Tabloid City

Le vieux torpilleur Cäsar Dönnecke, cet homme dont l'entrée à la brigade criminelle remonte à l'empereur Guillaume II. Qui est intervenu plusieurs fois aux côtés de collègues de la Gestapo au cours des années brunes, et qui a réussi, on ne sait comment, à échapper aux coups de balai des Britanniques après la guerre, quand les vainqueurs ont licencié des policiers pourtant moins compromis que lui.
Cay Rademacher - Le Faussaire de Hambourg
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 05 mars

Contenu

Roman - Thriller

Tabloid City

Social - Assassinat MAJ mardi 11 décembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Pete Hamill
Tabloid City - 2011
Préface de François Forestier
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Daniel Roche
Paris : Balland, novembre 2012
404 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-35315-178-3
Coll. "Thriller"

Nighthawks

Alors que s'approche à grand pas le compte à rebours de l'apocalypse finale, Tabloid City décrit une autre fin du monde, une fin du monde plus légère, plus apaisée, individuelle, presqu'à la carte, semblable à l'atmosphère qui se dégage des tableaux de Dennis Hopper. Sam est un grand journaliste. Il a soixante-dix ans. En une soirée, son univers s'écroule. Mais c'est un homme de l'ancienne école - peut-être même un double de l'écrivain -, et il saura prendre cela avec philosophie. Pete Hamill restitue cette réaction avec un talent qui manie les demi-teintes, la nostalgie jazzy, et les promenades dans une ville enneigée qui, malgré tout, ne s'arrêtent jamais. C'est ainsi qu'il apprend que la version papier du journal dans lequel il travaille vit sa dernière journée, et que l'équipe dont il est responsable va sans aucun doute découvrir le chômage. Mais, alors qu'il se rend sur les lieux d'un incendie, il découvre que le dit incendie n'avait pour but que de masquer la mort de deux occupants, dont sa meilleure amie, amante éphémère. Une femme exceptionnelle dont le portrait est tracé avec justesse en creux.

Le but de ce roman n'est pas de chercher la résolution de ce meurtre, mais de dresser un portrait de la ville, de tracer des lignes de force à travers un kaléidoscope de personnages qui font avancer l'intrigue mais surtout sont autant d'esquisses fines et sensibles comme ce policier qui croit férocement à son métier, et son fils devenu jihadiste, un militaire cul de jatte, une jeune femme et son amant qui a escroqué des gangsters, quelques journalistes. Aucun misérabilisme dans une écriture fouillée, impartiale, qui présente des "héros" du quotidien, qui vont se croiser, s'ignorer et se battre. Sans dévoiler le final, il est à la fois d'une violence extrême, un acte de pitié et une parabole qui résume l'ensemble de l'intrigue. Si au matin, tout est résolu, tout aussi s'est écroulé et pourtant tout continue. Et l'on se dit que ce Tabloid City est une sacrée surprise.

Nominations :
Grand Prix des Lectrices de "Elle" Policier 2013

Citation

Elle songe alors : le seul moyen de lutter contre la nostalgie, c'est d'écouter la nostalgie de quelqu'un d'autre.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 06 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page