Un long moment de silence

Éric se demanda si eux aussi, les flics de Saint-Gaudens, ils n'avaient pas été fabriqués en Chine, mal conçus, mal peints, avec des matériaux laissant tellement à désirer qu'aucune gosse n'avait envie de s'en approcher.
Jan Thirion - Caresser les chiens morts
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 09 avril

Contenu

Roman - Thriller

Un long moment de silence

Historique - Guerre - Terrorisme MAJ vendredi 15 mars 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Paul Colize
Paris : La Manufacture de livres, mars 2013
372 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35887-055-9

Actualités

  • 23/05 Édition: Parutions de la semaine - 23 mai
  • 26/03 Prix littéraire: Sélection du Prix Belgique loisirs "La Plume de cristal" 2014
  • 26/11 Prix littéraire: Sélection 2013 Prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes
    La sélection francophone du 10e prix des Lecteurs Quais du polar/20 minutes a été dévoilée. Les libraires partenaires ont établi une liste de six titres, qui émergent d'une année fleuve. Réunis autour des auteurs confirmés que sont Dominique Manotti, Romain Slocombe et Yal Ayerdhal, l'on retrouve Laurent Guillaume et Paul Colize (tous deux ayant été édités ou étant encore édités à La Manufacture de livres), mais aussi Ian Manook pour un premier roman policier chez Albin Michel. Tous ces auteurs proposent des romans vraiment différents mais qui se caractérisent par une tonalité et un style propres. Du thriller d'anticipation (Raibow Warriors au roman d'espionnage (Première station avant l'abattoir) en passant par le polar politique (L'Évasion) ou le roman plus intimiste (Un long moment de silence) ou encore le polar ethnologique (Yeruldegger), le spectre est large.

    Sélection 2013 :
    - Rainbow Warriors, de Yal Ayerdhal (Au diable Vauvert) ;
    - Un long moment de silence, de Paul Colize (La Manufacture de livres) ;
    - Black cocaïne, de Laurent Guillaume (Denoël, "Sueurs froides") ;
    - Yeruldegger, de Ian Manook (Albin Michel) ;
    - L'Évasion, de Dominique Manotti (Gallimard, "Série noire") ;
    - Première station avant l'abattoir, de Romain Slocombe (Le Seuil, "Policier").


    Maintenant que cette sélection est établie, vous avez la possibilité de faire partie du jury. Pour cela, lisez attentivement ce qui suit.

    Participez au choix du 10e lauréat du Prix des Lecteurs Quais du polar/20 minutes

    Quais du Polar et le quotidien 20 minutes lancent un appel à candidature pour former le jury officiel du Prix des lecteurs Quais du Polar/20 minutes. Présidé par Claude Mesplède, auteur du Dictionnaire des littératures policières, ce jury est chargé de désigner "Le" polar francophone de l'année 2013.
    Les 10 jurés seront officiellement sélectionnés le 16 décembre 2013. Ils se réuniront pour délibérer le samedi 8 mars 2014 à Lyon.
    La remise du Prix des Lecteurs Quais du Polar/20 minutes au lauréat aura lieu pendant le festival, le samedi 5 avril 2014 en présence des lauréats des 9 précédentes éditions !

    Pour faire partie du jury :
    Adressez un courrier expliquant les raisons de votre candidature et présentant vos goûts littéraires avant le 7 décembre 2013 minuit (cachet de la poste ou date de l'e-mail faisant foi) à :

    Par courrier :
    Association Quais du Polar
    Candidature Prix des Lecteurs
    20, rue Constantine 69001 Lyon

    Par mail :
    prixdeslecteurs@quaisdupolar.com

    Téléchargez l'appel à jury
    Liens : Yeruldegger |Rainbow warriors |Black cocaïne |Claude Mesplède |Yal Ayerdhal |Paul Colize |Dominique Manotti |Laurent Guillaume |Romain Slocombe |Ian Manook |Quais du Polar

  • 14/06 Prix littéraire: Sélections 2013 des Grands Prix de la littérature policière
  • 09/04 Librairie: Paul Colize à la librairie de Paris
  • 22/03 Édition: Parutions de la semaine - 22 mars

Roman d'unes vies

Connaître l'auteur d'un roman qu'on va chroniquer est-il un handicap ? Réponse : non. Au mieux, se poser la question relève d'une tartufferie de bon aloi, qui ne trompe personne. Dans le microcosme polardeux-critique, tout le monde se connaît/fréquente/jalouse/apprécie. Oui, je connais et j'aime Paul Colize, tant l'homme que l'auteur. Mais je n'écris pas ceci en guise de préambule hypocrite, non. Parce que ce prédicat fut partie prenante de ma lecture, parce qu'il conditionne l'écriture de cette chronique, parce qu'il est indissociable de mon ressenti.
Flashback.
La presse et le public ont loué Back up, le précédent roman de Paul Colize. Le danger est donc d'écrire le suivant en creusant le sillon. Écueil évité. De fait, la comparaison entre les deux romans n'est pas envisageable. Back up possédait une dimension sociétale, presque épique, moins présente dans Un long moment de silence. Encore que l'Histoire y soit présente à chaque page. La structure, le mode narratif semblent pourtant les mêmes : une recette que Paul Colize maîtrise à merveille et qui fait mouche - tisser trois lignes narratives en apparence distinctes (lieux, époques, personnages différents), puis emballer le métier, faire se croiser les fils, les nouer, les emberlificoter jusqu'à un ultime dénouement qui finit de dévider l'écheveau.
En l'occurrence : l'histoire d'un jeune juif qui, après la Seconde Guerre mondiale, rejoint un commando spécialisé dans la traque des criminels nazis ; un attentat à l'aéroport du Caire en 1954 ayant fait vingt et un morts ; Stanislas, un chef d'entreprise belge odieux, cynique et misanthrope, dont le père figure parmi les victimes de l'attentat en Égypte et qui découvre, cinquante ans plus tard, de nouveaux éléments sur ce massacre.
Inutile d'en dire plus sur l'intrigue. On sait que tout est lié. Tout l'art de Paul Colize repose dans la distillation d'événements nouveaux, dans la tension qui habite chaque chapitre, l'alternance des époques et la rédemption du narrateur.
Car le narrateur est souvent "je". Ce "je", c'est ce sexagénaire belge, patron d'une boîte spécialisée en sécurité informatique. Odieux, cassant, puant, blessant, érigeant l'agressivité, le machisme et l'insensibilité comme une forteresse autour de sa personne. Le faire parler à la première personne est dangereux. Évidemment que l'identification s'opère ! Évidemment que Paul Colize fait tout pour que l'amalgame s'impose (jusqu'aux mises en abyme avec son éditeur). Dès lors, le malaise s'installe dans l'esprit du lecteur qui, au-delà de l'intérêt purement narratif, attaque les chapitres avec une curiosité malsaine, se fait le complice voyeur de cette vraie-fausse mise à nu de l'auteur/narrateur. Remarquablement joué ! On ne peut plus lâcher le livre, on applaudit à l'exercice de style, on veut savoir quels sont les liens entre tous ces personnages, pourquoi l'attentat du Caire, etc., tout en cherchant derrière le masque du détachement la part de vérité ou de bourrage de l'auteur.
Et puis arrive l'épilogue. Ou plutôt la note au lecteur. Et ses trois dernières phrases.
Et là, en effet, soit vous connaissez personnellement l'auteur, ou non. Dans le deuxième cas, vous vous inclinez et saluez sa performance et son courage face à la difficulté d'écrire un tel ouvrage.
Dans le premier cas, vous vous dites tout ça, bien sûr, mais en plus, vous refermez le livre tout doucement, la boule dans la gorge, presque gêné mais reconnaissant envers l'auteur de vous avoir ouvert la porte qu'il n'entrebâille que trop rarement.
Un long moment de silence, ce n'est pas le roman d'une vie. Ni de plusieurs. C'est le roman d'unes vies, tellement lointaines et si fusionnelles.
C'est une leçon.

Récompenses :
Prix Landerneau Polar 2013
Prix Boulevard de l'Imaginaire 2013

Nominations :
Prix des lecteurs nantais/Acener 2014

Citation

J'admirais en cachette ce père que je n'avais pas connu, ce héros mort en service commandé. Ce n'est que cinq ans plus tard que j'ai recueilli quelques bribes supplémentaires, le jour même où j'ai baisé pour la première fois.

Rédacteur: Maxime Gillio lundi 09 décembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page