Commandant Achab. 3, L'Ours à la jambe de bois

Le ciel gris annonçait un bel orage. Il ne fallait pas avoir trop d'imagination, sinon, on pouvait vite basculer de l'autre côté de la raison. Une ambiance sombre, un grand cimetière vide, un vent qui commençait à siffler dans tous les recoins du décor jusque-là silencieux.
David Verdier - Des morts pour le colonel
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 décembre

Contenu

Bande dessinée - Policier

Commandant Achab. 3, L'Ours à la jambe de bois

MAJ vendredi 05 avril 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 13,95 €

Stéphane Douay (scénario), Stéphane Piatzszek (dessin)
Maud Buchwalder (coloriste)
Paris : Casterman, janvier 2013
56 p. ; illustrations en couleur ; 32 x 24 cm
ISBN 978-2-203-05917-7

Achab brasse et boit la tasse

Troisième volet du "Commandant Achab", L'Ours à la jambe de bois, premier inédit édité par Casterman, se délocalise au Havre. Reprenant un schéma déjà utilisé par la littérature policière - l'enquêteur en vacances présent sur la scène d'un crime - Stéphane Douay et Stéphane Piatzezk en profitent pour nous faire visiter une ville du Havre plus vraie que nature. Mais alors pourquoi choisir Le Havre comme lieu de villégiature ? Pour sa prison en son centre qui va être détruite, et qui avait accueilli Faith, le père de Karim, ancien ennemi public numéro un abattu à bout portant par son meilleur ami, le commandant Achab. Un voyage en guise de souvenir pour chercher à comprendre l'incompréhensible. Un pèlerinage sur les traces et les affres du passé. Mais, sitôt arrivés, les deux inspecteurs de la Police judiciaire se retrouvent avec le meurtre du maire du Havre sur les bras. Un premier meurtre qui en appelle très vite d'autres comme ce couple et leur enfant, tués dans une cabine de bateau sous la chaleur suffocante estivale.

Les morts sont victimes d'un même tueur qui signe son forfait d'une feuille de cannabis dans la gorge. Achab, qui fume le cannabis comme un pompier, pourrait le prendre pour lui, mais l'une des spécificités du cannabis, c'est qu'il est hermaphrodites, comme les jeunes nés d'un sexe ambigu opérés à la clinique des Flots, dont les parents ont été tués. Le couple d'inspecteur prend ses quartiers au Gavroche - tout un programme -, en compagnie de Maréchal, un artiste sculpteur de bois et roi de la cambriole, compagnon de cellule de Fath Almisri. La bière coule autant à flot qu'Achab avec sa nouvelle prothèse dans une mer infestée de rats. L'enquête avance rapidement et trouvera son épilogue dans un bain de sang, et les tourments d'enfants sans repères et sans sexe défini. Sous le trait toujours aussi férocement ironique et caustique de Stéphane Piatzezki, le commandant Achab continue de monter des escaliers interminables avec d'abord une jambe articulée qui fait "kouine" puis une jambe de bois sculptée à l'identique des bas-reliefs que Gaugin a sculptés sur sa case à Tahiti.

Avant-dernier épisode de la série, premier inédit, donc, avec l'apport d'une nouvelle coloriste, L'Ours à la jambe de bois se clôture sur un secret férocement gardé, celui de Charpentier, muet comme une carpe, la gorge tranchée net. (Rajouter mouettes, Anne, fille du maire, la mère alitée, l'aspect misanthrope d'Achab, l'homosexualité de Karim, le nom du père : Fath Almisri)

Illustration intérieure


Citation

Le flic est comme l'artiste, il ne prend pas de vacances.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 17 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page