Canicule

C'était peut-être à cause de la pureté de l'atmosphère, des rochers, dans le lit des rivières, incrustés de fossiles d'hellgrammites, de la découpure bleuâtre des Cascades sur le ciel, de l'impression automnale de la mort dans le vent, suivie par l'hiver et, avec un peu de chance, par un autre printemps.
James Lee Burke - Swan Peak
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 décembre

Contenu

Bande dessinée - Noir

Canicule

Braquage/Cambriolage - Gang MAJ dimanche 28 avril 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Baru (scénario & dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Jean Vautrin
Paris : Casterman, avril 2013
104 p. ; illustrations en couleur ; 29 x 22 cm
ISBN 978-2-203-05931-3

Rouler sa Beauce

Aniello observe planqué dans un champ de blé Bogart enterrer une pleine valise de billets avant de croiser la route d'Al Capone filochant Bogart à bord d'une décapotable blanche. Nous sommes en pleine Beauce sous une chaleur caniculaire et tous ces personnages ne sont pas des mirages mais des surnoms distribués allègrement par Chim, jeune adolescent battu par son beau-père dans une ferme où tous sont d'étranges personnes.

Ceux qui ont lu le roman de Jean Vautrin savent qu'il a écrit un texte dense et touffu avec de longs monologues introspectifs dans un langage fleuri, et des dialogues savoureux et inventifs. La grande force de Baru, c'est d'offrir une bande dessinée graphique où le texte tend vers l'épure, le dessin s'accaparant le fleuri, le savoureux et l'inventif. Les deux hommes ont leur propres univers, et dans ce Canicule, ils s'autoalimentent avec un certain plaisir. Les planches sont à la fois claires, chaleureuses et étouffantes. Étrangement, il y a du Hugo Pratt dans certains profils, surtout lorsque les traits de personnages meurtris par leurs proches se tendent.

L'histoire, elle, est à la fois concise et loufoque. "Bogart", c'est Jimmy Cobb, un Américain en fuite après un braquage suivi de l'élimination de ses acolytes. Une enflure de la pire espèce qui va se faire enfler par un gamin. Dans la ferme, la brochette est savoureuse entre Horace, tyran lui aussi de la pire espèce qui file des baffes à tout va, Jessica sa femme meurtrie et haineuse, Socrate, son frère ivrogne qui tient une petite station service à l'écart d'une route de campagne, Ségolène la moche nymphomane qui va jusqu'à offrir son corps aux porcs, et enfin Gusta, la vieille édentée plus proche que jamais du gouffre morbide. Bien sûr, Cobb aux aguets, poursuivi par des flics qui hantent le ciel en hélicoptère, finit par se cacher dans une grange. Une cachette qui n'en est pas une : tous les habitants de la ferme - sauf Gusta qui ne demande rien à personne et qui se pendre en un geste désespérée - vont finir par lui rendre visite avec des intentions différentes. Ségolène veut se le faire même par derrière, Jessica veut qu'il flingue Horace, Horace et Socrate veulent qu'il leur refourgue son magot. Mais, dans l'intervalle, Chim s'est fait la malle avec le magot au guidon d'une motocyclette. Seulement voilà : il croise le chemin d'un survivant du casse, et le monde des adultes prend le pas sur celui des enfants dans l'univers qui est propre à Jean Vautrin. Alors les balles crépitent, le sang gicle, étonnamment le foutre ne suit pas. Tout ça pour rien du tout ou si peu : l'immoralité prendra le dessus dans un final hallucinant dans lequel Chim gomme tout le monde. Tout simplement brillant !

Illustration intérieure


Citation

Ici, vous ne vous en tirerez pas tout seul, monsieur Cobb... Ici, personne ne raisonne comme vous en avez l'habitude... Vous serez obligé d'en passer par quelqu'un, sinon vous êtes un homme mort sur pied.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 25 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page