L'Heure des fous

- Ne vous laissez pas envahir par la haine, c'est un sentiment destructeur. Et vous avez votre vie à reconstruire. - Je ne la reconstruirai pas sur des cadavres impunis, docteur ! Je souffre depuis trop longtemps pour ça...
Denis Lapière, Franck Giroud & Ralph Meyer - Page noire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Corps et l'âme
Frank Elder a fait partie des forces de police. Il y a sept ans, il a sauvé in extremis sa fille qui avai...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 février

Contenu

Roman - Policier

L'Heure des fous

Procédure - Faits divers MAJ dimanche 10 février 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Nicolas Lebel
Paris : Marabout, janvier 2013
380 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-501-08309-6
Coll. "MaraBooks"

Actualités

  • 10/09 Librairie: Coup de folie à Terminus polar
    À l'heure où les habitants de l'Écosse doivent réfléchir à l'indépendance du royaume, la librairie parisienne spécialisée Terminus polar (30 avenue Parmentier - 75011 Paris. Tél. : 01.40.21.62.08) vous propose un mois "Spécial Écosse". De nombreux artistes se sont exprimés pour l'indépendance. Si l'on apprend aujourd'hui que ce n'est pas le cas de l'auteur la plus réputée, J. K. Rowling, on pourrait être en droit de demander son avis à Peter May. Car, et il faut bien le dire sous réserve d'être taxé de malhonnêteté intellectuelle (ce n'est pas ma faute si j'ai une phobie littéraire), la librairie a choisi un tout autre événement : celui de la parution de L'Île du serment au Rouergue. Pour étoffer ce mois, Terminus polar vous propose un focus sur Liam McIlvanney, William Muir, Malcolm Mackay, John Burnside ou encore Val McDermid. De quoi susciter de saines lectures...

    Le 26 septembre à partir de 19 heures, ce sera au tour du romancier français Nicolas Lebel de venir dédicacer ses deux romans Le Jour des morts et L'Heure des fous à l'occasion d'une soirée littéraire et apéritive comme nous l'ont habitué les libraires des lieux dans une ambiance détendue.

    S'il ne sera pas physiquement présent, l'écrivain sud-africain Deon Meyer sera particulièrement mis à l'honneur à Terminus polar à partir du 29 septembre et en prévision de la parution au Seuil le 2 octobre de son nouveau roman Kobra.

    Enfin, les romanciers et compères Marc Villard et Jean-Bernard Pouy seront de la partie le 23 octobre à partir de 19 heures à l'occasion de la parution de leur ouvrage à quatre mains, Alphabet du polar, 26 histoires inédites chez In 8. Autant d'histoires à déguster avec une sauce piquante, des petits dés de fromage et des biscuits salés...
    Liens : L'Île du serment |Jean-Bernard Pouy |Marc Villard |Deon Meyer |Peter May |Val McDermid

  • 01/02 Édition: Parutions de la semaine - 1er février

L'heure de la revanche ?

Tiens, un peu de sang neuf ! Ce premier roman de Nicolas Lebel se pose comme un mélange entre le polar d'enquête et le procédural auquel il ne manque qu'une légère bascule pour tomber dans l'humoristique, tant ses personnages sont décalés. Le départ est banal, un fait divers comme beaucoup avec un SDF poignardé à mort par ce qui semble être d'autres clochards. Pas de quoi y passer la nuit, n'est-ce pas ? Sauf que ce SDF mène à un personnage, Rodolphe, prof en Sorbonne poignardé dans le dos par sa hiérarchie. Un homme tombé au plus bas, qui hante les foyers et semble recruter d'autres damnés de la Terre pour mijoter une bien improbable vengeance... Et que vient faire dans cette histoire un fusil remontant à l'ère napoléonienne... qui n'aurait jamais dû exister ?
Un point de départ alléchant donc mené de la façon actuelle : en chapitres courts passant d'un personnage à l'autre (les trois lieutenants du Capitaine Mehrlicht — dont le nom signifie "plus de lumière" en allemand, ce qui ne doit pas être anecdotique), et majoritairement en dialogues (oui, comme dans une de ces sacro-saintes séries TV qui sont l'aboutissement ultime de l'évolution humaine...).
Le texte décolle vraiment lorsqu'il nous fait découvrir la communauté des SDF, cour des miracles moderne, et ses codes internes à l'écart de la société. Et pourtant, lorsqu'on en vient à la course-poursuite finale du genre "L'homme qui a vu l'homme qui a vu la bombe", on reste un poil sur sa faim : on eut aimé fouiller un peu plus cet univers des rebuts de notre monde forcément parfait digne de l'excellent La Fille des souterrains, de Anders Roslund & Börge Hellström (Presses de la Cité, "Sang d'encre"), et l'idée de leur révolte généralisée aurait demandé un petit grain de folie supplémentaire (On imagine ce que le duo Jérôme Camut-Nathalie Hug eut fait d'un tel sujet, pour ne pas parler de Serge Brussolo !). Mais un premier roman mérite l'indulgence, et celui-ci présente assez de qualités pour qu'on attende un deuxième opus, qu'on espère celui de la consécration.

Citation

Les mots de Mehrrlicht semblaient se tordre et se traîner dans un bac à gravier avant de sortir de sa gorge. Le grincement qui en résultait suffisait souvent à mettre un terme aux débats.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 17 novembre 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page