La Muraille de lave

Les femmes qui s'embarquent dans des histoires d'amour sans réfléchir au pognon sont des imbéciles.
Nadine Monfils - Coco givrée
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 15 décembre

Contenu

Livre sonore - Policier

La Muraille de lave

Économique - Corruption - Chantage MAJ jeudi 17 janvier 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 21,5 €

Arnaldur Indridason
Svörtuloft - 2009
Jean-Marc Delhausse (lecteur)
Traduit de l'islandais par Éric Boury
Paris : Audiolib, octobre 2012
1 CD MP3 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35641-506-6

Actualités

  • 10/05 Édition: Parutions de la semaine - 10 mai
    Håkan Nesser (Le Seuil) et James Sallis (Rivages) sont les figures de proue d'une semaine où l'on découvre au catalogue de la "Série noire", en la personne de Bill Guttentage, un nouvel auteur dont nous vous parlerons bientôt.
    Les nombreuses rééditions vous permettront de (re)trouver Arnaldur Indridason, Frederyck Forsyth, John Harvey et Danielle Thiéry, autant d'habitués de ces pages, mais également des rééditions en folie de romans de Jean-Pierre Ferrière et, cerise sur le gâteux, une nouvelle traduction de Jacques Mailhos pour un roman de Ross McDonald mettant en scène Lew Archer, À chacun sa mort.
    La semaine propose également un arrivage massif de super-héros en lutte contre des super-vilains de chez Urban comics ou Panini comics, quant à la littérature jeunesse, elle nous propose une nouvelle immersion dans le far-west en compagnie de Caroline Lawrence, et un petit criminel imaginé par Christophe Léon. Pendant ce temps, De Borée nous emmène sur la côte d'Azur, loin de la Croisette mais à la croisée des faits divers sordides.

    Fictions adulte grand format :
    Le Matériel du tueur, de Gianni Bondillo (Métailié, "Bibliothèque italienne")
    Le Livre des morts : les nouvelles enquêtes de Sherlock Holmes, de David Stuart Davies (Fetjaine)
    Sherlock Holmes : un certain Dr Watson, de David Stuart Davies (Fetjaine)
    La Mort en rouge, de Pierre Gaulon (City, "Thriller")
    Coyote crossing, de Victor Gischler (Denoël)
    Boulevard, de Bill Guttentag (Gallimard, "Série noire")
    Sombre mascarade, de Caroline Herrera (Le Grand chardon-Astobelarra, "Mozaïc")
    Quelqu'un priait sur ma tombe, de Jean-Claude Melka (Les Nouveaux auteurs, "Policier")
    Le Pendu du jardin Vagabond, de Roger Moiroud (Thot, "Polar")
    L'Inconnue de Bangalore, de Anita Nair (Albin Michel, "Romans étrangers")
    Homme sans chien, de Håkan Nesser (Le Seuil, "Policiers")
    Rennes, ici Rennes, collectif (Critic, "Thriller")
    Le Tueur se meurt, de James Sallis (Rivages, "Thriller")
    Flics requiem, de Michel Tourscher (Les Nouveaux auteurs, "Policier")
    La Dérive des incontinents : quand le réchauffement climatique jette un froid !, de Gordon Zola (Le Léopard démasqué)

    Fictions adulte poche :
    La Muraille de lave, d'Arnaldur Indridason (Points, "Policier")
    Dangereuse courée, d'Yves Baudrin (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Bronzage intégral, de Jean-Pierre Ferrière (Campanile, "Rose & noir")
    Ma mort aura ton visage, de Jean-Pierre Ferrière (Campanile, "Rose & noir")
    Meurtres en bonus, de Jean-Pierre Ferrière (Campanile, "Rose & noir")
    La Mort qu'on voit danser, de Jean-Pierre Ferrière (Campanile, "Rose & noir")
    Des relations de plage, de Jean-Pierre Ferrière (Campanile, "Rose & noir")
    Cobra, de Frederick Forsyth (LGF, "Thriller")
    Le Deuil et l'oubli, de John Harvey (Rivages, "Noir")
    Une canaille et demie, de Iain Levison (Liana Levi, "Piccolo")
    Moi, Anna, de Elsa Lewin (LGF, "Policier")
    Le Camée anglais : roman policier moghol, de Madhulika Liddle (Philippe Picquier, "L'Asie en noir")
    La Conjuration des ombres, de Scott Mariani (City, "Poche. Thriller")
    À chacun sa mort, de Ross McDonald (Gallmeister, "Totem")
    Noir de noir, 86 %, de Pierre Ricour (Les Presses littéraires, "Incisives nouvelles")
    Lord Peter et l'inconnu, de Dorothy Leigh Sayers (Le Masque, "Jaune")
    Le Chasseur solitaire, de Whitney Terrell (Rivages, "Noir")
    Le Sang du bourreau, de Danielle Thiéry (Le Masque, "Masque poche. Contemporain")
    N'ouvre pas les yeux, de John Verdon (LGF, "Policier")
    Mortel Cambrésis, de Philippe Waret (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")

    Bandes dessinées :
    Le Survivant des eaux noires, de Philippe Aymond (Dargaud)
    Batwoman. 2, En immersion, de Haden Blackman & J. H. Williams (Urban comics, "DC renaissance")
    Odyssée sicilienne, de Luca Blengino & Pasquale del Vecchio (Dargaud)
    Ultimatum, de C. B. Cebulski & Jeph Loeb (Panini comics, "Marvel Select")
    Mirador, tête de mort, de David Cénou (La Boîte à bulles, "Contre-cœur")
    Le Sourire de Mao, de Cornette & Michel Constant (Futuropolis)
    On a tué Wild Bill, de Hermann (Dupuis, "Aire libre")
    La Douce vie de bourreau, de Christian Jolibois & Joëlle Passeron (Gallimard)
    Lady Spitfire. 3, Une pour tous et tous pour elle, de Sébastien Latour & Maza (Delcourt, "Série B")
    Iron Man : l'intégrale. 1, 1963-1964, de Stan Lee, Don Heck & Jack Kirby (Panini comics, "Marvel Classic")
    Batman : Silence, de Jeph Loeb & Jim Lee (Urban comics, "DC essentiels")
    Marvel zombies : opération destruction, de Frank Marraffino & Fred Van Lente (Panini comics, "100 % Marvel")
    Lucky Luke : l'intégrale. 22, de Morris (Lucky comics)
    Lucky Luke : l'intégrale. 23, de Morris (Lucky comics)
    Les Guerres secrètes, de Jim Shooter, Mick Zeck & Bob Layton (Panini comics, "Marvel gold")
    Les Fugitifs : génération perdue, de Joss Whedon & Ryan Michael (Panini comics, "100 % Marvel")
    Tueurs de mamans. 1, de Zidrou, Ludo Borecki & Benoît Ers (Dupuis)

    Littérature de jeunesse (éveil) :
    Ali Baba, de Marie Caillou (Milan jeunesse, "Contes et contines à toucher")
    Zou détective : mes histoires surprises (Larousse)

    Fictions jeunesse :
    Qui a tué Sally Sampson ?, de Caroline Lawrence (Hachette, "Aventure")
    Le Petit criminel : le frère, la sœur et le policier, de Christophe Léon (Le Seuil jeunesse)
    Le Mystère de la chambre noire, de Serge Rubin (Talents hauts, "Livres et égaux")
    Mystères et pierres précieuses, de Andreas Steinhöfel (Gallimard jeunesse; "Hors série littérature")

    Criminologie & prisons :
    Fraude, contrefaçon et contrebande de l'Antiquité à nos jours, de Gérard Béaur, Hubert Bonin & Claire Lemercier (Université de Genève, Centre d'histoire économique internationale, "Publications d'histoireéconomique et sociale internationale")
    Les Grandes affaires criminelles de la côte d'Azur, d'Arnaud Gobin & Charles Bottarelli (De Borée, "Histoire & documents")
    De la piraterie au piratage : la fascination de la transgression, de Dominique Le Brun (Buchet Chastel, "Essais et documents")
    Une histoire du crime dans le Finistère, 1811-1910, d'Annick Le Douget (J.-P. Gisserot)
    Le Sang et l'encre : et si Christian Ranucci était innocent ?, de Yann Le Meur (L'Harmattan)
    Liens : Cobra |Le Deuil et l'oubli |À chacun sa mort |Le Chasseur solitaire |N'ouvre pas les yeux |Les Grandes affaires criminelles de la Côte d'Azur |Le Camée anglais |Håkan Nesser |James Sallis |Gordon Zola |Arnaldur Indridason |Jean-Pierre Ferrière |Frederick Forsyth |John Harvey |Iain Levison |Ross Macdonald |Whitney Terrell |Danielle Thiéry |Caroline Lawrence |Madhulika Liddle

Extrait audio :


Un monde usé jusqu'à la corde...

Erlendur baguenaude, d'un chemin buissonnier l'autre, laissant à ses adjoints le soin de démêler les affaires qui se présentent. Elinborg, et Sigurdur Oli, surtout, objet de toute l'attention de l'écrivain cette fois, toujours aussi abrupt, insensible, aux commentaires équivoques, exaspérants. Le roman s'ouvre sur une réunion d'anciens camarades de lycée. Tous ont réussi. Sigurdur Oli ? Peut-être pas. Un flic, ce n'est plus grand-chose dans cette société d'opulence qui semble se dessiner. Mais c'est bien pratique encore : un ancien camarade de lycée lui demande de l'aider dans une affaire de chantage. Des parties fines compromettantes. Le couple maître chanteur est connu. Sigurdur Oli frappe à leur porte quand un homme l'agresse avant de réussir à prendre la fuite. Dans l'appartement, la maîtresse de maison agonise, le crâne défoncé. Laissant Sigurdur Oli dans l'embarras au moment d'appeler ses collègues : que faisait-il sur les lieux de l'agression ? Sigurdur Oli n'en dira rien tout d'abord, menant son enquête obstinément, dans l'entourage de jeunes banquiers sans scrupules. Mais d'autres affaires le rattrapent, nouant leurs logiques à cette dernière pour parachever la vision d'une société en pleine déliquescence morale.

De sales affaires donc, partout, toujours, où la morale individuelle comme la morale publique se voient congédiées sans façon : une société de profit n'a que faire de la morale. C'est qu'à tous les niveaux de la vie, l'Islande s'était mise à croire à cette course au profit qu'on lui avait enseignée. Une course à bout de souffle désormais, celle d'un monde à l'agonie, le nôtre, qui n'en finit pas de s'effondrer sur lui-même. Voilà ce que Sigurdur Oli découvre, partout, dans son propre couple comme dans son propre corps défaillant, dans l'être si peu convaincant qu'il se voit devenir comme dans le couple de ses parents, malades autant physiquement que psychologiquement. Une débandade généralisée où jaillit l'horreur des perversions humaines libérées comme d'une boîte de Pandore nauséabonde. L'Islande du credo néolibéral. Celle d'avant la révolution des casseroles, que le roman n'élucide pas, tant il s'est enfermé dans l'explication éthique. Une explication qui ouvre un éprouvant horizon sur fond de la personnalité de Sigurdur Oli, obligé d'en rabattre, décrivant une trajectoire sensible pour le coup, qui l'humanise, à rebours des certitudes qui l'avaient rendu si méprisable aux yeux du lecteur.

Un tournant romanesque dans la série des enquêtes d'Erlendur, qui peut bien disparaître désormais tant Sigurdur Oli paraît convaincant. Ou bien un roman de transition peut-être, relançant l'œuvre – on imagine le retour d'Erlendur, le choc de ces deux personnalités plutôt que leur affrontement : ils ont tant à dire sur notre humanité... Un récit charnière dont on comprend alors qu'il soit pareillement lu, avec cette diction confiante dans la force du texte, l'emmenant avec fermeté mais l'épousant au plus près pour le mener à son terme. Convaincant !

NdR - 1 CD MP3, 10 h 35 d'écoute.

Citation

Il était une frayeur ancienne qui sortait maintenant de sa cachette pour lui sauter au visage, la gueule béante.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 01 août 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page