Les Guerriers de la nuit

Il se dit qu'il n'avait pas eu le temps d'enfiler un pantalon, que mourir en caleçon manquait de dignité. Il se demanda si Michelle Giraud, au long de sa vie, avait déjà repensé à lui, ne serait-ce qu'une fois.
Mikaël Ollivier - Quelque chose dans la nuit
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 20 août

Contenu

Roman - Western

Les Guerriers de la nuit

Fantastique - Ethnologique MAJ lundi 03 décembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 14 ans

Prix: 10 €

Jean-Pierre Andrevon
Paris : Flammarion jeunesse, septembre 2011
228 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-0812-5031-4
Coll. "Tribal"

Nocturne indien

Val Santamaria est une jeune recrue du FBI en poste à Phœnix Arizona. Un meurtre étrange a eu lieu à plusieurs kilomètres de là, dans le territoire des indiens Navajo. Le fils de Nathan White, Philip a été tué par une flèche de silex, comme celles qu'utilisaient les Indiens il y a cent cinquante ans. C'est à cette époque qu'un conflit avait éclaté entre les colons White qui voulaient faire sur les terres indiennes du forage pétrolier et les Indiens qui refusaient la profanation de leur terre sacrée. Après une extermination sans merci, les White ont pu s'enrichir tandis que les indiens ont été presque anéantis. Val est envoyé pour mener l'enquête sur le meurtre : il a un type latino, voire indien, peut-être saura-t-il apaiser le conflit larvé entre les deux communautés ?
Mais tout se passe de façon bien étrange pour Val Santamaria. D'abord, les crimes se poursuivent contre la famille White sans qu'il ne puisse rien arrêter, en outre, sa rencontre avec certaines personnes le trouble au plus haut point comme la belle Michelle Littleplanet qui l'attire irrésistiblement. Et puis, il y a ces rêves qui le hantent la nuit, ces cavaliers dont il retrouve les traces ou qu'il aperçoit parfois au loin. Sont-ils le fruit de son imagination ou existent-ils vraiment ? Et lui qui est-il ?
À la fois western et roman policier avec une note fantastique, ce roman nous entraine vers une quête de soi. Il est desservi par l'écriture riche et imagée de Jean-Pierre Andrevon, qui nous plonge dans les guerres qui décimèrent les Indiens, dans leurs rituels encore vivants et leur langue. Peut-être l'intrigue policière glisse-t-elle au second plan et n'est elle pas résolue de façon satisfaisante pour les amateurs de suspense. Pourtant, ce roman vaut le détour pour sa belle écriture et ce qu'il permet de nous faire vivre.

Citation

Pour merder, c'est sûr qu'il merdait. Et pas seulement professionnellement.

Rédacteur: Valérie Sebag samedi 01 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page