Tabou

Ils avaient découvert les quanats en juin de la dernière année du second conflit mondial, ces souterrains qui étaient leurs jardins secrets, pour eux ou du moins pour ceux d'entre eux qui avaient des rêves et de l'imagination.
Ruth Rendell - Celle qui savait tout
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 25 mai

Contenu

Roman - Thriller

Tabou

Tueur en série - Médical - Scientifique MAJ mardi 25 décembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,5 €

Casey Hill
Taboo - 2011
Traduit de l'anglais (Irlande) par Anath Riveline
Paris : Les Escales, octobre 2012
346 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-36569-008-9
Coll. "Les Escales noires"

Sigmund sans pitié

Après le duo Nicci French, au tour de Casey et Kevin Hill de goûter aux joies de l'écriture de couple à quatre mains... Et les Irlandais y réussissent avec le même bonheur que le duo british. Pourtant, le point de départ est commun à un paquet de thrillers industriels : la policière Reilly Steel a quitté la Californie pour l'Irlande et dirige la police scientifique de Dublin. Elle enquête sur une série de meurtres illustrant les tabous chers au bon docteur Freud — jusqu'à ce que l'affaire prenne un tour personnel qui pourrait être lié au passé de Reilly Steel elle-même. On le voit, on a affaire au flic-cachant-un-secret-de-son-passé™ désormais de rigueur avec l'obligatoire gimmick : elle emploie une "approche émotionello-sensitive" afin de recréer mentalement les scènes de crime, ce qui rapproche des éternels diagrammes tracés à grands coups d'effets graphiques dans n'importe quelle série policière histoire d'être sûr que tout le monde ait compris. Des recettes certes, mais tout comme pour Nicci French, utilisées avec un tel talent, une telle science de la narration qu'il est difficile de faire la fine bouche : il y a ce qu'il faut de développement des personnages, les scènes de crime sont horribles sans être complaisantes, l'écriture est d'une précision de sniper et le gadget de l'approche émotionello-sensitive est utilisé avec assez de parcimonie pour ne pas relever du Deus Ex Machina. Bref, c'est du carré, précis, millimétré. C'est ce dosage d'éléments, certes connus, mais parfaitement accordés, soulignés par une excellente traduction, qui fait de ce roman un thriller d'aéroport (ou conforme au "quelque chose de pas prise de tête pour lire dans le métro") quasi-parfait, surtout vu tous les sous-produits qui ont tendance à encombrer le marché. On ne peut que saluer la performance...

Citation

Les yeux de la fille étaient fermés, ses cheveux noirs étalés sur l'oreiller, une expression de repos postcoïtal sur le visage. On y aurait presque cru sans le trou béant dans sa poitrine et une bonne partie de la matière grise de son partenaire sur la joue.

Rédacteur: Thomas Bauduret dimanche 23 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page