39, rue de Berne

La souffrance devenait intolérable, son corps sécrétant instinctivement des hormones pour détourner les signaux alarmistes de sa conscience avant de finalement renoncer et la déconnecter de cette réalité insupportable.
Stéphane Furlan - Implantés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 03 avril

Contenu

Roman - Noir

39, rue de Berne

Social - Drogue - Corruption - Immigration clandestine MAJ vendredi 17 mai 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Max Lobe
Carouge : Zoé, janvier 2013
188 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-88182-884-3

Une éducation sentimentale en rouge et noir

La question de la normalité pourrait bien être au cœur des interrogation de Dipita, jeune noir clandestin, vivant dans l'ombre de sa mère prostituée, qui se découvre une sexualité différente. Le roman de Max Lobe, 39, rue de Berne, amène son lot de questions, et son personnage risque bien de découvrir que vivre son homosexualité est plus difficile qu'être sans arrêt dans la clandestinité en Suisse. Le roman se déplace également sur sa famille de l'autre côté de la Méditerranée, comme une composante de l'univers africain qui à intégré la famille au sens le plus large dans les affaires publiques et privées. C'est aussi l'occasion pour Max Lobe de présenter un vieil homme, résistant aux corrupteurs, évoquant une Afrique des petites gens car sur chaque continent, on découvre la mort, subie ou donnée, accidentelle ou provoquée, avec son lot de désespoir. Max Lobe, originaire de Douala au Cameroun vit actuellement en Suisse. Il ne cache pas les difficultés, n'idéalise pas les clandestins, mais décrit les petites combines pour survivre - le tout décrit dans une scène de transport de drogue rendu avec justesse. Son histoire brasse en quelques pages des destins individuels, reflets de trajectoires collectives, avec un cortège de petites joies et de douleurs, d'envies de vivre normalement malgré ses différences, de désirs simples, liés à la condition humaine : un peu d'amour, un peu de justice, un peu de confort. Dans le même temps, il aborde de nombreuses composantes du roman noir avec l'évocation de l'univers féminin des prostituées, l'immigration clandestine, l'homosexualité refoulée ou harcelée, la corruption et le trafic de drogue. Un premier roman intéressant à mi-chemin du témoignage.

Citation

Depuis la fenêtre de ma cellule que j'appelle aussi ma chambre, je contemple les couleurs de l'automne qui brillent au-dehors comme des feux d'artifice.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 17 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page