Froid mortel

Une musulmane initiée au polythéisme hindou ! À la divinité de la création et de la destruction ! Mais c'est de l'apostasie. Moi qui croyais que c'était puni de mort au Pakistan.
Barouk Salamé - Arabian thriller
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 19 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Froid mortel

Médical - Évasion MAJ mardi 26 mars 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Johan Theorin
Sankta Psyko - 2011
Traduit du suédois par Rémi Cassaigne
Paris : Albin Michel, février 2013
442 p. ; 22.5 x 15.5 cm
ISBN 978-2-226-24526-7
Coll. "Thrillers"

Mauvais plans pour bons barges

L'hôpital psychiatrique fait partie des endroits qui bien souvent font peur à un certain nombre de personnes. Cette appréhension est liée sans aucun doute au lien systématique qui est fait avec la folie. Il est difficile de savoir exactement quels sont les problèmes des patients et de mettre un nom sur les pathologies dont ils souffrent. Cela peut ramener également à sa propre crainte de sombrer dans les affres d'une de ces maladies psychiques au nom barbare. La facilité est de tomber dans la raillerie, les moqueries sont nombreuses pour qualifier de façons méchantes et gratuites les troubles du comportement. Pourtant la curiosité demeure avec l'envie malsaine de savoir ce qu'il se passe réellement derrière les portes fermées à clé.

L'hôpital de Sainte Barbe n'échappe pas à la règle. Il n'a pas fallu chercher bien longtemps aux habitants du coin pour rebaptiser le lieu du nom ironique de Sainte Barge. L'endroit offre cependant une particularité. Accolée pratiquement à l'enceinte de sécurité renforcée du lieu, une crèche a été installée. Le tout est relié par un passage souterrain et un ascenseur permettant aux jeunes enfants d'aller régulièrement rendre visite à l'un de leurs parents soignés dans l'établissement psychiatrique.
Jan n'est pas de la région. Il est venu spécialement à Valla pour décrocher un poste de puériculteur dans cette crèche d'un genre spécial. Ce n'est pas son premier boulot, il a déjà une dizaine d'années d'expérience derrière lui dans des places similaires. L'entretien se passe plutôt bien, le contact est bon mais pourtant Jan semble ne pas être totalement à l'aise avec sa liste de références. Il s'est passé un incident quand il était débutant et ce serait vraiment bête que ça ressorte là, maintenant, alors qu'il est pratiquement en train de réussir à décrocher ce job. Finalement la chance est au rendez-vous, le poste est pour lui.
Jan est vraiment doué avec les enfants, il sait comment faire pour se faire aimer d'eux en faisant les activités qu'ils attendent. C'est également sans aucune difficulté qu'il intègre l'équipe de la garderie. Il apprend très vite toutes les procédures en place surtout celles un peu plus encadrées lorsqu'un enfant se rend, par le couloir sous terre, à une visite de l'autre côté de l'enceinte. Les gardes de nuits ne lui posent pas de problèmes non plus. Il y a au maximum trois enfants à surveiller pendant leur sommeil.
Cependant Jan cache quelque chose, des secrets plus ou moins enfouis, des blessures mal refermées qui viennent le hanter très souvent. Finalement son arrivée à Sainte Barge semble être plus le fruit d'un calcul même si les véritables raisons pour lesquelles il souhaitait ce job ne sont pas encore très claires. Toutes les questions qu'il pose sur le fonctionnement de l'hôpital ne sont pas si innocentes que ça. Il serait peut-être plus calculateur qu'à prime abord. Et les flashbacks de plus en plus nombreux dans son esprit montrent qu'il est en quête d'une personne de son passé.
Mais ce qu'il ne sait pas encore c'est qu'il n'est pas le seul à cacher quelque chose. Il est loin d'être l'unique manipulateur à attendre le bon moment pour sortir de l'ombre et agir.

Johan Theorin explore avec brio l'incroyable dualité du Bien et du Mal. Il joue parfaitement avec le talent des humains pour mettre en avant une des deux facettes en fonction de leurs attentes. Même si l'action de son roman tourne autour de cet hôpital psychiatrique et de la fascination du lieu sur le monde extérieur, la véritable histoire est ailleurs enfouie beaucoup plus profondément dans la complexité de l'âme humaine, à la limite de la noirceur. Theorin fait monter la pression petit à petit en laissant ressurgir le monstre qui est enfoui au plus profond de Jan, et d'ailleurs sans doute comme en tout homme. Il met en avant l'influence d'une personne sur les autres et sur les limites du contrôle qu'on a sur soi-même mais également sur ceux qui nous entourent lorsque la situation finit par échapper à tout contrôle. Il explore également les blessures de l'âme qui finissent par ressurgir et ébranler l'esprit déjà fragilisé.
Avec Froid mortel, Johan Theorin signe le parfait thriller psychologique qui tient la route du début à la fin. Il calcule savamment les rebondissements et place au moment stratégique les passages en mode flashback qui révèlent l'histoire ou l'embrouillent à dessein. Il rappelle avec force et un goût certain du machiavélisme que celui qui tire les ficelles n'est peut-être pas celui qui pense les tenir. C'est le jeu mais parfois le prix à payer.

Citation

Évidemment, c'est une célébrité [...] Mais les victimes des criminels ne sont jamais célèbres, elles... Personne ne veut parler avec quelqu'un qui passe son temps à pleurer, ça doit être pour ça. Alors nous, on va dans notre coin avec notre chagrin, pendant que les meurtriers deviennent des idoles.

Rédacteur: Fabien Maurice jeudi 07 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page