La Muraille de lave

La niche, cette trappe par laquelle on servait autrefois les aborigènes qui voulaient acheter de l'alcool malgré l'interdiction, une pratique qui survit encore dans pas mal de pubs de l'outback.
Adrian Hyland - La Piste du feu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 septembre

Contenu

Livre sonore - Policier

La Muraille de lave

Économique - Corruption - Chantage MAJ jeudi 17 janvier 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 21,5 €

Arnaldur Indridason
Svörtuloft - 2009
Jean-Marc Delhausse (lecteur)
Traduit de l'islandais par Éric Boury
Paris : Audiolib, octobre 2012
1 CD MP3 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35641-506-6
Extrait audio :


Un monde usé jusqu'à la corde...

Erlendur baguenaude, d'un chemin buissonnier l'autre, laissant à ses adjoints le soin de démêler les affaires qui se présentent. Elinborg, et Sigurdur Oli, surtout, objet de toute l'attention de l'écrivain cette fois, toujours aussi abrupt, insensible, aux commentaires équivoques, exaspérants. Le roman s'ouvre sur une réunion d'anciens camarades de lycée. Tous ont réussi. Sigurdur Oli ? Peut-être pas. Un flic, ce n'est plus grand-chose dans cette société d'opulence qui semble se dessiner. Mais c'est bien pratique encore : un ancien camarade de lycée lui demande de l'aider dans une affaire de chantage. Des parties fines compromettantes. Le couple maître chanteur est connu. Sigurdur Oli frappe à leur porte quand un homme l'agresse avant de réussir à prendre la fuite. Dans l'appartement, la maîtresse de maison agonise, le crâne défoncé. Laissant Sigurdur Oli dans l'embarras au moment d'appeler ses collègues : que faisait-il sur les lieux de l'agression ? Sigurdur Oli n'en dira rien tout d'abord, menant son enquête obstinément, dans l'entourage de jeunes banquiers sans scrupules. Mais d'autres affaires le rattrapent, nouant leurs logiques à cette dernière pour parachever la vision d'une société en pleine déliquescence morale.

De sales affaires donc, partout, toujours, où la morale individuelle comme la morale publique se voient congédiées sans façon : une société de profit n'a que faire de la morale. C'est qu'à tous les niveaux de la vie, l'Islande s'était mise à croire à cette course au profit qu'on lui avait enseignée. Une course à bout de souffle désormais, celle d'un monde à l'agonie, le nôtre, qui n'en finit pas de s'effondrer sur lui-même. Voilà ce que Sigurdur Oli découvre, partout, dans son propre couple comme dans son propre corps défaillant, dans l'être si peu convaincant qu'il se voit devenir comme dans le couple de ses parents, malades autant physiquement que psychologiquement. Une débandade généralisée où jaillit l'horreur des perversions humaines libérées comme d'une boîte de Pandore nauséabonde. L'Islande du credo néolibéral. Celle d'avant la révolution des casseroles, que le roman n'élucide pas, tant il s'est enfermé dans l'explication éthique. Une explication qui ouvre un éprouvant horizon sur fond de la personnalité de Sigurdur Oli, obligé d'en rabattre, décrivant une trajectoire sensible pour le coup, qui l'humanise, à rebours des certitudes qui l'avaient rendu si méprisable aux yeux du lecteur.

Un tournant romanesque dans la série des enquêtes d'Erlendur, qui peut bien disparaître désormais tant Sigurdur Oli paraît convaincant. Ou bien un roman de transition peut-être, relançant l'œuvre – on imagine le retour d'Erlendur, le choc de ces deux personnalités plutôt que leur affrontement : ils ont tant à dire sur notre humanité... Un récit charnière dont on comprend alors qu'il soit pareillement lu, avec cette diction confiante dans la force du texte, l'emmenant avec fermeté mais l'épousant au plus près pour le mener à son terme. Convaincant !

NdR - 1 CD MP3, 10 h 35 d'écoute.

Citation

Il était une frayeur ancienne qui sortait maintenant de sa cachette pour lui sauter au visage, la gueule béante.

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 15 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page