À poil en civil

Ce Gusteau-là a disparu le 21 novembre 2014. Son corps a été retrouvé en octobre 2015 ; l'homme trempait dans plusieurs trafics. Il avait un casier judiciaire. La police a conclu à un meurtre.
Paul Colize - Un jour comme les autres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 28 novembre

Contenu

Roman - Noir

À poil en civil

Tueur en série MAJ mardi 05 mai 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 10,4 €

Jerry Stahl
Plainclothes Naked - 2002
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Thierry Marignac
Paris : Rivages, mai 2007
460 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-1681-6
Coll. "Noir", 647

Actualités

  • 18/03 Auteur: Soirée spéciale Jerry Stahl
    Si les éditions Rivages ont publié les deux premiers romans de Jerry Stahl à paraître en France - Plainclothes Naked sous le titre À poil, en civil et I Fatty sous celui de Moi, Fatty - c'est aux éditions 13e Note (une maison à découvrir, dont le catalogue est plein de "gueules cassées" et d'âmes "plus dénudé[e]s que des fils à haute tension"...) que revient d'éditer le troisième, Permanent Midnight devenu en français Mémoires des ténèbres et qui devrait officiellement apparaître ce mois-ci sur les étals des libraires.
    Paru initialement aux États-Unis en 1995 puis adapté au cinéma en 1998 par David Veloz, avec Ben Stiller et Elizabeth Hurley dans les rôles principaux, c'est à Permanent Midnight que l'auteur doit l'essentiel de sa notoriété.
    Jerry Stahl viendra à Paris à l'occasion de la sortie de Mémoires des ténèbres et une soirée spéciale en deux parties sera organisée par les éditions 13e Note le jeudi 25 mars.
    - De 19 heures à 20 h 30, l'auteur est l'invité de la librairie L'Écume des pages*. Au menu : lecture d'extraits et discussions autour du roman .
    - À 21 heures, au cinéma Action Christine**, projection du film de David Veloz Permanent Midnight, présenté par Jerry Stahl en personne. L'entrée est libre - dans la limite des places disponibles selon la formule consacrée.
    I. Roche/k-libre

    * Librairie L'Écume des pages
    174 boulevard Saint-Germain
    75006 Paris
    Tél : 01.45.48.54.48.
    ** Cinéma Action Christine
    4 rue Chrsitine
    75006 Paris
    Tél : 01.43.25.85.78.
    Liens : Jerry Stahl

Manny-X n'est pas sortable

À Nénéville s'engage une étrange course-poursuite pour récupérer une photo de George W. Bush Junior en compagnie de la maire de la ville, torse nu et les testicules à l'air, le tout formant, avec l'aide d'un Magic Marker, une étrange œuvre d'art, Monsieur Biocerveau. Tina vient de tuer son mari en aspergeant ses céréales de débouche-évier. Tony, un malfrat allumé au crack suspend sa mère par les pieds à une fenêtre de la maison de retraite. Carmela a accepté la femme qui était en elle et dispose d'un vibromasseur-appareil photo. Les morts tombent comme à Stalingrad. Manny enquête mais devient raide dingue de Tina. Son chef, Fayton, est un incompétent de première qui aime se faire mousser et est très adroit au lancer de téléphone. La situation échappe à tout le monde sauf à Manny, qui tisse une toile de ripoux pour se faire un maximum de fric et roucouler en paix avec sa dulcinée. Le plus dur étant de canaliser Tony, véritable psychopathe.
À poil en civil est le premier roman de Jerry Stahl. Totalement débridé, il met en scène des situations où la férocité se mêle à l'ubuesque sans aucun temps mort. Tony Zank est un véritable tueur en série qui ne veut pas mourir et qui se désagrège lentement tout au long d'un récit qui, étrangement, propose une fin morale et classique, en totale rupture. Du Président des États-Unis au plus petit collaborateur de l'émission America's Most Wanted, tout le monde en prend pour son grade. Hormis pour Tony Zank et ceux qu'il croise, le ridicule ne tue pas.

Citation

Manny versa deux pilules de codéine Code quatre dans sa paume. Il les contempla, puis les remit dans le flacon, dont il referma le couvercle avant de le rouvrir, en versa cinq dans sa paume et commit l'erreur de croiser son propre regard dans le rétroviseur.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 01 mai 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page