Les Ombres grandissent au crépuscule

Je suis étonnée que vous preniez au sérieux les divagations d'un individu qui n'est pas capable de s'apercevoir que la marée monte.
René Pétillon - Palmer en Bretagne
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

Roman - Noir

Les Ombres grandissent au crépuscule

Social - Crépusculaire MAJ lundi 14 janvier 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 12 ans

Prix: 11,9 €

Henning Mankell
Skuggorna växer i skymningen - 1991
Traduit du suédois par Karin Serres, Marianne Samoy
Paris : Seuil jeunesse, octobre 2012
230 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-02-106511-4

Geronimo et Cie

Henning Mankell se glisse avec aisance et visiblement avec plaisir dans la peau de Joël, jeune garçon qui vit avec son père dans le nord de la Suède. Quel bonheur d'avoir douze ans, même si l'apprentissage de la vie est parfois difficile. Il voit la vie à travers toutes ces belles petites choses qui permettent de se considérer comme chanceux : une amie très spéciale, des crêpes, une main qui ébouriffe les cheveux. Sa mère les a abandonnés ? Qu'à cela ne tienne, il s'évade en s'imaginant des aventures dans lesquelles il est Geronimo ou encore un capitaine pirate, et parcoure la forêt en essayant de se perdre – avez-vous déjà essayé de vous perdre délibérément ?

C'est un univers onirique et foisonnant que nous propose Henning Mankell, et nous ne pouvons que nous en étonner tout en reconnaissant à ce récit et à la plume de l'auteur une sensibilité toute enfantine, très convaincante. Joël est un petit garçon qui, confronté au monde des adultes et tout en étant conscient qu'il grandit, répugne à adopter leur comportement, souvent méchant, régulièrement moqueur, et décidément pas assez marrant. C'est pour cela qu'il s'invente ce monde imaginaire, alternative nécessaire pour trouver la solution aux situations auxquelles il est confronté bien malgré lui. Car vous comprenez bien que lorsqu'il s'estime miraculé (il est tout de même ressorti vivant de sous les roues d'un camion, et cela, même Geronimo ne peut en dire autant), il décide de s'acquitter de cette dette qu'il a contracté auprès du Destin. Mais trouver un miracle à organiser dans un petit village de Suède, ce n'est pas chose facile, bien que le petit garçon ait une imagination débordante et une bonne volonté à toute épreuve. Finalement, il décide d'aider Gertrude, une jeune femme défigurée (mais lui ne la considère absolument pas comme telle : elle joue après tout du trombone !) à trouver l'amour : c'est bien ce que font tous les adultes n'est-ce pas ? Pourtant, si son plan est mûrement réfléchi et qu'il se donne les moyens de ce miracle, le monde des adultes est bien trop opaque pour qu'il en comprenne toutes les subtilités et finalement, c'est bien l'amitié qui lui apportera la solution.

C'est avec beaucoup de plaisir que nous plongeons à nouveau dans l'univers de Joël Gustafsson, le personnage réccurent des romans jeunesse d'Henning Mankell, au parfum de récit initiatique. Le passage de l'enfance à l'âge adulte n'est pas un mythe, mais bien un parcours semé d'embûches que l'auteur nous décrit. La sensibilité et la sincérité marquent définitivement Les Ombres grandissent au crépuscule, très beau roman à l'humour décalé et savoureux, et résolument poétique.

Citation

On peut se perdre en soi-même, songe-t-il. Pas besoin d'aller dans la forêt pour y arriver.

Rédacteur: Catherine Thiéry dimanche 13 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page