Miroirs

La liberté de penser n'existe pas pour l'Inquisition, nul n'a le droit de demander Et si ?, puis de laisser aller son imagination, d'échafauder des hypothèses. Dans un tel climat, comment la connaissance peut-elle progresser ? Le livre que j'écris en ce moment, par exemple, dans mon pays, je serais brûlé pour avoir osé coucher ces idées sur le papier.
S. J. Parris - Le Temps de la prophétie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 24 septembre

Contenu

Roman - Policier

Miroirs

Enquête littéraire - Procédure MAJ jeudi 18 avril 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 4,99 €

Maxime Lorfrais
Asnières-sur-Seine : Neowood, décembre 2012
220 p. ;
ISBN 978-2-36839-000-9
Coll. "Polar"

Qui suis-je ?

On ne résumera que très succinctement Miroirs pour au moins deux raisons : cette tâche se révèlerait très ardue et on ne voudrait pas être accusé de spoiling.
Roman en deux parties, il commence par le journal intime d'un tueur. Suite à un événement presque insignifiant, il craque et revient à son enfance, pourrie par un père violent. Il rumine. Il raconte toute cette période, la mêlant à son métier actuel et sa période d'apprentissage. Tuer, tout comme se livrer à son cahier, est sa manière d'exorciser ce mal qui le ronge. La seconde partie se situe, elle, du côté des enquêteurs. Elle est constituée de documents divers - retransmissions d'interrogatoires, d'écoutes téléphoniques, de courriers du commandant à son commissaire lui rendant compte de l'avancement de l'enquête, des besoins matériels auquels il fait face et de ses ressentis.
Le début du livre est un peu long. L'écriture est parfois poussive, on y trouve trop de descriptions. L'auteur, Maxime Lorfrais, utilise beaucoup de métaphores, qu'il se sent, en plus, obligé de détailler et d'expliquer. Mais l'utilisation des documents dans la seconde partie donne un certain rythme au récit, et il devient alors difficile de s'en détacher. Ce côté reportage permet d'éclaircir l'histoire et sa lecture. Et puis, l'auteur réussit à faire son auto-critique en mettant en scène l'auteur/assassin et une éditrice. C'est tout d'abord étrange, mais c'est finalement assez jubilatoire de le lire justifier - assez bien, soit dit en passant - ses choix d'écriture, sur lesquels on vient de se questionner... Il va même plus loin en évoquant le fonctionnement des grandes maisons d'édition, des comités de lectures et autres lettres de refus. Intéressant quand on sait que ce livre est paru dans une petite maison d'édition numérique. L'auteur ne manque pas de culot et, il réussit à ne pas tomber dans la complainte de l'auteur jamais publié.
Miroirs est un livre à rebondissements, bien écrit et qui a le mérite d'être original dans sa construction. Son histoire est finalement extrêmement complexe, et l'intrigue est très bien menée. Tout s'imbrique au dernier moment, pas de vide, pas de questions laissées en suspend. Et puis, Maxime Lorfrais ne manque pas d'imagination, il a même tenté de créer une nouvelle branche au sein de la Police Française, sorte de brigade littéraire... Mais on n'en dira pas plus !

NdR - Miroirs, de Maxime Lorfrais sur le site des éditions Neowood

Citation

Ci-gît un ogre assassiné par le Petit Poucet.

Rédacteur: Laura Durand mardi 09 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page