Le Souilleur de femmes d'Oxford

Tous les flics vous le diront, dès que l'affectif entre en jeu, on perd en objectivité. C'est ainsi, il faut apprendre à accepter que des personnes innocentes se fassent agresser, violer, escroquer, kidnapper et assassiner chaque jour que Dieu fait. Mais d'un autre côté, quel est l'intérêt d'être flic si on n'est pas prêt à donner tout ce qu'on a dans les tripes ? Pour le même salaire, autant poinçonner des tickets de train.
James Patterson & Maxine Paetro - 10e anniversaire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 18 octobre

Contenu

Roman - Insolite

Le Souilleur de femmes d'Oxford

Huis-clos - Énigme MAJ mercredi 07 novembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Gary Dexter
The Oxford Despoiler - 2008
Traduit de l'anglais par Thierry Beauchamp
Paris : Le Dilettante, octobre 2012
288 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-84263-741-5

Héritage holmésien

Qui a commencé ? En matière littéraire qui a inspiré qui ? Conan Doyle reconnait avoir été influencé par Émile Gaboriau et "Les Enquêtes de M. Lecoq". Ce dernier est redevable à Paul Féval. Conan Doyle a suscité nombre d'émules qui ont, plus ou moins, copié son inaltérable détective. Gary Dexter, avec son recueil de huit affaires, en fait partie.

L'auteur met en scène un couple d'enquêteurs composé d'Henry St. Liver et de Miss Olive Salter. Ils se sont rencontrés par le biais de L'Histoire d'une grange australienne, le roman où Olive relate son séjour en tant qu'institutrice dans l'Australie profonde. Ce livre, au tirage confidentiel, atterrit cependant entre les mains de St. Liver qui entre en contact avec l'auteur. De fil en aiguille, en arrivent à traquer le mystère dans des affaires pour le moins étranges. St. Liver est spécialisé dans tout ce qui concerne les conséquences de l'instinct amoureux chez l'être humain.
Ainsi, Olive fait "ses premières armes" lors du vol d'un flagellum commis dans la chapelle catholique où se retrouvent les membres de la Confrérie de la Vie nouvelle, où St. Liver l'a introduite. Puis, ils sont amenés à décrypter les agissements d'une silhouette sombre qui agresse les jeunes pensionnaires du Somerville Hall, un collège d'Oxford. Celle-ci les asperge d'encre, de vitriol, coupe les nattes et des touffes de cheveux. Un lord fait appel à leur science pour sauver sa réputation et éviter un drame d'ampleur nationale au Royaume-Uni.
Ils interviennent, également, pour un jeune homme qui se trouve obligé de prendre un solide petit déjeuner, puis de rester de longues heures dans le restaurant. C'est dans un couvent qu'ils doivent résoudre le vol de bobines de fil d'or. Etc.

Sur ce roman, deux ombres tutélaires planent : les sexologues et Conan Doyle. L'auteur révèle qu'il considère les premiers sexologues comme des héros pour leur détermination à cerner le comportement sexuel sans le juger. Il évoque les figures de Karl Heinrich Ulrichs, Magnus Hirschfeld, Iwan Bloch ou Albert Moll, leur "excentricité" à explorer, pour le bien de l'humanité, une voie à l'époque négligée, voire méprisée. Havelock Ellis l'a particulièrement impressionné, bien que celui-ci ne soit pas l'auteur d'une contribution majeure. L'œuvre la plus importante de cet Anglais est une monumentale prospection : Études de la psychologie sexuelle en sept volumes écrits entre 1897 et 1928.
Gary Dexter s'inspire de ce sexologue pour créer St. Liver qu'il lance dans des investigations sexologiques astucieusement orchestrées. Les thèmes abordés permettent des approfondissements sur différents aspects de la sexualité. C'est ainsi qu'au cours des enquêtes relatées dans ce livre, il confronte ses héros au fétichisme des pieds, de la chevelure, à l'exhibitionnisme, à la prostitution et surtout la prostitution des garçons, à l'hyperesthésie sexuelle, etc.
Dans l'enquête intitulée "Un jeune explorateur", l'auteur met en scène Oscar Wilde et ses turpitudes, en dressant un portrait décalé.

Pour l'animation de son couple d'enquêteurs, il s'inspire très largement de Conan Doyle. La forme narrative, les méthodes d'approche et d'investigation sont similaires. Les affaires débutent alors que le duo est réuni dans la masure de St. Liver. Olive fait référence à de nombreux cas dont elle ne livre que l'intitulé à l'image des Untold Stories. St. Liver est connu de ses clients par le récit de ses aventures relatées par les bons soins d'Olive, dans la presse. Les enquêtes suivent un schéma similaire à celles d'Holmes, avec une solution qui est le résultat d'une observation fine. La maxime de St. Liver est assez proche quand il déclare : "... l'enquêteur doit partir d'un fait initial incontestable pour progresser vers la seule solution possible".

Mais, Gary Dexter introduit nombre de touches d'humour tant dans les situations que dans les dialogues. Il fait, par exemple, pour Olive, un lien avec la médecine, mais en dotant celle-ci de nombreuses affections : "Je souffre d'asthme, de chlorose, d'eczéma, du rhume des foins, d'insomnies, de migraines, de neurasthénie, de tachycardie et de troubles divers plus localisés."
Chaque résolution d'enquête donne lieu à une description détaillée de la pulsion érotique, ses causes, ses raisons et le lien avec des affaires authentiques puisées dans l'œuvre du Dr Havelock Ellis.

Le Souilleur de femmes d'Oxford se révèle un livre intéressant à découvrir par l'atmosphère des récits, la finesse des énigmes et le ton humoristique qui se dégage de ces affaires..

Citation

L'homme normal place l'acte sexuel dans le coeur de ses désirs. Mais pour d'autres, les symboles de cette relation basique se substituent à l'acte lui-même.

Rédacteur: Serge Perraud mardi 30 octobre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page