Un lieu incertain

Morte à vingt ans d'une balle en pleine tête : on avait vraiment le sentiment que Dieu n'était nulle part dans ce monde.
Gilda Piersanti - Roma enigma
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 27 juin

Contenu

Livre sonore - Policier

Un lieu incertain

Énigme - Assassinat - Crépusculaire MAJ jeudi 11 avril 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 19,5 €

Fred Vargas
Thierry Janssen (lecteur)
Paris : Audiolib, février 2013
2 CD MP3 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35641-562-2
Coll. "Chemins nocturnes"
Extrait audio :


L'acte n'existait pas... jusque-là

Dix-sept pieds coupés. Chaussés. Dix-sept. Qui attendent à la porte du cimetière où est enterré Karl Marx... Dix-sept pieds qui ne font pas le compte mais invitent à une course folle dans toute l'Europe, de Londres à Garches, en passant par l'Allemagne (dans le texte) et la Serbie (en cyrillique)... Dix-sept pieds mais à Paris, ce sont des tas de morceaux humains qui attendent, vaporisés dans une chambre inquiétante. Quelque chose comme le Mal, irréductible, insondable, archaïque, obstiné. Un Mal qui voudrait tout vampiriser, incompréhensible mais lu prodigieusement par Thierry Janssen, perdu en conjonctures devant ces pieds qui ne forment pas le compte des paires, ratiocinant méthodiquement, comme accroché de toutes ses forces à la résistance des syllabes, du mot, du verbe, celui d'une rationalité hagarde mais qui ne démissionne pas. Une lecture qui ne lâche donc rien, s'organise, s'en remet à l'assurance de savoir si bien dire la somme de ce compte cauchemardesque.

Quelle lecture ! Au fond celle d'un conte qu'un enfant aurait empoigné par hasard et dont il tournerait les pages sans rien concéder à l'effroi où les mots voudraient pourtant le jeter. Lecture d'un baladin subtil qui ne comprendrait pas ce que cela veut dire, mais ne désarmerait pas. Poussant le ton moins aux frontières du fantastique que de la justification raisonneuse, à tenir grand ouvert devant lui les pages d'un mythe oppressant dont, syllabe après syllabe, il déplierait le fil - d'Ariane : il y a la même ténacité à lire que celle d'un Thésée ménageant derrière lui le fil qui le ramènera à la vie, sa tâche accomplie.

NdR - 2 CD MP3, 11 heures d'écoute.

Citation

Ôter la tête de quelqu'un, c'est décapiter. Pour les yeux, énucléer, les testicules, émasculer, mais pour les pieds ?

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 25 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page