L'Enfance des criminels : Marc Dutroux, Patrice Alègre, Émile Louis, Guy Georges...

Il s'était donné tant de mal, il avait exécuté soin plan avec une telle froideur, un tel culot... Aurait-il pu jeter l'éponge si facilement ? Cela ne semblait pas possible.
Ruth Ware - La Disparue de la cabine n°10
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 01 juin

Contenu

Essai - Noir

L'Enfance des criminels : Marc Dutroux, Patrice Alègre, Émile Louis, Guy Georges...

Social - Tueur en série - Assassinat MAJ lundi 26 novembre 2012

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Agnès Grossmann
Préface de Christophe Hondelatte
Hors Collection, septembre 2012
306 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-258-09842-8

Tueurs (presque) nés ?

Journaliste, Agnès Grossmann a signé de nombreux portraits de tueurs en série pour "Faites entrer l'accusé", l'émission de France 2. Elle signe ici la version papier de la série, consacrée à l'enfance de quelques uns des tueurs les plus marquants de notre époque, de Marc Dutroux au routard du crime, Francis Heaulme. Des portraits donc, documentés par les faits et gestes des meurtriers concernés. Des tueurs plus que des criminels à vrai dire, qui ont tous en commun une enfance difficile sinon atroce.

Rejetés, battus, étouffés par des mères abusives, écrasés par des pères haineux, entraînés à l'extrême violence jour après jour, nul ne s'étonne de voir ces personnalités se structurer in extremis autour d'une violence ouvertement meurtrière. Mais c'est peut-être aussi là où le bât blesse. D'abord parce que l'ouvrage ouvre directement à ces réponses fétides d'une société prompte à mettre en cage ses gosses au prétexte de détecter les caractères dangereux. On se rappelle la proposition de Nicolas Sarkozy, d'introduire dans le droit français la détection précoce des mineurs à risque. À dessiner pareils portraits, l'ouvrage y invite : on aurait "sans doute" pu dépister, surveiller, voire punir préventivement ces personnalités irrécupérables. Des psychopathes. Non des malades. Des tueurs-nés, non des criminels –dommage, par parenthèse, que l'auteure n'ait pas creusé cette piste, qui signe notre horizon en matière de crimes odieux désormais, celui de l'ère des tueurs, non des terroristes, ni même des tueurs en série.

Et le bât blesse aussi parce que l'ouvrage invite à une troublante relecture de l'époque historique concernée, Mai-68, comme livrant les clés d'une tentation, sinon de la possibilité de la solution criminelle inscrite dans l'horizon de son désordre social...

Citation

L'enfer, c'est les autres. L'horreur, c'est pas moi, répète Marc Dutroux. Depuis l'enfance.

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 13 novembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page