La Vérité sur l'affaire Harry Quebert

Si tu imagines que tu es sur la piste d'un simple nihiliste prêt à mettre le monde à feu et à sang juste parce que ça l'amuse et que ça lui rapporte, laisse-moi te dire que tu te trompes complètement... il est pire, que ça !
Ghislain Gilberti - Le Bal des ardentes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 26 janvier

Contenu

Roman - Noir

La Vérité sur l'affaire Harry Quebert

Enquête littéraire - Assassinat MAJ vendredi 29 mars 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Joël Dicker
Paris : de Fallois, septembre 2012
670 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-87706-816-1
Coll. "L'Âge d'homme"

L'inspiration, quelle merde

Marcus Goldman, jeune homme fougueux et infatigable, à qui la vie réussit, surnommé "Le Formidable" par ses pairs et profs de fac, connaît le succès dès la publication de son premier livre qui devient d'entrée de jeu un best seller. Argent, notoriété, belle vie, Goldman est propulsé dans les stratosphères du succès, là où tout devient simple, et où les filles du showbiz tombent dans vos bras. Mais nous ne sommes pas dans un conte de fées. En 2008, Goldman est au bord du gouffre : l'angoisse de la page blanche. Il n'a rien écrit, n'a pas un poil d'inspiration, et le monde de l'édition qui n'est pas idyllique commence à le rattraper : si le nouveau manuscrit n'arrive pas, il sera temps de rendre l'à-valoir donné... Et Marcus, bien évidemment, a tout dilapidé. Marcus demande donc asile à son vieux professeur Harry Quebert, écrivain à succès, qui lui a tout appris pourrait-on dire. Sauf que tout bascule lorsque Quebert est accusé d'avoir assassiné en 1975 Nolla Kellergan, quinze ans, avec qui, en plus, on le soupçonne d'avoir eu une liaison.
Roman noir, roman d'amour, ode à l'écriture et au bonheur de la lecture, La Vérité sur l'affaire Harry Quebert est l'un des grands romans de l'année. Sur près de sept cents pages, Joël Dicker vous balade de rebondissement en rebondissement, entre New York et la petite bourgade du New Hampshire où vit Quebert. Comme l'explique si bien Quebert à son disciple : "Un bon livre, Marcus, ne se mesure pas à ses derniers mots uniquement, mais à l'effet collectif de tous les mots qui les ont précédés. Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d'un sentiment puissant ; pendant un instant, il ne doit plus penser qu'à tout ce qu'il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé." C'est exactement ce que l'on ressent, et c'est assez rare pour être souligné !


On en parle : La Vache qui lit n°138

Nominations :
Prix Mystère de la Critique 2013

Citation

Un bon livre, Marcus, ne se mesure pas à ses derniers mots uniquement, mais à l'effet collectif de tous les mots qui les ont précédés. Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d'un sentiment puissant ; pendant un instant, il ne doit plus penser qu'à tout ce qu'il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé.

Rédacteur: Christophe Dupuis jeudi 28 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page