Le Manuel du serial killer

Les gens connaissent l'existence des caméras de sécurité, mais ne se rendent pas compte de l'ampleur du phénomène. Il y a quarante millions de caméras sur le sol américain, et leur nombre ne cesse de grandir. Pas une journée ne passe sans qu'on se fasse filmer.
Harlan Coben - Tu me manques
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 28 mai

Contenu

Roman - Thriller

Le Manuel du serial killer

Tueur en série - Enquête littéraire MAJ vendredi 19 avril 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Frédéric Mars
Paris : Hachette, mars 2013
462 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-01-202798-5
Coll. "Black Moon"

L'art du "je"

L'ambition est annoncée dans son titre : Frédéric Mars offre à ses lecteurs le B.A.BA du "métier" de tueur en série. Pensez-vous, on ne s'improvise pas serial killer ! Et ce d'autant plus qu'au-delà des différentes méthodes pour donner efficacement et régulièrement la mort, il y a un point essentiel, un élément que Frédéric Mars met au centre de ce thriller diaboliquement efficace : la manipulation.
Tom est étudiant à Harvard. Mais ne vous y trompez pas, sa vie n'a rien d'idyllique. Orphelin, il bénéficie d'une bourse en raison d'un talent pour l'écriture hors de commun. Atteint d'une affection physique – un œil albinos -, il tente par tous les moyens de rester discret. Pourtant, il met un jour le pied dans une spirale infernale en attirant d'étonnante façon l'attention de sommités de la faculté. Comble du comble : un manuscrit qu'il a découvert lors de son passage au service des manuscrits d'une maison d'édition lui est attribué, et ce manuscrit n'est rien d'autre qu'un mode d'emploi pour tueur en série. Cela aurait pu être une morbide plaisanterie si les méthodes n'étaient pas celles identifiées dans une enquête de meurtres en série de jeunes garçons, tous assassinés par overdose... d'aspirine.
Tom voit alors sa vie lui échapper : son passé, déjà très flou, se complique ; accusé des meurtres, il est agressé et devient la coqueluche des médias et autres déséquilibrés ; le Manuel, véritable best-seller, fait de lui un homme immensément riche ; sa vie est décryptée par la presse, par des spécialistes. Des éléments alors exhumés lui font encore plus perdre pied, et il ne sait plus ce qui est vrai : est-il responsable de la mort de ces quatre jeunes garçons ? Peut-il raisonnablement s'en disculper ? Seule Sophie, une jeune femme qu'il ne connaissait pas avant "l'affaire", met tout en œuvre pour le disculper : curieuse, elle pointe le doigt sur différents éléments et hasards qui, petit à petit, vont permettre à Tom de démêler le vrai du faux.
Tout comme avec les romans de Thomas Harris, le lecteur oscille d'un chapitre à l'autre entre certitude et doute quant à la duplicité de chaque personnage, conscient que les choses ne sont pas si simples qu'elles n'y paraissent, avec ce sentiment diffus et dérangeant de manipulation omniprésent. Frédéric Mars parvient de main de maître à créer une atmosphère lourde de non-dits, de doutes et d'impressions contradictoires. Grâce à un jeu de narration efficace – les narrateurs se succèdent et se complètent ou se contredisent, apportant chacun un éclairage particulier mais également jetant un doute sur les autres -, l'auteur nous emmène où il veut, brouillant les pistes, réactivant l'intérêt du lecteur à chaque page. Et, finalement, la culpabilité de Tom n'est plus l'objectif poursuivi : ce que le lecteur veut absolument savoir, c'est la façon dont il s'est laissé berner et le moment où il s'est trompé.
Une intrigue excellente, donc, qui maintient le suspense jusqu'à la dernière ligne, dernière ligne qui appelle sans conteste une deuxième lecture : un gage incontestable de qualité.

Citation

Je viens d'acheter un exemplaire de mon livre, mon premier livre. Un livre absolument abject. Un livre qui me donne l'irrépressible envie de me vider l'estomac à même la moquette élimée. Et que je n'ai pas écrit.

Rédacteur: Catherine Thiéry jeudi 18 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page