Pars et ne dis rien

Un homme gisait, mort, à la morgue municipale. Pas le meilleur des hommes, certes, mais qui d'entre nous l'était ? Un homme qui ne serait pas mort si je ne lui avais pas téléphoné.
Liam McIlvanney - Là où vont les morts
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 22 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Pars et ne dis rien

Social - Énigme - Assassinat MAJ jeudi 10 janvier 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,95 €

Philippe Bouin
Paris : Archipel, octobre 2012
304 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8098-0872-8
Coll. "Suspense"

Fort Chabrol

Il est dommage que le regretté Claude Chabrol n'ait pas connu les romans de Philippe Bouin. Il aurait certainement voulu adapter cet auteur qui, de livre en livre, traite des turpitudes d'une certaine bourgeoisie, celle qui hantait les films du cinéaste, à travers des récits où les questions morales jouent un rôle certain, ce qui se fait rare dans notre ère de cynisme affiché. Là, l'auteur de l'excellent Paraître à mort prend cap au Sud, à savoir la région de Montpellier : le fils de famille Jovien Porol est parti de la région sept ans plus tôt et en revient avec un livre-document brûlot sur les famines dans la Corne de l'Afrique, où on meurt en silence loin des yeux de l'occident. Mais si Jovien est parti, c'est avant tout parce qu'il fut témoin de l'assassinat d'une étudiante, dont il crut reconnaître l'assassin. Mais en est-il vraiment sûr ? Et qui était cette deuxième personne présente sur les lieux ? Lorsqu'un nouveau meurtre fort semblable est commis, il apparaît que le retour de Jovien a secoué un beau panier de crabes... Si on passe sur la présentation et le titre sentant le Harlan Coben (mais l'Archipel a déjà fait le coup avec Sebastian Fitzek), on reste dans du pur Philippe Bouin : de nombreux personnages, une intrigue reposant sur des choix moraux et éthiques, et, toujours, une dissection de la grande bourgeoisie, ici mêlée aux diasporas venues du Vietnam (le personnage d'Oncle Côc, truculent sans jamais tomber dans le cliché). Peut-être un peu trop de personnages d'ailleurs car on s'y perd un peu et le tout est parfois limite bavard, certaines discussions tombant dans le didactisme. La conclusion, glaciale et d'une logique imparable, rachète ces quelques errements. Un Bouin mineur ? On peut le dire, si on admet qu'un Bouin mineur vaut bien des œuvres majeures d'auteurs moins talentueux...

Citation

Le dossier était aux mains d'un juge qui, dès qu'il aurait du neuf, convoquerait les médias. Lui n'était qu'un homme de l'ombre. La lumière appartenait aux magistrats.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 09 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page