Il faut tuer Lewis Winter

Je sais à quoi tu penses. Laisse tomber. Vous allez mourir, c'est tout. Reste à savoir quand.
Ida Lupino - Le Voyage de la peur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 novembre

Contenu

Roman - Policier

Il faut tuer Lewis Winter

Tueur à gages MAJ jeudi 10 janvier 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Malcom Mackay
The Necessary Death of Lewis Winter - 2013
Traduit de l'anglais (Écosse) par Fanchita Gonzalez Batlle
Paris : Liana Levi, janvier 2013
242 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-86746-646-5
Coll. "Policier"

Actualités

  • 26/06 Prix littéraire: Sélection 2014 du Prix du Polar Sud-Ouest/Lire en poche
  • 14/06 Prix littéraire: Sélections 2013 des Grands Prix de la littérature policière
    Mercredi 12 juin s'est tenue à la BiLiPo une rencontre des jurés du Grand Prix de la littérature policière afin de dévoiler les deux sélections finales ("Roman francophone" et "Roman étranger"). Au cours de cette réunion, un hommage particulier à été rendu à Jean-Jacques Schléret, récemment décédé, membre du jury. En attendant les noms des lauréats, qui seront connus des jurés après la délibération finale du mardi 17 septembre 2013, voici le détail des sélections. Il est à noter que chaque sélection propose son lot de surprises, mais qu'il y a de toute évidence une plus grande diversité éditoriale dans la sélection francophone. Ainsi, l'on dénombre des ouvrages de chez Serge Safran, de La Manufacture de livres ou des éditions La Branche dans les "Romans francophones", alors que les "Romans étrangers" s'octroient des ouvrages de chez Liana Levi ou Baker Street. Mais les éditeurs qui sont les grands gagnants sont Rivages, Gallimard et Gallmeister. Les grands perdants sont à coup sûr Calmann-Lévy, Le Seuil et Actes Sud (même si l'on dénote un roman paru aux éditions Jacqueline Chambon, qui entretiennent un lien privilégié avec la maison fondée par Hubert Nyssen). Mais foin de forfanteries, les sélections !

    Romans français :
    - Rainbow Warriors, de Yal Ayerdhal (Au Diable Vauvert) ;
    - La Fille de Hahn Hoa, de Thomas Bronnec (Rivages, "Noir") ;
    - Ne lâche pas ma main, de Michel Bussi (Presses de la Cité, "Domaine français") ;
    - L'Assassin à la pomme verte, de Christophe Carlier (Serge Safran) ;
    - Un long moment de silence, de Paul Colize (La Manufacture de livres) ;
    - Des nœuds d'acier, de Sandrine Collette (Denoël, "Sueurs froides") ;
    - Le Dernier des treize, de Mercedes Deambrosis (La Branche, "Vendredi 13") ;
    - I Cursini, d'Alix Deniger (Gallimard, "Série noire") ;
    - L'Expatriée, d'Elsa Marpeau (Gallimard, "Série noire") ;
    - Les Nuits de Patience, de Tobie Nathan (Rivages, "Thriller") ;
    - Un homme effacé, d'Alexandre Postel (Gallimard, "La Blanche") ;
    - J'ai fait comme elle a dit, de Pascal Thiriet (Jigal, "Polar") ;
    - Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc (Métailié, "Noir") ;

    Romans étrangers :
    - Boulevard, de Bill Guttentag (Gallimard, "Série noire") ;
    - Les Mères, de Samantha Hayes (Le Cherche midi, "Thriller") ;
    - Lettres de Carthage, de Bill James (Rivages, "Thriller") ;
    - Dark Horse, de Craig Johnson (Gallmeister, "Noire") ;
    - 22/11/63, de Stephen King (Albin Michel, "Romans étrangers") ;
    - Le Royaume des perches, de Martti Linna (Gaïa, "Polar") ;
    - Une belle saloperie, de Robert Littell (Baker Street) ;
    - Il faut tuer Lewis Winter, de Malcom Mackay (Liana Levi, "Policier") ;
    - Traversée vent debout, de Jim Nisbet (Rivages, "Thriller") ;
    - Le Tueur se meurt, de James Sallis (Rivages, "Thriller") ;
    - Dernière nuit à Montréal, d'Emily St. John Mandell (Rivages, "Thriller") ;
    - Cuba libre, de Nick Stone (Gallimard, "Série noire") ;
    - Impurs, de David Vann (Gallmeisterr, "Nature writing") ;
    - Lumière dans une maison obscure, de Jan Costin Wagner (Jacqueline Chambon, "Roman policier") ;
    - Pike, de Benjamin Whitmer (Gallmeister, "Noire").
    Liens : Rainbow warriors |Ne lâche pas ma main |Un long moment de silence |Le Dernier des treize |I cursini |L'Expatriée |Les Nuits de Patience |J'ai fait comme elle a dit |Le Dernier Lapon |Boulevard |Lettres de Carthage |Dark horse |22/11/63 |Traversée vent debout |Le Tueur se meurt |Dernière nuit à Montréal |Cuba libre |Lumière dans une maison obscure |Pike |Les Mères |Yal Ayerdhal |Michel Bussi |Paul Colize |Alix Deniger |Elsa Marpeau |Tobie Nathan |Pascal Thiriet |Olivier Truc |Bill James |Craig Johnson |Stephen King |Robert Littell |Jim Nisbet |James Sallis |Emily St. John Mandel |Nick Stone |David Vann |Jan Costin Wagner |Benjamin Whitmer |Samantha Hayes

  • 18/01 Édition: Parutions de la semaine - 18 janvier

Glasgow la muette

Il faut tuer Lewis Winter est le premier volet d'une trilogie policière située à Glasgow, mais aussi le premier roman de Malcom Mackay, et en résumé on peut dire que c'est une première belle réussite. Dans une ville sujette à une lutte de pouvoirs entre gens de la pègre, il met en scène Calum MacLean, un tueur à gages indépendant, qui entend bien le rester contacté par Peter Jamieson, caïd local sur le marché de la drogue. Shug Francis, lui, a fait fortune avec un garage où il maquille des voitures volées qu'il refourgue mais il en veut plus. Pièce névralgique de ce combat des chefs, un petit dealer nommé Lewis Winter. Il ne faudra pas plus d'un tiers du roman pour que la cible soit abattue après une préparation prudente et professionnelle. La suite ressemble plus à une partie d'échecs avec des flics véreux, des flics pas honnêtes mais presque, des petits branleurs plutôt lâches, un autre tueur trop sûr de lui, mais qui ont tous un point commun : ils ne disent pas ce qu'ils pensent, ils ne pensent pas ce qu'ils disent, voire ils ne disent rien mais n'en pensent pas moins.

L'écriture distanciée de Malcom Mackay privilégie les longs monologues introspectifs de personnes pour qui se taire ou en dire le moins possible est essentiel pour survivre. D'ailleurs, dans ce premier volet, la principale victime - hormis ce pauvre Lewis Winter - sera celle qui cause beaucoup trop, l'un autre tueur à gages prétentieux.

Zara Cope, petit amie volage de Lewis Winter, sait bien que si l'on veut survivre dans ce monde de gangsters, on se doit de faire partie de la race des taiseux. Malcom Mackay écrit d'elle : "Personne n'a envie de balancer des individus dangereux. Peu importe qu'on soit une femme cuisinée par la police après la mort de son compagnon. L'important c'est la trahison. La trahison appelle la vengeance. Forcément. Il faut montrer qu'on riposte. Alors Zara doit s'assurer que la police ne lui pose pas de questions embarrassantes." Alors Zara tisse sa toile pour obtenir un max d'argent de la mort de Lewis Winter en se répandant sur cet homme qui l'aimait et qu'elle humiliait. Quant à Calum MacLean, il n'est pas simplement un tueur indépendant, il est aussi un pion que l'on peut aisément sacrifier. Sa seule issue possible réside dans l'affiliation à l'un des deux camps. Franchira-t-il ce cap ? Il faudra attendre le second volet...

Nominations :
Prix du Polar Sud-Ouest/Lire en Poche 2014

Citation

Un criminel n'invite pas un flic chez lui s'il est détendu dans la vie.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 27 juin 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page