Cherche jeunes filles à croquer

Il devait ruminer dans sa petite tête de mouton paisible la vieille histoire de la jolie pipe 'faite maison', ou du petit coup vite tiré, et zou ! sous la couette ! Elle en souriait, attendrie et agacée par cette totale prévisibilité de la météo du garçon. Celui-ci comme les autres. Tous.
Pierre D'Ovidio - Le Paradis pour demeure
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 18 août

Contenu

Roman - Policier

Cherche jeunes filles à croquer

Psychologique - Médical - Disparition MAJ mardi 04 décembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Françoise Guérin
Paris : Le Masque, octobre 2012
392 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7024-3834-3
Coll. "Grands formats"

Actualités

  • 29/08 Prix littéraire: Sélections 2013 des Prix Interpol'Art
    Le festival Interpol'Art, qui se tiendra à Reims du 11 au 13 octobre avec pour invités d'honneur Dominique Manotti et Jacques Ferrandez (qui a signé dernièrement une très jolie adaptation BD de L'Étranger, d'Albert Camus), a délivré ses sélections dans les catégories "Roman" et "BD".
    Notons que le Cercle de lecture Laon Zola, créé il y a deux ans, est plus particulièrement associé au Prix Interpol'Art "Roman", et qu'il lui incombe la lourde tâche de sélectionner quatre des six romans finalistes. De plus, l'un de ses membres fait d'office partie du jury du prix jury. Le Cercle de lecture Laon Zola, est un club policier qui se réunit le troisième jeudi de chaque mois à la médiathèque Laon-Zola entre 19 heures et 21 heures. Chaque séance est thématique, selon les desiderata des membres et de l'animateur. Parfois, des auteurs sont conviés à y participer.
    Si les lauréats ne seront connus que le samedi 12 octobre avec table-ronde à la clé au Domaine des Comte de Champagne, le jury se réunira fin septembre afin de statuer. En attendant, voici donc les sélectionnés :

    Prix Interpol'Art "Roman" :
    - La Ville des serpents d'eau, de Brigitte Aubert (Le Seuil, "Policier") ;
    - La Sibylle et le marquis, de Nicolas Bouchard (Belfond, "Littérature française") ;
    - Ne lâche pas ma main !, de Michel Bussi (Presses de la Cité, "Domaine français") ;
    - Cherche jeunes filles à croquer, de Françoise Guérin (Le Masque, "Grands formats") ;
    - Atom[ka], de Franck Thilliez (Fleuve noir, "Thriller") ;
    - Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc (Métailié, "Noir").

    Prix Interpol'Art "BD" :
    - Brune Platine t. 1 : "Mon sang est plus noir que le vôtre", de L. Mandel & M. Mousse (KSTR) ;
    - Silas Corey t. 1 & 2, de P. Alary & F. Nury (Glénat, "Caractère") ;
    - La Colère de Fantomas t. 1 : "Les Bois de justice", de J. Rocheleau & O. Bocquet (Dargaud) ;
    - Cauchemar dans la rue, de D. Sala & R. Cook (Casterman, "Rivages/Casterman/Noir") ;
    - Crève saucisse, de P. Rabaté & S. Hureau (Futuropolis) ;
    - Un léger bruit dans le moteur, de J. Munoz, Gaet's & J.-L. Luciani (Physalis).


    Liens : La Ville des serpents d'eau |La Sibylle et le marquis |Ne lâche pas ma main |Atom[ka] |Le Dernier Lapon |Cauchemar dans la rue |Un léger bruit dans le moteur |La Colère de Fantomas, 1. Les Bois de justice |Brigitte Aubert |Nicolas Bouchard |Michel Bussi |Françoise Guérin |Franck Thilliez |Olivier Truc |Fabien Nury |Olivier Bocquet |Jonathan Munoz | Gaet's |Jean-Luc Luciani |Julie Rocheleau |Interpol'art

  • 02/11 Édition: Parutions de la semaine - 2 novembre

Maigrir sans s'aigrir

Il y a un côté trouble dans la folie, une sorte de penchant noir qui attire et repousse en même temps. Parmi les phobies de notre temps, l'anorexie reste un tabou, une face sombre, une dépression que la littérature n'a pas creusée. C'est au cœur de ce mystère de la psyché que le commandant Lanester doit plonger. Tout est difficile dans sa mission : pas de corps de victimes, des adjoints qui oscillent entre l'incompétence et le burn-out, l'obligation d'aller enquêter loin de chez lui et donc de laisser en jachère ses amours, ses rendez-vous chez son psy et son frère qui souffre lui aussi d'un handicap mental. C'est aussi sans compter sur son enquête qui se heurte aux non-dits des familles qui ne veulent pas évoquer les problèmes de leurs membres hospitalisés et sur le chevauchement des compétences qui oblige son équipe à travailler avec des gendarmes locaux peu au fait des subtilités psychologiques.

Françoise Guérin, dans son roman Cherche jeunes filles à croquer, ouvre les portes d'une clinique spécialisée dans l'anorexie qui a vu disparaître une de ses malades. Forcément inquiet, son père demande l'aide la police. En enquêtant, Lanester découvre que de nombreux cas peuvent se rapprocher de cette disparition. Mais en creusant, différentes pistes s'ouvrent, et de nouveaux cas apparaissent. Un peu comme un médecin, lorsqu'il fouille dans la passé des patients pour comprendre l'anorexie, qui relève de nombreuses causes possibles. L'air de rien, cela permet à Françoise Guérin de faire passer une multitude d'informations sur la maladie, ses causes, les façons de soigner, les dénis des familles et parfois des malades eux-mêmes. Sans donner une réponse précise, Cherche jeunes filles à croquer cerne les problèmes, évoque les soins de manière sensible.

Si le regard extérieur peut rester horrifié (l'un des cadavres retrouvés sera décrit dans la somme des troubles physiques morbides causés par l'anorexie), il peut aussi y trouver une fascination, et c'est cette fascination mortifère qui est à l'œuvre dans le texte, la folie des uns se nourrissant de la folie des autres et l'entretenant pour sa propre satisfaction. Françoise Guérin en centrant son intrigue sur un policier en proie aux doutes, aux difficultés de tout ordre, le met en bute à travers son enquête, à ses propres problèmes, sans sombrer dans le pathos de certains romans noirs, mais selon une pente naturelle. Le texte est servi par un style qui sait éclairer une scène pour la rendre vivante puis troubler notre regard pour nous faire partager le côté labyrinthique, obsessionnel de certains et nous rendre complice. C'est ainsi que nous avons nous aussi eu les satisfactions morbides d'un lecteur à regarder l'horreur et la folie des personnages.

Nominations :
Prix Interpol'Art "Roman" 2013

Citation

Alicia en veut au monde entier de son impuissance, un sentiment qu'elle attribue volontiers à sa sœur. Alors quand elle fait un site internet, elle peut, sciemment, y introduire des liens susceptibles de mettre en danger les internautes qui s'y aventurent.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 21 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page