La BAC d'abord

Quand elle ouvrit le tiroir du bas de son bureau, il eut un pincement au cœur. Isabelle était une alcoolique, et elle savait qu'il le savait.
Elizabeth George - Juste une mauvaise action
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 20 mai

Contenu

Roman - Noir

La BAC d'abord

Social MAJ mercredi 10 décembre 2008

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit



Prix: 15 €

Michel Brosseau
Plougastel-Daoulas : Le Barbu, février 2008
202 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-917415-03-0
Coll. "Suspense et roman noir"

Tu prends le pouvoir, ou tu reçois des ordres ?*

Patrick, prof de français proche de la crise de la quarantaine, amène un soir son jeune fils voir les canards autour des bâtiments de sa banlieue des bords de Loire. Il assiste de façon indirecte à la mort d'un élève de son collège. Un fait relaté le lendemain dans la presse locale comme un accident mais qui, pour notre héros fatigué, prend toutes les formes de la bavure. Encouragé par sa femme (Hélène, compréhensive, intelligente, tellement que ça donne envie de se marier), et par la douce mélodie des Clash (Et tout le monde agit / Comme on le lui a dit…), il décide dans un élan régénérateur d'arrêter la bonne conscience et les beaux discours canapé-Kronenbourg pour passer aux actes. Pas de grands actes, mais de ceux qui pourraient concerner n'importe qui dans sa situation. Une visite aux parents de la victime, une discussion avec Tony, le meilleur pote de l'assassiné, une recherche dans la presse sur la BAC (Brigade anti-criminalité) du coin et ses écussons miliciens… Des petits gestes, plus près du Poulpe que des Experts, pour recréer des liens et remettre un peu de sens dans cette société fatiguée, à la dérive.
Michel Brosseau fait claquer les phrases à coup de propositions indépendantes. Comme si les relatives ou les subordonnées étaient inadaptées pour décrire l'époque. Un joli tandem avec son éditeur, sympathique petite maison qui confectionne ses livres comme autant de pavés de granit, au sens propre comme au figuré. La reliure collée est soudée à l'arc, et demande trois kilos de pression pour tenir le livre ouvert. Mais le message passe, l'époque demande décidément de faire des efforts…

*in White Riot, Joe Strummer – The Clash, 1967, traduction Michel Brosseau

Citation

Tu peux pas mettre des flics à tous les coins d'rue et espérer qu'ça s'termine bien, faut quand même pas déconner...

Rédacteur: Olivier Nouvel lundi 21 juillet 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page