Mon ami Dahmer

En ce 11 novembre 1918, onze mille hommes furent tués ou blessés au cours de combats qui se déroulèrent alors que tous les officiers savaient le guerre finie.
Jed Rubenfeld - L'Origine du silence
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 novembre

Contenu

Bande dessinée - Thriller

Mon ami Dahmer

Tueur en série MAJ dimanche 21 avril 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Derk Backderf (scénario & dessin)
My Friend Dahmer - 2012
Préface de Stéphane Bourgoin
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Fanny Soubiran
Bussy-Saint-Georges : Çà et là, février 2013
222 p. ; illustrations en noir & blanc ; 25 x 17 cm
ISBN 978-2-916207-80-3

Actualités

  • 16/01 Édition: Parutions de la semaine - 16 janvier
  • 02/02 Librairie: Derf Backderf à Vincennes (94)
  • 28/11 Prix littéraire: Sélection 2014 Fauve polar SNCF
    La 41e édition du Festival d'Angoulême se déroulera du 30 janvier au 2 février prochains. Le festival vient tout juste de proclamer les différentes sélections de ses prix, les fameux "Fauve", qui comptabilisent soixante-deux albums pour quatre catégories, trente albums de plus que l'année précédente ! Cette surenchère est due à la sélection officielle dans laquelle se trouve des bandes dessinées très k-librées comme L'Étranger, de Jacques Ferrandez (Gallimard), Mon ami Dahmer, de Derf Backderf (Çà et là) ou Les Voleurs de Carthage. 1, Le Serment du Tophet, d'Apollo et Hervé Tanquerelle (Dargaud). La sélection jeunesse n'échappe pas à la vague policière puisqu'elle comprend Détective Rollmops, d'Olivier Philipponneau et Renaud Farace (The Hoochie Coochie). Mais venons-en au cœur de cette dépêche avec le Fauve qui depuis maintenant trois ans joue de son imperméable très hard boiled. Cinq albums "one shot" (avec une interrogation quant au huitième tome de la série Scalped...) sont en compétition pour le Fauve polar SNCF qui sera remis à l'occasion de la cérémonie de clôture. Une sélection de qualité, et qui va puiser dans les catalogues de maisons renommées comme Dargaud, Delcourt ou Urban comics, mais qui va également zyeuter du côté de maisons plus confidentielles comme 2024 et La Pastèque. Si vous ne les avez pas déjà lus, vous pouvez vous précipiter et jouer aux pronostics...

    Sélection 2014 :
    - Heartbreak Valley, de Simon Roussin (2024) ;
    - Lartigues et Prévert, dee Benjamin Adam (La Pastèque) ;
    - Ma révérence,de Rodguen et Wilfrid Lupano (Delcourt) ;
    - Scalped : le prix du salut, de R. M. Guéra, Jason Aaron, Jason Latour & Davide Furno (Urban comics) ;
    - Tyler Cross, de Brüno & Fabien Nury (Dargaud).
    Liens : Tyler Cross |L'Étranger | Brüno |Fabien Nury |Jacques Ferrandez

  • 26/11 Prix littéraire: Sélection 2014 du Prix SNCF du polar/BD

Dahmer fait un malheur

Derf Backderf : derrière ce nom étrange se cache un journaliste et cartooniste qui délivre une bande dessinée autobiographique un brin particulière. L'auteur relate sa dernière année d'études dans une petite ville de province américaine avant de partir pour l'université, et s'attache à dépeindre l'un de ses camarades de classe, Jeffrey Dahmer, qui deviendra l'un des pires serial killers des États-Unis. Le "Cannibale de Milwaukee" tel qu'on le surnommera a en effet vécu une enfance, et il est intéressant d'essayer de déterminer à quel moment l'enfant devenu adulte se transforme en bête immonde et meurtrière. Mais ce qui transparait avant tout dans une bande dessinée rétrospective qui met en avant des étudiants insouciants et absolument incapables de déceler et surtout de révéler les petits et gros travers annonciateurs, c'est la culpabilité d'un homme qui n'a pas vu les appels de "son" ami Dahmer.

Adolescent solitaire qui baigne dans un foyer qui résonne du son des disputes entre son père et sa mère, Dahmer se réfugie dans la campagne où peu à peu naissent des pulsions meurtrières qu'il assouvit sur des animaux. Dahmer comprend très vite qu'il est homosexuel, mais les rêves qui le hantent y ajoutent la nécrophilie. Cela le révulse et il essaie d'oublier dans l'alcool qu'il emmène avec lui en permanence dans un petit cartable en cuir afin de boire sur le campus. Son haleine pue l'alcool dès huit heures du matin. Il est capable de boire trois litres de bière en dix minutes. Il se réfugie derrière une folie de facade dont il use, et dont ses camarades abusent. Il devient le fou de service. Ses tics deviennent des tics scolaires. Il simule des crises d'épilepsie pour amuser ses coreligionnaires fascinés et rebutés à la fois. Il est l'objet de quolibets, et on le supporte par désœuvrement. Pourtant, Derf Backderf l'affirme : il a tenté de comprendre cet étrange gamin asocial et déjà limite psychopathe comme quand Dahmer massacre à coups de pierre un poisson d'eau douce qu'il vient de pêcher. Petit à petit, Dahmer se referme sur lui-même. Les éléments semblent le condamner : sa mère l'abandonne, les cours s'arrêtent, ses relations s'effacent, il ne reste que cet auto-stoppeur sur le bas de la route.

Intelligemment, Derf Backderf s'arrête au moment où Jeffrey Dahmer se transforme en un tueur implacable. Avec une petite pirouette chronologique, il se met en scène au moment où, des années plus tard, il apprend que Jeffrey Dahmer est le "Cannibale de Milwaukee", et que les tourments et la culpabilité l'assaillent. Le style est là en noir et blanc à la limite du dessin de presse caricaturiste. L'on se prend au jeu de cette histoire dont on peine à penser qu'elle n'est que pure fiction. C'est un conte défait qui nous est proposé en quelques deux cents impitoyables pages narrant les errements d'un adolescent dont on ne sait s'il était attardé mais dont on sait qu'il a été abandonné à lui-même parce que personne ne voulait voir ce qui sautait aux yeux - parents, étudiants, professeurs : le garçon était en recherche de réponses.

Récompenses :
Prix SNCF du polar/BD 2014

Citation

Désormais était exclu de notre groupe. Jeff était seul avec toutes ces voix qui le hantaient. Et qui allaient devenir de plus en plus bruyantes.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 21 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page