Les Profiteurs

L'une de ses qualités en tant que flic était de faire la différence entre ce qu'il avait vu et ce qu'il était 'censé' avoir vu.
P.J. Parrish - Une si petite mort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Les Profiteurs

Assassinat - Faits divers MAJ jeudi 17 janvier 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Leif GW Persson
Profitörerna - 1979
Traduit du suédois par Esther Sermage
Paris : Rivages, novembre 2012
329 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2424-8
Coll. "Thriller"

Une putain d'enquête

Résoudre un meurtre fait partie des missions quotidiennes des policiers des commissariats du monde entier, mais savoir conduire une enquête est absolument essentiel pour réussir à trouver le coupable le plus rapidement possible. Les indices peuvent être imbriqués les uns dans les autres. Il faut savoir démêler astucieusement les fils permettant de trouver la solution, et être capable de déjouer les fausses pistes. Bien souvent, il s'agit de jouer contre le temps car les premières heures sont primordiales dans le travail d'investigation.

Jan Lewin est un policier de Stockholm, plutôt considéré comme un élément chevronné, et lorsqu'il arrive sur cette nouvelle scène de crime, il ne va pas mettre longtemps à reconnaître la victime. Il l'avait reçue récemment dans les locaux de la police suédoise. Elle était venue d'elle-même, quelques jours plutôt, pour parler d'une agression un peu étrange dont elle aurait été victime. Mais elle avait été incapable d'en dire plus. La seule solution pour Lewin avait été de la laisser repartir sans vraiment comprendre grand-chose à sa démarche plus que bizarre. Sauf que, maintenant, elle gît morte sur le sol de l'entrée de son appartement. Elle a été sauvagement assassinée, pour ne pas dire violemment massacrée. Son nom est Kataryna Rosenbaum. Elle était d'origine polonaise et exerçait la particulière profession de prostituée, et pour certains, cela veut dire qu'elle était tout simplement une pute, avec tout l'aspect péjoratif que le terme peut laisser sous-entendre.
Pour Lewin et ses collègues le mieux est de commencer par rechercher ses derniers clients. Mais ce travail fastidieux ne va pas les faire progresser dans leur enquête. Ils doivent abandonner la piste d'un habitué qui dans un moment violent aurait supprimé l'objet de son désir. Leur second travail sera de mettre la main sur son souteneur, pas un inconnu pour les services de la police judiciaire, un maquereau du nom de Marek Sienkowski. Ils ont déjà une longue liste de griefs contre cet homme habitué des interrogatoires, qu'ils n'ont jamais réussi à faire tomber.
Cette nouvelle piste va également les mener vers un vendeur de voitures d'occasions, vers un usurpateur d'identité et ce n'est là que le début d'une longue liste d'individus. Car l'enquête sera longue et complexe. Il va leur falloir descendre dans un Stockholm pas franchement reluisant, celui de l'univers très trouble et complexe de la prostitution. Les enquêteurs vont se retrouver face au simple petit client occasionnel qui à peine satisfait est déjà rempli de remords ; mais ils vont aussi avoir affaire au souteneur qui a abandonné ses états d'âme et sa compassion depuis bien longtemps.

Les faits relatés dans Les Profiteurs se sont déroulés sur une année : un an d'une enquête méticuleuse avec les progrès rapides, les déconvenues, les nouveaux éclairages, les découragements. Leif GW Persson, grâce à son métier de criminologue, présente dans le détail l'avancement des recherches. L'écriture est des plus rigoureuses, ce qui ne fait que renforcer son récit en lui donnant une incroyable impression de véracité. Ce réalisme finit d'ailleurs par entourer les chapitres d'une tonalité particulière. Avec un une froide précision, Persson décortique les recherches des enquêteurs en leur concédant ce qu'il faut d'ironie pour leur conserver suffisamment d'humanité. Il montre à la fois leur force mais aussi leurs dérives car ils restent avant tout des êtres humains avec leurs possibles faiblesses et contradictions. En même temps, il dépeint les travers de la société suédoise en pleine évolution à l'aube des années 1980, et il pointe sa plume sur les fissures bien profondes, sur tous les contrastes bien présents dans cette société pourtant longtemps idéalisée mais désormais en pleine mutation.

Citation

Krusberg fit un sourire en coin. Bientôt trois semaines, se dit-il, un tas de gens sur l'affaire, tout ça pour une sale pute. Alors que d'honnêtes citoyens ne pouvaient même pas se promener dans la rue en sécurité.

Rédacteur: Fabien Maurice dimanche 13 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page