Miséricorde

Peter Paon, le directeur du théâtre de la Volière, l'avait annoncé au journaliste Louis Flamant pour son canard, le spectacle marquerait la saison musicale. Il faut dire que le paon avait poussé la roue pour avoir les meilleurs interprètes du moment : Lalou Lalouette, Flavie Fauvette, Omer Lemerle, Robert Rosignol et Gaston Pinson. Vraiment, le paon était fier de sa production !
Emmanuel Trédez - Le Hibou n'est pas manchot
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 27 juin

Contenu

Livre sonore - Thriller

Miséricorde

Enlèvement - Disparition - Faits divers MAJ jeudi 24 janvier 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 23,9 €

Cold case danois.

Carl Mørck est un bon flic. Difficile, mais pénétrant. Et passablement désabusé après le drame qu'il a vécu, y laissant presque sa vie tandis que ses deux anciens coéquipiers y ont laissé la leur, l'un mort, l'autre handicapé à vie. Ses supérieurs, conscient de sa lassitude, lui taillent sur mesure une mise au placard peu glorieuse : la direction du Département V, destiné aux affaires nationales non résolues. Carl accepte paresseusement, obtient un chauffeur (Hafez El Assad), et commence mollement par l'enquête sur la disparition de Merete Lynggaard, vice-présidente du parti Démocrate, disparue depuis cinq ans.
Premier opus d'une série à venir, Jussi Adler-Olsen prend tout d'abord beaucoup de soin à construire ces personnages, une atmosphère, tout à la fois lourde, presque endormie, mais égayée par ce double dont il affuble son inspecteur, ce Syrien (Assad) débarqué depuis peu au Danemark, comprenant mal ce qu'on lui demande, ce qui nous vaut des quiproquos truculents, et avec suffisamment d'ombre dans son parcours pour qu'on y devine des intrigues à venir.
L'intrigue présente, bien sûr, est composée avec efficacité et rigueur, ramifiée comme cela se doit en pistes innombrables, presque trop classiquement, n'était l'organisation du récit en séquences temporelles distinctes, 2002 pour l'enlèvement de Merete, 2007 pour l'enquête de Mørck, juxtaposant des rythmes très tranchés, celui du passé de Merete installant avec force la tragédie de son épreuve.
Une efficacité donc très professionnelle, heureusement agrémentée ici d'une interprétation artistique prenante. Eric Herron-Macarel, de sa voix grave, pose sans cesse de longs moments de silence, laissant au mots, aux phrases, leur chance d'enrober l'intrigue d'une chair pathétique. La diction est lente, l'intonation intrigante, surtout dans le prologue : il ménage des temps qui ne correspondent pas exactement à ceux du texte, élevant la voix en un suspens déroutant. Une voix volontiers interrogative, comme s'il pointait, montrait les faits, les lieux, les objets, interpellant l'auditeur, le convoquant dans une proximité complice.

NdR - 2 CD MP3, 14 h 34. d'écoute.

Récompenses :
Prix Plume libre : La Plume du thriller international 2013

Citation

Pour eux, elle était la femme dans la cage. Mais l'espace que cernait les barreaux lui appartenait.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 14 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page