Jusqu'à la folie

Il y a une loi qui existe depuis que le collège des Arts est le collège des Arts : en 6e, c'est corvée chorale. Nul n'y échappe. Oui oui, cher journal : chorale ! Ce truc ringard qui consiste à rassembler plein de gens qui ne savent pas chanter, en espérant noyer les fausses notes sous l'effet de masse...
Alice Brière-Haquet - Collège Art. 3, Le Gang des chanteurs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 10 décembre

Contenu

Roman - Thriller

Jusqu'à la folie

Psychologique - Médical - Procédure - Complot MAJ lundi 17 décembre 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,8 €

Jesse Kellerman
Trouble - 2007
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Julie Sibony
Paris : J'ai lu, octobre 2012
444 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-290-02969-5
Coll. "Thriller", 9947

Actualités

  • 05/10 Édition: Parutions de la semaine - 5 octobre
  • 07/10 Édition: Parutions de la semaine - 7 octobre
    La semaine est placée au Seuil sous le double signe de Henning Mankell. Le Suédois signe un de ses derniers romans, Le Chinois, en même temps que parait la suite de l'intégrale Wallander. Mais les autres maisons d'édition ne sont pas en reste. Surtout Actes sud qui avec Le Silence de minuit, de Lars Kepler et Mélancolie des corbeaux, de Sébastien Rutès propose deux romans qui fleurent bon la langue et l'intrigue bien ficelée et ciselée. Enfin, on ne saurait passer sous silence la présence dans cette liste du nouvel opus de José Carlos Somoza. Surtout pas !
    Le reste est à découvrir...

    Grand format :
    Miséricorde, de Jussi Adler-Olsen (Albin Michel, "Thrillers")
    Le Mystère de la villa Maud, de Hélène Almaric (Marabout)
    La Sombre légende d'Aîmont-Preux, Clémence E. Beaufort (Marabout)
    La Frontière des ténèbres, de Jean-Luc Bizien (Du Toucan)
    Traque au turf : les années virus, de Maurice Brunetti (Presses du Midi)
    Intermittence, d'Andrea Camilleri (Métailié, Noir - Bibliothèque italienne)
    Les Murs de sang, de Jérôme Camut & Nathalie Hug (Calmann-Lévy)
    Les Nuiteux 3 et 4, de René Caplan (Presses du Midi)
    Larmes du crime, de Michel Claise (Luce Wilquin, "Noir pastel")
    Mort ou vif. 1, de Tom Clancy (Albin Michel, "Thrillers")
    Mort ou vif. 2, de Tom Clancy (Albin Michel, "Thrillers")
    Mari et femme, de Wilkie Collins (Phébus, "Libretto")
    Le Ciel se trouve sur Terre, de Åke Edwardson (Jean-Claude Lattès)
    Ad unum, de Didier Fossey (Les 2 Encres, "Sang d'encre")
    Penny Blood : Sherlock Holmes revient, de Bob Garcia (Laurent Debarre)
    Dans l'ombre du dragon, de Maureen Jennings (Encore)
    Lâcher les chiens, de Maureen Jennings (Encore)
    Jusqu'à la folie, de Jesse Kellerman (Des 2 terres, "Best-seller")
    Le Pacte, de Lars Kepler (Actes sud, "Actes noirs")
    In memoriam N.K., de Dominique Legrand (Bruit blanc)
    Le Chinois, de Henning Mankell (Le Seuil, "Policiers")
    Intégrale Wallander. 3, de Henning Mankell (Le Seuil)
    L'Homme de Lewis, de Peter May (Le Rouergue, "Rouergue noir")
    Le Silence de minuit, de Denise Mina (Le Masque, "Grands formats")
    Rappelez-vous ce qui est arrivé aux dinosaures, de Frédéric Paulin (Pascal Galodé, "Thriller")
    Lieutenant Eve Dallas. 21-22, de Nora Roberts (J'ai lu, "Grand format")
    Mélancolie des corbeaux, de Sébastien Rutés (Actes sud, "Actes noirs")
    L'Appât, de Jose Carlos Somoza (Actes sud)
    Le Pire du milieu : Tonton et ses chinoiseries, de Samuel Sutra (Terriciaë, "Sangria")
    Thunis thanatos, de Burawi al-Tarabulusi (Cataginoiseries)
    Le Boiteux du parc Sainte-Marie, de Jérôme Thirolle (Gérard Louis)
    L'Affaire du Louvres, de Henri Vernes (Ananké-Lefranc, "Bob Morane")
    Lily en eaux troubles, de Zolma (Jigal, "Polar")

    Poche :
    Val, de Claude Ardid (Du Toucan, "Toucan noir")
    Morceaux de choix, de Sébastien Arger (Les Presses littéraires)
    Terminus, tout le monde descend, de Mirabelle Barane (Du Vallon, "Commissaire Mira")
    L'Évangile des ténèbres, de Jean-Luc Bizien (Du Toucan)
    Jolie poupée, de Martina Cole (LGF, "Thriller")
    L'Oiseau des ténèbres, de Michael Connelly (LGF, "Policier")
    Tempête polaire, de Clive Cussler & Paul Kemprecos (LGF, "Thriller")
    Le Baiser du congre, de Gilles Del Pappas (Jigal, "Jigal poche polar")
    Underworld USA, de James Ellroy (Rivages, "Noir")
    Faux pas, de Laura Griffin (J'ai lu, "Frissons")
    Question d'éthique, de Bill James (Rivages, "Noir")
    Une mère sous influence, de Patricia J. MacDonald (LGF, "Thriller")
    Au nom du Président, de Charles McCarry (Du Toucan, "Toucan noir")
    Donne-moi tes yeux, de Torsten Pettersson (Points, "Policiers")
    Le Grenier des enfers, de Douglas Preston & Lincoln Child (J'ai lu, "Thriller")
    Fantaisie du crime, de Nora Roberts (J'ai lu, "Roman")
    L'Espion d'Ouessant, de Claude-Youenn Roussel (Montagnes noires)
    Maigret en mer du Nord, de Georges Simenon (LGF, "Policier")

    Liens : Intermittence |Les Murs de sang |L'Homme de Lewis |Lily en eaux troubles |Underworld USA |Le Silence de minuit |Miséricorde |Jean-Luc Bizien |Jérôme Camut |Wilkie Collins |Åke Edwardson |Didier Fossey |Bob Garcia |Jesse Kellerman |Henning Mankell |Peter May |Denise Mina |Sébastien Rutés | Zolma |Michael Connelly |Clive Cussler |Gilles Del Pappas |James Ellroy |Bill James |Patricia McDonald |Lincoln Child |Georges Simenon |Jussi Adler-Olsen

À la folie... pas du tout...

La folie est omniprésente dans ce roman de Jesse Kellerman du titre à son contenu. Elle pourrait bien entendu l'être déjà dans l'intrigue qui sert de départ au texte : dans une rue sombre de Manhattan, un fou armé d'un couteau agresse une jeune femme tard la nuit. En la défendant, Jonah tue l'agresseur. Encensé par les médias, poursuivi par le procureur qui s'interroge sur son geste et ses motivations, il est l'objet d'une plainte et risque d'aller en prison. Sans doute la folie du système judiciaire américain. La folie, encore elle, poursuit le personnage central. Étudiant en médecine, il doit effectuer un stage en hôpital psychiatrique. Sa fiancée a sombré dans la folie et est soignée par son père. Jonah lui rend visite chaque week-end. Vous l'aurez compris, la folie rôde partout. Et ce n'est pas la famille de Jonah, pourtant comble de la normalité, qui y échappe car c'est l'occasion pour Jesse Kellerman de décrire toutes ses failles psychologiques. La mère est à la fois trop présente et absente, le père quant à lui est bien trop lointain. Pour compléter le tableau, Jonah partage son appartement new-yorkais avec un fils de bonne famille aux passions interchangeables, mais toujours particulières (il a par exemple posé des caméras partout dans l'appartement pour être vu quasiment en permanence sur Internet), qui se complait dans une certaine oisiveté.

Il ne reste que le monde qui sous la plume de Jesse Kellerman n'est peuplé que de gens aux comportements étranges. Oh ! Bien sûr, il ne s'agit que de quelques silhouettes de la vie new-yorkaise comme un chauffeur de taxi, une concierge, un passant ou un avocat, mais le romancier laisse éclater la bizarrerie dans le comportement comme, par exemple, celle d'un chef de service médical ou celle plus spécifique de l'incapacité de la police à aider Jonah lorsqu'il sera menacé. Dans cette folie omniprésente et partout vivace, Jonah croit finalement avoir découvert un havre de sérénité en filant le parfait amour avec la jeune femme qu'il a sauvé, mais peu à peu les apparences vont s'avérer encore plus trompeuses que le reste. Jesse Kellerman est un auteur efficace à l'américaine. Il met en scène peu de personnages, il planifie une montée lente et insidieuse du suspense (si lente que le lecteur "chevronné" - mais est-ce là le public visé ? - a vite compris le dénouement de l'intrigue), une histoire qui s'englue dans la multiplicité des détails réalistes ancrant le roman, un personnage central auquel on s'attache, quelques perversions sexuelles en arrière-plan pour assurer le maintien de la tension. Tout cela conduit évidemment à un texte maitrisé à l'extrême pour réussir ses effets en oubliant ce qui justement pourrait amener un grain de folie qui le différencierait des autres thrillers du genre.

Citation

Il était trois heures moins le quart du matin et il marchait en direction de Times Square pour s'acheter de nouvelles chaussures.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 14 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page