Ceux qui restent

Si on avait un peu de sens moral, on ne serait pas à boire là couverts de boue au lieu de nous laver.
Andrew V. McLaglen - Le Grand McLintock
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 02 avril

Contenu

Roman - Thriller

Ceux qui restent

Psychologique - Disparition - Assassinat MAJ jeudi 25 octobre 2012

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Jane Casey
The Missing - 2010
Traduit de l'anglais par Cécile Leclère
Paris : Presses de la Cité, septembre 2012
458 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-258-08689-0
Coll. "Sang d'encre"

Où est Charlie ?

Roman construit en deux temps, Ceux qui restent, de Jane Casey, fait alterner passé et présent, mettant en parallèle deux affaires criminelles qui secouent le même tranquille quartier de la banlieue résidentielle londonienne à une quinzaine d'années d'intervalle. Le dénominateur commun de ces affaires, c'est Sarah, jeune femme sans histoire : il y a seize ans, c'est son frère Charlie qui disparaissait ; aujourd'hui c'est l'une de ses élèves qui est retrouvée morte. Et même si la police met du temps à faire le rapprochement, Sarah ne doute pas, quant à elle, que la mort de la jeune fille est liée à la disparition non élucidée de Charlie. Schéma et intrigue classiques me direz-vous... Et vous avez raison.

Été 1992. Sarah et son grand frère Charlie jouent dans le jardin familial. La fillette s'assoupit. À son réveil, Charlie a disparu. Sarah a huit ans et devient la dernière personne à l'avoir vu, témoin clé d'une affaire d'enlèvement. La fillette cristallise d'abord les espoirs des enquêteurs et de ses parents, puis leur frustration lorsqu'ils se rendent comptent qu'elle ne sait rien. On entre dans la spirale "traditionnelle" de l'autodestruction d'une famille, de la plongée des parents dans l'attente, et du ressentiment des adultes envers "celle qui reste". L'atmosphère est oppressante, et si Jane Casey rend bien l'alternance désespoir/espoir fou de la famille, elle ne parvient pas à donner à ce drame le petit quelque chose qui le distinguera de ceux déjà narrés.

Seize ans plus tard, Sarah enseigne l'anglais et vit toujours avec sa mère, alcoolique et acariâtre. Charlie continue de hanter leurs vies. Tout bascule lorsque l'une des élèves de Sarah est enlevée puis retrouvée morte. L'affaire fait écho à la disparition de Charlie, et Sarah s'engage auprès de la police pour l'aider. Si, là encore, le schéma fonctionne, le déroulement des événements est largement prévisible : la première apparition du bel enquêteur laisse présager une relation, l'écho que trouve dans son esprit cette affaire avec la disparition de Charlie se concrétise, comme souvent dans les affaires impliquant des enfants dans ce type de romans psychologiques, la pédophilie en est le mobile, l'amélioration de relations de Sarah avec sa mère lorsque le dénouement arrive est de bon ton, la conclusion libératrice pour Sarah permet une "fin heureuse".

Si Ceux qui restent se lit bien, aucune originalité ne se dégage de ce roman à l'intrigue cousue de fils blancs. Une impression de déjà-vu d'autant plus préjudiciable qu'elle relègue au second plan une écriture sensible, fluide, un style racé, particulièrement agréable à la lecture.

Citation

Lorsque j'ouvre les yeux, je comprends qu'il s'est passé quelque chose, sans savoir quoi. J'ignore combien de temps j'ai dormi. Le soleil est encore haut dans le ciel, la tondeuse à gazon ronronne toujours, mais il manque quelque chose. Il me faut un instant pour me rendre compte que la balle ne rebondit plus. La raquette est à terre, mon frère a disparu.

Rédacteur: Catherine Thiéry mardi 23 octobre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page