The King of New York

Les oreilles bourdonnantes, je lève la tête et je vois Eddie penché au-dessus d'un des braqueurs étendus, le canon de son Browning à quelques centimètres du cœur et bang, il tire encore. Puis il s'occupe de l'autre de la même manière. Toujours s'assurer. Une vieille règle.
James Carlos Blake - La Maison Wolfe
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 16 décembre

Contenu

DVD - Policier

The King of New York

Mafia - Drogue - Corruption MAJ mardi 23 octobre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 16,99 €

Abel Ferrara
King of New York - 1989
Paris : Carlotta, octobre 2012
1 DVD VO-VOST Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm

Retour à l'ordure

Des dialogues minimalistes voire totalement absents avec une musique assourdissante et des couleurs portées haut tandis que dans une cabine téléphonique un mafieux se fait assassiner à bout portant avec un fusil à canon scié. Pendant ce temps, le roi de New York, Frank White (Christopher Walken plus inquiétant que jamais), sort de prison en cadillac et traverse la ville de nuit.

C'est ainsi que débute l'étonnant film d'Abel Ferrara, qui défouraille un maximum avec un maximum de violence dans un monde interlope urbain où les malfrats ne peuvent faire confiance aux malfrats... et encore moins aux flics. The King of New York porte un éclairage particulier sur cette vi(ll)e underground, et pas seulement parce que son réalisateur use de filtres bleus et sépia. Jump et Franck White, une étrange association pour une bande de joyeux délurés psychopathes. Franck White, l'homme qui fraie avec les Noirs, qui flingue à tout va et qui, dans le même temps, collecte des fonds pour la reconstruction d'un hôpital pour enfants. Il faut dire que depuis sa sortie, l'homme déchu veut se mettre aux affaires. Il côtoie des hommes politiques, il sillonne les ruelles sombres pour restaurer son ordre, mais aussi les salons luxueux. La police ne rêve que de lui faire la peau. La confrontation entre un homme qui désintègre et des flics surtout pas intègres - on appréciera David Caruso dans un rôle de ripoux rital qui tranche avec celui d'Horatio Caine dans la série Les Experts : Miami -, ne peut que mal se terminer. Mais Abel Ferrara qui ne doit pas souffrir d'un manque d'argent pour ce film propose alors une énorme course-poursuite en voitures sous la pluie avec une fusillade impressionnante accompagnée du concerto pour violon et cordes, op 8 n°3 "L'Autunno" de Vivaldi comme pour mieux trancher.

Impressionnant tout comme l'est un casting qui regroupe également Laurence Fishburne (Matrix), Wesley Snipes (Blade) et Steve Buscemi (Boardwalk Empire) pour un film aux codes du genres poussés à l'extrême dans un monde violent qui appartient aux ordures de tous genres...

The King of New York : 99 min. réalisé par Abel Ferrara sur un scénario de Nicholas ST. John avec Christopher Walken, David Caruso, Laurence Fishburne, Victor Argo, Wesley Snipes, Janet Julian, Joey Chin, Paul Calderon, Steve Buscemi...
Bonus. "Possession" (27 min.) entretien avec Abel Ferrara dirigé par Nicole Brenez. Entretien avec Augusto Caminito (19 min.). Bande-annonce.

Illustration intérieure

La rencontre entre David Caruso et Christopher Walken est évidemment sans animosité...


Citation

Quant à nous, de notre côté, on perd notre temps à interroger des témoins, à relever des empreintes, et toi, Roy, à obtenir des mandats d'amener, qui permettent à l'avocat de Frank de le libérer aussitôt. Dix minutes après, il était dans la rue. Je croyais qu'on avait raison. Que la loi avait un sens. Mais tout ce système favorise les ordures.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 19 octobre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page