Espions de Varsovie

Jo se nourrit de sa terreur, se remplit des émanations d'épouvante qui suintent d'elle, sa peau, le tressaillement de ses muscles, les spasmes de sa respiration. Il savoure sa puissance, se délecte de sa force. Il étanche sa soif d'exister. Pour la première fois de sa vie, il est le maître du monde.
Barbara Abel - L'Innocence des bourreaux
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 décembre

Contenu

Téléfilm - Espionnage

Espions de Varsovie

Historique - Guerre MAJ lundi 13 mai 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 0 €

Coki Giedroyc
Scénario adapté de l'œuvre de Alan Furst
Spies of Warsaw - 2012
Paris : Arte France, mai 2013
couleur ;

Espionnage romantique

Les romans d'Alan Furst célèbrent un monde au romantisme agonisant. Hauts en couleur avec des héros détonants, ils se devaient d'être adaptés. Avec Espions de Varsovie, de Coky Giedroyc, une mini-série de deux épisodes, c'est chose partiellement faite. L'histoire débute en 1937 à Varsovie. Le colonel Jean-François Mercier, attaché militaire (le nom diplomatique de l'espion), aristocrate décoré de la guerre de 1914, fin bretteur, tombe sous le charme de la ravissante Anna, Parisienne d'origine polonaise, avocate à la Société de Nations, qui vit avec Max, un journaliste russe qui a fui le pays dirigé par Staline. Mercier est convaincu que l'Allemagne de Hitler va envahir la Pologne, mais ses supérieurs n'en croient pas un mot. Il n'hésite alors pas à partir à la frontière observer, photographier et prendre des notes au péril de sa vie. Mais, malgré tous ses efforts, ses supérieurs ne changent pas d'avis. Les banquets et les réceptions s'enchainent dans une ville où la diplomatie de rigueur veut que l'on s'adresse à ses ennemis avec courtoisie, et que l'on ne se tire pas dessus devant témoins. Les antichambres sont des havres de paix. Mais les ruelles sombres pullulent d'espions et de contre-espions. Pendant ce temps, la ravissante Anna a succombé au charme de Jean-François (prénom qui énoncé en anglais prend tout son charme), l'espionnage vire au mélodrame puisqu'il ne peut y avoir d'amour à trois, et que derrière des sourires de façades, des identités secrètes aiment à se cacher.

Espions de Varsovie - extrait en français :


Tout le talent de la réalisatrice Coky Giedroyc tient à sa direction enlevée d'acteurs confirmés - David Tennant a incarné le Docteur Who cinq années durant, Janet Montgomery était déjà saisissante dans Black Swan -, mêlée à des décors illuminés et à des costumes miroitants. Les intrigues se succèdent. Les espions du Reich ne sont pas les seuls dont il faut se méfier, le NKVD russe est omniprésent et très dangereux : il n'hésite d'ailleurs pas à sacrifier l'un de ses agents sciemment dans un plan ourdi machiavéliquement comme tout bon plan russe, pour contrecarrer la Sûreté française. En trois heures de temps, l'univers créé par Alan Furst est parfaitement restitué jusqu'à un final en train vers la Roumanie surprenant. Entretemps, quelques passages éclairs à Paris et dans la campagne polonaise auront achevé de donner un regard sur un monde qui allait connaître les pires horreurs de son histoire, alors qu'il pensait déjà avoir touché le fond lors de la Seconde Guerre mondiale.

Espions de Varsovie (2 x 1 h 29 min.) : réalisé par Coki Giedroyc sur un scénario écrit par Dick Clement & Ian La Frenais d'après les romans d'Alan Furst. Avec David Tennant, Janet Montgomery, Marcin Dorocinski, Alan Corduner, Linda Bassett, Miroslav Zbrojewicz, Piotr Baumann...
Diffusion : vendredi 17 mai à 20 h 30.

Citation

- L'armement me parait insignifiant : un canon de 77 mm et une seule mitrailleuse ?
- Vous avez parlé à Pakulski. Pour lui cet achat ne s'impose pas. Et si les chars allemands s'invitaient :?
- Les François si galants voleraient à notre secours.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 12 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page