Il

Pour obtenir cent mille euros, on peut les demander à une personne riche. On peut aussi demander un euro à cent mille personnes. Tout est dans l'équilibre et le dosage. Mes cibles doivent rester des entreprises et je me vois mal en sélectionner autant. Partant des cinq mille euros qui semblent me réussir, viser vingt sociétés devrait suffire.
Frédéric Ernotte - Ne sautez pas !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 24 août

Contenu

Roman -

Il

Tueur en série - Procédure MAJ jeudi 07 mars 2013

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Derek Van Arman
Just Killing Time - 1992
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Johan-Frédérik Hel Guedj
Paris : Sonatine, février 2013
768 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-35584-061-6

Actualités

  • 08/02 Édition: Parutions de la semaine - 8 février
    Parmi les nouveautés de la semaine, à signaler le retour du commissaire Erlendur dont nous vous parlerons très prochainement. Le héros (!) récurrent de l'Islandais Arnaldur Indridason parcourt d'Étranges rivages. Yves Hugues confirme le talent qu'on lui connaissait en littérature jeunesse et nous offre un Éclat de voix prometteur pour la suite de sa carrière en littérature adulte. Quant aux éditions Sonatine, elles nous proposent un peu tard un roman de procédure qui valut bien des ennuis à son auteur de la part du FBI, mais qui aujourd'hui est bien malheureusement suranné : Il, de l'anonyme Derek Van Arman. Du côté des poches, Jean-Hugues Oppel, avec Vostok remet au goût du jour la trame d'un ouvrage de science-fiction. Il en fait un thriller écolo-économique tout en rythme. Le reste, bande dessinée, jeunesse, criminologie & prison... est bien entendu à découvrir.
    Faites vos lectures !

    Fiction adulte grand format :
    Étranges rivages, de Arnaldur Indridason (Métailié, "Bibliothèque nordique")
    Contre toute attente, de Linwood Barclay (Belfond, "Noir")
    Suite des aventures du cuisinier Savoisy, de Michèle Barrière (Agnès Viénot)
    Mauvais sang, de David Max Benoliel (Ex æquo, "Rouge")
    616, de Frédéric Coudron (Ex æquo, "Rouge")
    Le Safari des bêtes à sang chaud et autres meurtres de sang froid, de Nicholas Drayson (Les 2 terres)
    Propagande noire, de Georges Fenech & Alexandre Malfaye (Kero)
    La Disparition de Maura, de Tess Gerritsen (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Les Fenêtres murmurent, de Dulle Griet (Presses de la Cité, "Domaine français")
    Éclats de voix, de Yves Hugues (Les Escales)
    L'Énigme de Flatey, de Victor Arnar Ingolfsson (Le Seuil, "Policiers")
    Le Bon coupable, de Armel Job (Robert Laffont)
    La Fin de la saison des guêpes, de Denise Mina (Le Masque, "Grands formats")
    L'Année du volcan, de Jean-François Parot (Jean-Claude Lattès, "Romans historiques")
    Les Griffes du mensonge, de James Patterson (L'Archipel)
    Une balade dans la nuit, de George P. Pelecanos (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Un long et noir silence, de Craig Russel (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Noces macabres, de David Thomas (Presses de la Cité, "Suspense psychologique")
    Codex lethalis, de Pierre-Yves Tinguely (Black Moon, "Thriller")
    Il, de Derek van Arman (Sonatine)

    Fiction adulte poche :
    Hanna était seule à la maison, de Carin Gerhardsen (10-18, "Domaine policier")
    Le Département de musique, de Joyce Carol Oates (Archipoche, "Archipoche")
    Vostok, de Jean-Hugues Oppel (Rivages, "Noir")
    L'Origine du silence, de Jed Rubenfeld (Pocket, "Best")
    Un calice de sang, de Peter Tremayne (10-18, "Hrands détectives")
    L'Ascète boude le cristal, de Gordon Zola (Le Léopard démasqué, "Les Aventures de Saint-Tin et son amil Lou")

    Bandes dessinées :
    Scalped. 7, Rez blues, de Jason Aaron & R.M. Guéra (Urban comics, "Vertigo classiques")
    Section Trident. 2, Assaut sur le CDG, de Patrice Buendia & Dams (Zéphyr BD)
    Nuit noire, de David Chauvel & Jérôme Lereculey (Delcourt, "Mirages")
    Le Plan. 1, Ils avaient tout prévu et pourtant..., de Jérôme Félix & Gunt (Bamboo, "Grand angle")
    Tony Chu, détective cannibale. 5, première ligue, de John Layman & Rob Guillory (Delcourt, "Contrebande")
    La Vengeance du grand singe blanc, de Li-An (Vents d'ouest)
    Opération Bojinka, de Jean-Pierre Pécau & Igor Kordey (Delcourt, "Série B")
    Secrets bancaires USA. 5, Mort à Bethlehem, de Philippe Richelle & Dominique Hé (Glénat, "Investigations")

    Mangas :
    Reborn ! Mon prof le tueur. 34, de Akira Amano (Glénat, "Shonen manga")
    Crimson empire. 1, de Quinrose & Hazuki Futaba (Soleil, "Manga")

    Fiction jeunesse :
    Cœur noir, de Holly Black (Fleuve noir, "Territoire")
    Le Mensonge du siècle, de Fabrice Colin (Mango-Jeunesse, "Autres mondes")
    Coup de tabac, de François Librini (Oskar, "Polar")
    Papillons noirs, de Claire Mazard (Oskar, "Polar")

    Criminologie & prisons :
    Diamants de sang : trafic et guerre civile en Sierra Leone, de Greg Campbell (Belles lettres, "Le Bruit du monde")
    On m'a volé ma vie : kidnappée à 11 ans, séquestrée pendant 18 ans, de Jaycee Dugard (Michel Lafon)
    Éthique, politique et corruption au Royaume-Uni, sous la direction de David Fée & Jean-Claude Sergeant (Presses universitaires de Provence, "Sociétés contemporaines")
    Le Génocide comme pratique sociale : du nazisme à l'expérience argentine, de Daniel Feierstein (MetisPresse, "Imprescriptible")
    Underground, de Haruki Murakami (Belfond, "Littérature étrangère")
    Liens : Contre toute attente |Éclats de voix |Vostok |L'Origine du silence |Les Enquêtes insolites des maitres de l'étrange - 1 : La Vengeance du grand singe blanc |Étranges rivages |Étranges rivages |Arnaldur Indridason |Linwood Barclay |Michèle Barrière |Frédéric Coudron |Tess Gerritsen |Yves Hughes |Denise Mina |Jean-François Parot |James Patterson |George P. Pelecanos |Joyce Carol Oates |Jean-Hugues Oppel |Peter Tremayne |Gordon Zola |Jérôme Félix | Gunt | Li-An |Fabrice Colin |Claire Mazard

Un peu tard...

Après l'Auteur Américain Mort Tragiquement™, créneau très lucratif durant les années 1990 mais épuisé faute de carburant, l'époque serait-elle à l'Auteur Américain Inconnu™ ? Après que les éditions Sonatine aient redécouvert tardivement Shane Stevens, c'est bien la seule justification de publier ce frileur remontant à 1992. Or, aujourd'hui, vingt ans, c'est long... La légende dit que le manuscrit a eu droit à des éloges de Joseph Wambaugh et John Le Carré ('scusez du peu) qui s'avérèrent totalement inventées, mais c'est l'autre caractéristique du roman qui est aujourd'hui ironique : maintenant que Les Experts et consorts ont fait de chacun d'entre nous des spécialistes en criminologie (et aidé les criminels à éviter les erreurs trop flagrantes), les longues pages de détails techniques qui, paraît-il, valurent à l'auteur des problèmes avec le FBI à l'époque, sont aujourd'hui bien datées... L'histoire commence comme une énième décalque de Dragon rouge, puis y mêle un duo de ravisseurs violeurs en camionnette calqués sur les Hillside Stranglers bien réels, plus une intrigue liée au déplacement d'un cimetière déclenchée par la découverte d'une médaille ancienne sur le squelette d'une enfant noire. Le tout ponctué de moments atmosphériques plutôt dépassés lorsque le lectorat semble vouloir du récit à la mitraillette, façon série téloche, tout en dialogue et sans s'encombrer de psychologie. Puisqu'on en parle, celle-ci est bien facile : les policiers sont dévoués (et, bien sûr, le partenaire du héros Jack Scott est obsédé par... le Vietnam : bon, ça, c'est fait...). Si Derek Van Arman a pris Thomas Harris pour modèle (eh oui, son enquêteur a pour technique révolutionnaire de se "mettre dans la peau du tueur" sur les scènes de crime : bon, ça aussi, c'est fait...), sa prose est loin d'avoir la précision chirurgicale de son génial modèle : à la vilenie chargée de ses méchants, il oppose la pureté angélique des victimes (à faire passer Stephen King pour un pédophobe forcené !), des considérations sur ses "tueurs récréationnels" de genre "ils sont nés comme ça", plus des avertissements paranoïaques de type "les monstres sont cachés sous votre lit et il vous faut de bons flics pour vous protéger" avec toute la subtilité d'une frappe chirurgicale de B52... Malgré un style soigné, à peine ampoulé (et une traduction de tout premier ordre), le tout n'évite pas le mélodrame, ni la confusion, puisque sept cents pages, c'est passablement long, et qu'il vaut mieux tenir compte de qui est qui et qui fait quoi. Au final, on en reste perplexe : nul doute qu'au milieu des années 1990, ce roman aurait apporté quelque chose de nouveau de par la connaissance évidente de l'auteur des procédures policières, mais maintenant que sa raison d'être — ce côté technique — a été trivialisé à n'en plus finir, c'est son côté naïf, voire sentencieux qui ressort. Très sale affaire...

Citation

La vie ne valait pas cher aux États-Unis, pas plus cher qu'au Vietnam, et l'imbécile qui vous soutenait le contraire n'était jamais monté au feu chez les Viets. Ou n'avait jamais vu la façon dont la justice américaine traitait les petites gens.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 16 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page