Les Secrets d'une voleuse

J'ai pensé aux huit ans écoulés, aux nuits sans sommeil, aux terreurs sans commencement et sans fin ; j'ai pensé à Edwina parce que, de toute façon, je pense à elle sans arrêt ; j'ai pensé que la justice immanente était un concept mystérieux, qu'elle ne se vend pas, ne s'achète pas, mais parfois on aimerait que la grande roue cosmique s'arrête au bon endroit - faute de quoi il faut l'aider un peu. Je suis né à Cataract City, et on sait ce que c'est, la vengeance, ici. On paie ce qu'on doit, sinon on vous le fait payer.
Craig Davidson - Cataract City
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 27 juin

Contenu

Roman - Policier

Les Secrets d'une voleuse

Braquage/Cambriolage - Corruption MAJ mardi 07 mai 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 10 ans

Prix: 7,3 €

Éléonore Cannone
Paris : Rageot, avril 2012
148 p. ; 19 x 13 cm
ISBN 978-2-7002-3905-8
Coll. "Heure noire"

Carnets noirs

Ashley passe des vacances ennuyeuses dans le sud de la France avec ses parents et son grand-frère, quand par un bel après-midi au cours duquel elle a rendu à une grand-mère son portefeuille dans lequel se trouvait l'intégralité de sa pension du mois, elle retourne dans la maison de villégiature pour découvrir son grand-frère penaud devant ses parents. Au cœur de la remontrance, deux carnets noirs et vingt mille euros dérobés dans le coffre-fort du manoir d'un notaire. Rien de plus normal ou d'anormal, sauf que dans la famille d'Ashley, tout le monde a fait sienne la profession de voleurs, mais il y a des règles, et le grand-frère en a trahi un certain nombre. Et puis ses carnets comportent leur lot de révélations sur les malversations d'un certain Crotale. Il n'y a pas trente-six solutions : il faut remettre l'intégralité du larcin dans le coffre avant que son propriétaire ne s'en aperçoive. Sauf que...
Tel est le début de l'intrigue concoctée par Éléonore Cannone, qui s'en donne à cœur joie pour ensuite poursuivre une histoire alerte avec ses petits rebondissements et ses grands revirements en puisant dans un champ linguistique ludique et jouissive. Car cette aventure vaut avant tout par le maniement d'une langue où l'auteur excelle à créer ses propres expressions qui coulent de source et de sens comme ce "temps qui s'écroule" pendant que Ashley fait le guet aux abords du manoir et qu'une étrange voiture voit débarquer son lot de gorilles qui encadrent ce Crotale et son regard malveillant. Éléonore Cannone déroule son histoire, égrène quelques petits éléments ici et là qui auront tous leur importance au moment pour la petite famille d'agir et d'éloigner les impondérables. Un beau moment de lecture qui, mine de rien, sans verser dans la leçon de morale, peut amener à réfléchir si l'on prend la peine d'une mini-analyse de texte. On s'attache à la petite Ashley, on regarde son benêt de frère avec amusement vivre sa première histoire d'amour de vacances et commettre gaffe sur gaffe, et on découvre les dessous peu reluisants d'une ville ensoleillée. Une belle réussite.

Récompenses :
Lionceau noir 2013

Citation

À situations particulières, transgressions particulières.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 05 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page