La Ville des ombres

J'ai fini par oublier cette histoire, du moins je le croyais, avant que l'arrivée des gendarmes ne réveille des angoisses que j'avais profondément enfouies sous des couches de lâcheté ordinaire.
Alain Brassart - L'Indolente
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 septembre

Contenu

Roman - Espionnage

La Ville des ombres

Politique - Complot MAJ mardi 02 avril 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,65 €

James Thomas Grady
City of Shadows - 2000
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Esch
Paris : Rivages, mars 2005
540 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-1382-3
Coll. "Noir", 553

Watergate puissance 10

Washington fin de l'année 1968. L'assassinat de Martin Luther King est encore dans toutes les têtes, l'Amérique est en pleine guerre du Vietnam, et le jeune John Quinn sort tout juste diplômé de l'école de police... Une relation de famille lui demande d'enquêter sur une femme disparue. Cette histoire le marquera à jamais. Deux ans plus tard, il n'est plus que Q., transformé en hippie, pour infiltrer les milieux contestataires, et il commence à entre-apercevoir les rouages de l'espionnage : "Ce que je sais maintenant, c'est qu'il y a des secrets derrière la réalité des choses. Des mensonges à l'intérieur de la vérité. Des règles à l'intérieur des règles". Il sera amené à rencontrer Nathan Holloway, ancien marine, pour qui la vie se résume à "comment, pas pourquoi". Holloway est chargé d'espionner la Maison Blanche pour le compte du Pentagone. "Encore plus top secret que tu puisses l'imaginer. Ici la pire chose que tu puisses faire, c'est d'en parler à quelqu'un. Si tu fais ça, tu n'auras même pas à craindre de passer en cour martiale." Tous deux croiseront Vaughn Carter, idéaliste travaillant au service d'un sénateur lui-même travaillant à la sous-commission des enquêtes permanentes. Carter l'assiste, et dans ses démarches, il "cherche à voir la réalité des choses, c'est tout."
Ces trois hommes se retrouveront en plein milieu de l'œil d'un cyclone politique encore plus vaste que le Watergate... et auront bien du mal à s'en sortir.
Comme le dit Quinn "tout ça me dépasse", et il n'est pas le seul... Véritable maelström politique, complexe à souhait, où l'on ne sait jamais qui trahit qui, et surtout combien de fois, La Ville des ombres est un roman touffu, complexe et endiablant. Dans la droite lignée de James Ellroy (qui apprécie l'auteur, et ça se comprend, ils font exactement la même chose tous les deux), ces cinq cent quarante pages vous aspirent, vous broient et vous laissent pantelant. Aucune issue heureuse n'est possible, l'âme humaine étant définitivement corrompue.

Citation

Ce que je sais maintenant, c'est qu'il y a des secrets derrière la réalité des choses. Des mensonges à l'intérieur de la vérité. Des règles à l'intérieur des règles.

Rédacteur: Christophe Dupuis jeudi 28 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page