Sale histoire

C'est comme s'il était parti en laissant son ombre, avait dit Joel. Imagine, Katz. Le corps a disparu, mais l'ombre reste.
Carl-Johan Vallgren - Le Garçon de l'ombre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 décembre

Contenu

Roman - Aventure

Sale histoire

Économique - Géopolitique MAJ vendredi 17 avril 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9 €

Eric Ambler
Dirty Story - 1967
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Pierre-François Caillé
Paris : Rivages, février 2009
298 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-1949-7
Coll. "Noir", 721

Un sans-papiers en Afrique

Arthur Abdel Simpson est un aventurier apatride. Né d'un sergent major des armées de Sa Majesté et d'une Égyptienne, il ne peut procurer aucune preuve d'un mariage légal entre ses parents et galère de consulats en consulats pour obtenir un passeport britannique. Coincé à Athènes sans passeport mais avec des ennuis aux trousses, il se retrouve associé à des gens qui veulent tourner un film pornographique. L'histoire tourne court et Simpson doit fuir en compagnie du Français Goutard à bord d'un navire à destination des côtes africaines. Goutard est un mercenaire sans foi ni loi autre que le dollar, qui se vend au plus offrant. Pour l'instant, le plus offrant est la SMMAC, une multinationale qui veut exploiter des terres rares à la frontière entre deux pays africains, terres rares aux mains de l'UMAD. Simpson se retrouve à jouer au petit soldat, Uzi en mains, en opération ultra secrète quand il est contacté par un agent de l'UMAD. Pendant ce temps, les opérations ne se déroulent pas comme prévu. Le sang coule à flot, les balles crépitent, les mortiers entrent dans la danse et du côté ennemi on découvre d'autres mercenaires qui auraient pu être des alliés. La personnalité de Goutard-Denard se révèle et les sarcasmes pleuvent sur Simpson-Sinbad. Un coup d'Uzi sur le crâne de l'un résoudra les problèmes.
Eric Ambler délivre un étonnant roman d'aventure qui change de ses récits d'espionnage quoi que empreint de cette touche des années 1960. Écrit en 1967, Sale histoire dépeint la voracité des multinationales, lesquelles se jouent des frontières et des gouvernements pour des histoires de gros sous. Engagent des mercenaires, font la guerre, puis la paix tout en se partagent le gâteau. Parallèlement, le roman porte un regard sur la non vie d'un sans-papiers. Comme un pied de nez à nos problèmes actuels, Simpson, au milieu d'une Afrique aux pays se multipliant comme des petits pains, s'érige en nation bidon autoproclamée et unipersonnelle pour imprimer ses propres passeports hard discount au détriment des fameux passeports Panlibhanco mot hybride de Panama, Liberia, Honduras et Porto-Rico. Et si Arthur Abdel Simpson n'était pas tout simplement un humaniste moraliste ?

Citation

Les policiers se montrèrent corrects, mais avec une certaine mauvaise humeur. Il va sans dire qu'ils avaient été formés par les Anglais.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 16 avril 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page