22/11/63

Les quatre-vingts première années de vie sont difficiles, puis tu meurs et tu es tranquille. Mais maintenant, les quatre-vingts premières années ne sont pas seulement difficiles, on va les passer à bosser.
Pétros Márkaris - Liquidations à la grecque
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 mars

Contenu

Roman - Noir

22/11/63

Politique - Historique MAJ mardi 16 avril 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 25,9 €

Stephen King
11/22/63 - 2011
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nadine Gassie
Paris : Albin Michel, mars 2013
944 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-226-24694-3
Coll. "Romans étrangers"

Autant en emporte le temps

À presque soixante-dix ans, Stephen King connaît une seconde jeunesse. Ceux qui l'avaient enterré trop vite – dont votre serviteur repentant – n'ont pu nier l'évidence : le vieux lion a décidé de montrer qu'il sait encore rugir, et ses coups de griffes font mal. Très mal même, après le monument de littérature à l'estomac qu'était Nuit noire, pas d'étoiles. On connaît le point de départ tout simple de ce roman "événement" venu à point pour faire se pâmer les salonnards chez qui toute évocation de l'Amérique profonde invoque un orgasme pavlovien. Or ce pavé prend la forme d'un récit de voyage dans le temps très classique : ce n'est certes que vers la fin qu'on a un semblant d'explication, et si l'on sait que toute tentative de changer le cours des choses débouche forcément sur une catastrophe, même avec les meilleures intentions du monde, c'est la façon dont on y arrive qui compte. Le plaisir est aussi dans la façon dont les choses dérapent, Stephen King offrant un mini-cours d'histoire alternative assez jouissif.

À travers cette évocation d'un pseudo-âge d'or, celui de l'innocence perdue cher aux adeptes d'un "c'était mieux avant" fantasmé (à l'inverse de l'œuvre de James Ellroy, qui postule que cet "âge de l'innocence" n'a jamais existé et n'est qu'une construction mentale), on pouvait craindre que King tombe dans les travers du rose bonbon qu'ont souvent employé ses imitateurs (genre Robert McCammon et son Mystère du Lac, postulant que grandir dans une petite ville dans les années 1960 était le summum de l'expérience humaine et le nadir du bonheur), mais l'auteur n'est pas assez naïf pour ça : si on a tous les clichés du style "le coca était moins cher et avait du goût", il n'élude pas le racisme, le sexisme, l'exploitation et la crainte constante du danger nucléaire. Ce roman est tout ça, et plus une œuvre transgenre, voire de "blanche" qu'un roman fantastique ou un suspense car la description minutieuse de la vie quotidienne du personnage principal au long de cet énorme roman - dont un passage qui n'est pas sans rappeler Le Cercle des poètes disparus - n'est pas anodine.

C'est à sa conclusion que se révèle la véritable nature du roman : ce n'est pas un récit de voyage dans le temps, pas non plus un roman sur l'assassinat de Kennedy (renversant le paradigme hollywoodien voulant qu'il suffit d'éliminer le méchant de service pour que tout redevienne parfait dans le meilleur des mondes), mais tout simplement une histoire d'amour entre deux êtres qui n'ont rien d'exceptionnel, mais qui vivent ensemble l'aventure que le destin leur a imposé malgré eux. Et en refermant la dernière page (avec un ouf de soulagement, parce que tout de même, neuf cents pages bien tassées...), on se dit que décidément, ce vieux lion a plus d'un tour dans son sac. Nous n'entrerons pas dans la controverse d'une traduction discutable, celle-ci ayant déjà fait couler bien assez d'encre virtuelle sur le net. Nous nous contenterons d'attendre avec impatience de voir comment ce Schtroumpf farceur déposant ses paquets explosifs prêts à vous sauter à la figure va trouver encore le moyen de nous surprendre...

Citation

Les petites villes sont pleines de grands yeux reliés à des bouches bavardes.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 10 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page