L'Année du volcan

Il s'approchera de toi avec les tenailles, et il t'arrachera un ongle. Laisse-les pousser d'ici là, s'il te plait. Tu lui facilitera la tâche.
Gregory McDonald - Rafael, derniers jours
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 juin

Contenu

Livre sonore - Policier

L'Année du volcan

Historique - Assassinat - Complot MAJ vendredi 26 avril 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 19,9 €

En attendant de pendre les aristocrates

1783. La France bouillonne. Dans six ans, elle explosera. Marie-Antoinette convoque Nicolas Le Floch. Le vicomte de Trabard est mort, piétiné par son cheval, Bucéphale. Elle veut savoir pourquoi. Et par la même occasion, elle voudrait percer à jour le secret du turc automate. Nicolas enquête donc. On lui présente le cheval comme une bête rétive. Mais dans les écuries, Nicolas trouve les restes d'un pétard. La chambre du vicomte a en outre été retournée, et Nicolas découvre que son épouse le trompe, qu'un obscur individu s'est glissé dans cette nuit assassine. Les événements se précipitent, la mangeoire du cheval recèle une cachette renfermant un fragment de feuilles déchirées, dont il apprendra bientôt qu'elles font partie d'un pamphlet dénonçant les frasques de la Cour. Un document qui met en danger la vie de la reine. Les pistes grouillent, offrant le visage d'une société définitivement corrompue, où les gouvernants sont aveuglés par leur arrogance et la noblesse uniquement affairée à conspirer et intriguer pour renforcer ses privilèges. Il n'est pas jusqu'à la Reine qui ne s'égare, fondant les raisons de l'enquête de Nicolas.

Il y a vraiment quelque chose de pourri au royaume de France. Assassinats, fausses monnaies battues sous le couvert du droit, dénonciations calomnieuses, diffamations, tout se dérègle, jusqu'au ciel lui-même, corrompu par l'éruption d'un volcan islandais. François d'Aubigny en donne une lecture alerte, accélérant toujours sans rien omettre de la rigueur historique avec laquelle est construit le roman, accélérant encore comme pour nous mener dans son train d'enfer au plus près de la Révolution qui s'annonce, dont ligne après ligne on comprend les raisons, tant les nuages s'accumulent. Une lecture soutenue qui semble devoir beaucoup à cette école de journalistes spécialisés dans la communication radiophonique, qui savent capter l'attention sans jamais baisser le ton, relançant sans cesse comme au manège leur lecture enthousiaste.

NdR -2CD MP3, 13 h 15 d'écoute.

Citation

Dans ce pays, le rire tue le ridicule.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 22 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page