Cuba libre

Sans Sherlock Holmes, seuls une poignée de gens auraient entendu parler de Joseph Bell ; sans le Dr Joseph Bell, Sherlock Holmes n'aurait pas pu être tel que nous le connaissons. Oh, merveilles de l'ironie !
Ely M. Liebow - L'Homme qui était Sherlock Holmes : une biographie du Dr Joe Bell
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 07 décembre

Contenu

Roman - Policier

Cuba libre

Vengeance - Assassinat - Procédure MAJ jeudi 21 mars 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,9 €

Nick Stone
Cuba libre - 2011
Traduit de l'anglais par Samuel Todd
Paris : Gallimard, février 2013
504 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-07-013645-2
Coll. "Série noire"

Le crépuscule de Max Mingus

Octobre 2008, Eldon Burns, légende de la police de Miami, qui à l'époque "faisait tourner la ville", a aujourd'hui quatre-vingt-quatre ans et n'est plus que l'ombre de lui-même. Cela ne l'empêche pas de se faire assassiner de deux balles dans les yeux dans sa salle de boxe décrépite. Qui a pu vouloir le buter après tant d'années ? Les pistes sont nombreuses tellement l'homme était corrompu. Deux jours plus tard, Joe Liston, peut-être le seul flic intègre de la ville, est lui aussi exécuté... À presque soixante ans, Max Mingus, ancien bras droit de Burns, meilleur ami de Liston, aujourd'hui réduit à faire dans les affaires de couples adultères, va se retrouver forcé d'aller voir de quoi il retourne...
Il serait dommage de commencer par ce troisième (et visiblement dernier) volet des aventures de Max Mingus. L'affaire commence avec Voodoo Land (Gallimard, "Série noire"), se poursuit avec Tonton Clarinette (même éditeur, même collection) et se termine donc avec ce nouveau roman. Le tout forme un seul gros volume de près de deux mille pages absolument éclatantes. Que ce soit à Cuba (dans celui-ci), à Haïti, ou à Miami dans les années 1980, Nick Stone excelle dans l'art de rendre vivantes ses descriptions, et de plonger le lecteur dans le bain où se passe le roman - celui-ci ne déroge pas à la règle. Sous couvert d'une mécanique de thriller bien huilée, l'auteur alterne scènes musclées avec des moments beaucoup plus contemplatifs, brosse un excellent portrait de Cuba et étonne le lecteur avec un retournement de situation final. En trois romans, Nick Stone a marqué le roman noir anglais et est l'une des grandes révélations de ces dernières années.

Citation

Assis là, il se sentit vidé et étourdi. Tout s'écroulait autour de lui. Tout ce qu'il avait connu. Tout ce dont il était sur. Plus rien ne semblait avoir de sens.

Rédacteur: Christophe Dupuis lundi 04 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page