Seuls en enfer !

Une grande femme squelettique maquillée comme Marylin Manson et habillée comme Iggy Pop les rejoignit.
Laurence Biberfeld - La Bourse ou la Vie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 24 février

Contenu

Roman - Noir

Seuls en enfer !

Social - Enlèvement - Vengeance MAJ jeudi 06 décembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 12 ans

Prix: 10,5 €

Hubert Ben Kemoun
Paris : Flammarion jeunesse, octobre 2012
182 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-0812-8030-4
Coll. "Tribal"

Coups du sort

Pélagie n'est pas gâtée par la vie, cela sonne comme un slogan et peut résumer toute l'histoire de ce roman. Coup sur coup, elle perd ses parents et se retrouve orpheline à treize ans et demi. Heureusement une tante bonne et généreuse qui a déjà quatre enfants de père différents la prend sous son aile et lui permet de se reconstruire. Mais ce bonheur, même relatif, est de courte durée, car quelques années plus tard, un soir où elle sort faire la fête chez des amis, elle se fait enlever par un type à la tête de Mickey. Il l'enferme dans une cave insalubre et semble parfois l'oublier...
Mais d'autres histoires se croisent, d'autres personnages prennent la parole, Monsieur Angst qui souffre de troubles sévères de la mémoire et qui consulte régulièrement pour cela un psychiatre. Arturo, le livreur de pizza, écorché vif, est un ancien camarade de classe de Pélagie. Il la revoit soudain le fameux soir de l'enlèvement en sillonnant la ville sur son scooter et devient un témoin clé, mais mène son enquête en solitaire.
Ce roman polyphonique, d'une écriture intense qui force parfois sur le trait, sait fort bien accrocher son lecteur. Les personnages sont plus complexes qu'il n'y paraît et savent nous égarer dans les méandres de leurs pensées, de leur regard. Hubert Ben Kemoun sait mener son affaire de main de maître. Mais la fin laisse sur la faim, en particulier pour Pélagie qui, décidément, n'est pas gâtée par vie et le roman. Son personnage reste le point faible du livre.

Citation

On se compose la musique et se chante la chanson qu'on peut.

Rédacteur: Valérie Sebag mercredi 05 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page