupe, "Policier")
    Paris mutuels, de jean-Marie Laclavetine (La Loupe, "Roman")
    Le Dernier amour d'Arsène Lupin, de Maurice Leblanc (La Loupe, "Policier")
    Le Mystère de Roccapendente, de Marco Malvadi (La Loupe, "Détective")
    Un Noël plein d'espoir, de Anne Perry (La Loupe, "Détective")

    Liens : Volte-face |Automne |Intrusion |Blood Hollow |Le Mystère de Roccapendente |Nature morte |Saturne |Le Jeu de l'ombre |L'Écriture sur le mur |Le Dernier Lapon |Pike |La Ville des serpents d'eau |Madame Courage |Le Chœur des paumés |La Preuve de sang |Les Anges noirs |Brigitte Aubert |Michael Connelly |Thomas H. Cook |Mons Kallentoft |Natsuo Kirino |Maurice Leblanc |Marco Malvaldi |Patrick Mosconi |Håkan Nesser |Louise Penny |Anne Perry |Serge Quadruppani |Ian Rankin | San-Antonio | Sire Cédric |Olivier Truc |Manuel Vásquez Montalbán |Benjamin Whitmer |Gordon Zola |Gene Kerrigan |Ævar Örn Josepsson

Pepe Carvalho an 0

1976. Manuel Vásquez Montalbán lance Pepe Carvalho dans le grand bain des magouilles financières, des enquêtes qui touchent le sordide et qui affleurent le réel du quotidien de personnes mineures ou majeures, mesquines ou généreuses. Cette première enquête débute un peu on ne sait comment pour le détective, ancien agent de la CIA, fin gourmet, cuisinier à n'importe quelle heure et brûleur de livres dans sa cheminée. Il y a tout d'abord le cadavre d'un homme défiguré tatoué d'un "Né pour révolutionner l'enfer" sur l'omoplate qui vient s'échouer sur une plage de Barcelone en plein jour, il y a ensuite le gérant d'un salon de coiffure qui demande à Pepe Carvhalo de découvrir son identité et seulement son identité (mais pourquoi ?), et qui paie pesetas sur l'ongle. L'enquête nous emmène aux Pays-Bas sur les traces d'un homme aux nombreuses femmes, aux trajectoires multiples mais qui semblent toutes illégales. Il y a du trafic de drogue derrière tout ça. L'occasion pour Pepe Carvalho de croiser d'anciens collègues, de prendre ses premiers coups, de se retrouver dans un canal, avant d'observer un panorama et d'obtenir ses premières vraies réponses.

À son retour à Barcelone, l'histoire pourrait s'arrêter-là avec ce nom : Julio Chesma, sauf que Pepe Carvalho est de la race des détectives hard boiled, ceux pour qui la récompense importe moins que la vérité. Pourquoi avoir fait appel à ses services alors qu'en traversant la rue pour se diriger vers le commissariat, ce nom aurait été connu gratuitement ? Alors Pepe Carvalho cherche en même temps qu'il séduit. Cet homme à femmes devait avoir quelque part UNE femme. Le nœud de l'intrigue est à trouver auprès de cette femme alors même que la découverte macabre a déclenché au sein de la police une vague d'arrestations dans les milieux interlopes et l'arrêt intempestif du plus vieux commerce du monde. Pepe Carvalho ira au bout de ses principes, découvrira une vérité somme toute simple. Manuel Vásquez Montalbán, quant à lui, aura pris le temps de poser son principal personnage avec ses facettes contrastées, de nous présenter sa fiancée, pute dans la vie professionnelle, de nous offrir quelques saveurs gustatives du pays. Un roman annonciateur d'une belle série. Que l'on referme en se disant que cette première immersion dans un monde de fiction carvalhesque est fortement addictive.

Citation

Un homme comme Julio Chesma ne pouvait se satisfaire d'une mère névrosée telle que la veuve, ou d'une partenaire de tennis telle que Teresa Marsé. Il avait besoin de quelqu'un qui fût en pleine communion avec la révolte que clamait son tatouage. Le tatouage de Julio Chesma s'adressait à quelqu'un qui avait pris sa vie au sérieux.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 06 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page