À la fin d'un jour ennuyeux

Bien entendu, rira bien qui rira la dernière. Quand ils découvriront que leur fils bien-aimé se tape une serial killeuse, ça leur fera deux crises cardiaques pour le prix d'une.
C. J. Skuse - Serial killeuse
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 juillet

Contenu

Roman - Noir

À la fin d'un jour ennuyeux

Politique - Social - Mafia - Finance MAJ dimanche 28 avril 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,5 €

Massimo Carlotto
Alla fine di un giorno noioso - 2011
Traduit de l'italien par Serge Quadruppani
Paris : Métailié, février 2013
190 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-86424-904-7
Coll. "Noir - Bibliothèque italienne"

De belles saloperies

Italie, Vénétie. Giorgio Pellegrini est ravi, il tient un grand restaurant classieux, la Nena. Avec son ami Sante Brianese, avocat et député de la République, il a fait de la Nena LE repaire de la ville, LE lieu où se retrouvent les gens qui comptent au gré des accointances politiques. L'argent coule à flot – même si le restaurant équilibre ses comptes grâce à un juteux réseau d'escort-girls pour hommes politiques stressés par leur réputation : une habile combine qui fait que jamais, au grand jamais, ils ne verront leurs turpitudes étalées dans les journaux. Tout a un prix. La nuit est très chère mais la tranquillité assurée... Et Pellegrini coule des jours heureux, tout comme Brianese avec qui il est associé pour son commerce de prostituées. Sauf qu'au début de ce jour ennuyeux, Pellegrini apprend une mauvaise nouvelle : il s'est fait estamper de deux millions selon la bonne vieille escroquerie dite de la pyramide de Madoff. Il avait confié l'argent à Brianese qui lui ramène la méchante nouvelle. Pellegrini l'a mauvaise, mais ce n'est que le début de ce que lui réserve Brianese, qui n'est pas du tout un ami. Sauf que Pellegrini n'est pas non plus un tendre. À requin, requin et demi, qui l'emportera ?
Pour lire le roman, vous avez deux solutions : la première, commencer par Arrivederci amore (chez le même éditeur), qui vous explique qui est Giorgio Pellegrini. La seconde, commencer juste par celui-ci, et comprendre toute la portée de la réflexion de Pellegrini : "M'efforcer d'être un bon citoyen honnête pendant onze ans m'avait rendu aveugle, idiot et sans défense." Quoi que vous fassiez, la lecture de À la fin d'un jour ennuyeux n'est en rien ennuyeuse ! Massimo Carlotto est remonté, particulièrement mordant et incisif, et les méchants particulièrement retors. Aucune empathie, personne n'est sympathique, juste des animaux blessés et traqués qui ne veulent qu'une chose : continuer à rogner leur os tranquillement...

NdR - Vous pouvez lire l'article très détaillé que Laurent Zaïche a consacré à À la fin d'un jour ennuyeux et Arrivederci amore.

Citation

Eux, ils avaient connu un homme différent, prêt à tout pour plaire et pour être accepté. Ils n'avaient pas la moindre idée de qui était vraiment Giorgio Pellegrini.

Rédacteur: Christophe Dupuis lundi 22 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page