Les Effacés - 1 : Toxicité maximale

Le lundi matin, le juge Perry, qui voulait rattraper le temps d'audience perdu le vendredi précédent, décida arbitrairement de limiter les déclarations préliminaires aux jurés à une demi-heure chacun.
Michael Connelly - Le Cinquième témoin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 11 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Les Effacés - 1 : Toxicité maximale

Fantastique - Scientifique MAJ dimanche 16 décembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 14,5 €

Bertrand Puard
Paris : Hachette, avril 2012
356 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-01-202375-8

Ni vu ni connu

Bienvenue dans le monde des Effacés, celui des jeunes ados déjà morts !
Bertrand Puard inaugure avec Toxicité maximale une série consacrée à des jeunes gens plein de fougue, déclarés morts, appelés les Effacés, et qui combattent avec toute l'énergie de la jeunesse les injustices et défendent leurs victimes. Roman d'aventure étiqueté "jeunesse", donc, mais dont les prétentions vont bien au-delà. Et parce que c'est tendance, l'auteur a délibérément choisi d'ancrer en France la majeure partie de son intrigue. Cocorico.
Ilsa, Mathilde, Émile, Zacharie et Neil sont adolescents, mais à l'heure où les jeunes de leur âge sortent et s'amusent, eux sont morts : parce que leurs parents ont, à un moment ou à un autre, attiré l'attention de puissants qui ne le leur ont pas pardonné, ils ont été assassinés, parfois avec l'intégralité de leur famille, et eux-mêmes ont été laissés pour morts. Avec beaucoup d'intelligence, Bertrand Puard utilise ce biais pour aborder les très sérieux thèmes du deuil et du passage à l'âge adulte qui reviennent en pointillés tout au long de l'intrigue. Deux fils conducteurs bien atypiques pour un roman d'aventure aux ressorts traditionnels : espionnage, expérimentations scientifiques, gadgets issus des dernières innovations technologiques, missions sous couverture... dont tous les protagonistes sont pour leur immense majorité des enfants ou des ados – exceptés les méchants bien entendu.
Les rebondissements incessants, la qualité de l'intrigue et l'enchainement d'actions dignes d'un célèbre agent secret britannique ne font jamais perdre de vue que ce sont des adolescents qui opèrent, dont certains sont tout juste sortis de l'enfance de la pire des façons qui soit, et qui se heurtent de plein fouet à des systèmes et des adultes sans scrupule. Vulnérables, ils comptent les uns sur les autres, et sur leur mentor, médecin et logisticien, font des erreurs de jugement, confrontent leurs a priori et idéaux à la réalité, apprennent à faire des concessions et à ne pas reculer sur ce qui est pour eux fondamental. Les codes du roman "jeunesse" sont pleinement respectés, sans que Bertrand Puard ne fasse pour autant la moindre concession au style.
Face à un industriel fou qui souhaite répandre un virus particulièrement virulent et mortel, les cinq adolescents amis cherchent en premier lieu à l'arrêter, puis à trouver la formule de l'antidote pour sauver le maximum de victimes. Le suspense est intense, d'autant plus que chaque personnage est suffisamment développé pour que le lecteur perçoive non seulement l'angoisse de chacun, mais également les attitudes et comportements qui en résultent.
Bertrand Puard signe un très convaincant premier tome des aventures de ses Effacés, au rythme soutenu, aux personnages attachants et justes et qui tient ses promesses : le roman ado français à de beaux jours devant lui avec Bertrand Puard.

Citation

Des identités, les Effacés n'en avaient plus une seule. Le paradoxe était qu'ils en possédaient une infinité.

Rédacteur: Catherine Thiéry lundi 10 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page