L'Arc-en-ciel de verre

Chaque fois qu'il travaillait sur des écoutes téléphoniques, il était fasciné par le nombre de coups de fil que les gens passaient chaque jour.
Kristina Ohlsson - La Fille au tatouage
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 25 septembre

Contenu

Roman - Noir

L'Arc-en-ciel de verre

Ethnologique - Tueur en série - Enquête littéraire MAJ mardi 21 mai 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

James Lee Burke
The Glass Rainbow - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Christophe Mercier
Paris : Rivages, mai 2013
24 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2520-7
Coll. "Thriller"

Actualités

  • 12/06 Édition: Parutions de la semaine - 12 juin
  • 03/05 Édition: Parutions de la semaine - 3 mai
    Voilà une semaine placée sous le triple signe de James Lee Burke. Entre une nouveauté en grand format et deux rééditions en poche, les amateurs de Louisiane seront ravis. Nous ne reviendrons pas sur la énième réédition en grand format du Da Vinci Code, mais attirerons votre attention sur Le Cinquième témoin, de Michael Connelly, La Pendue de Londres, de Didier Decoin, La Prophétie de l'abeille, de Keigo Higashino, Le Mort aux quatre tombeaux, de Peter May et Agent 6, de Tom Rob Smith. Beaucoup de bonnes rééditions en poche et, aussi, un roman de Bill James inédit aussi décapant qu'incisif.
    Pour le reste, faites votre choix car il y en a pour tous les goûts !

    Fictions adulte grand format :
    Massacre à la sulfateuse, de Jean-Pierre Alaux & Noël Balen (Fayard, "Policier")
    Silver rose, de Christoff Baron (Gueule de bois)
    Da Vinci code, de Dan Brown (Jean-Claude Lattès)
    L'Arc-en-ciel de verre, de James Lee Burke (Rivages, "Thriller")
    Tatouée, de Pamela Callow (Mosaïc)
    À l'aveugle : polar en Côtes du Rhônes, de Jean-Charles Chapuzet (Glénat, "Le Verre et l'assiette")
    La Conjuration primitive, de Maxime Chattam (Albin Michel, "Thriller")
    Le Cinquième témoin, de Michael Connelly (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    La Vie déplorable de Charles Buscarons, de Jean-Pierre Cottet (Plon)
    La Pendue de Londres, de Didier Decoin (Grasset, "Ceci n'est pas un fait divers")
    L'Inconnue du train Paris-Vanves, de Jean-Jacques Égron (Liv'éditions)
    La Prophétie de l'abeille, de Keigo Higashino (Actes sud, "Actes noirs")
    L'Étrange affaire de Spring Heeled Jack, de Mark Hodder (Bragelonne, "Steampunk")
    L'Inconnue de Beychevelle, de Martine Janicot-Demaison (Vents salés, "Pourpre")
    En attendant Sarah, de René Le Gal (Presses du Midi)
    Le Mort au quatre tombeaux, de Peter May (Le Rouergue)
    On se retrouvera, de Laëtitia Millot (Fayard, "Noir")
    Le Mausolée, d'Édouard Moradpour (Michalon, "Roman")
    Mémoire meurtrière, de Waldeck Moreau (Du fil à retordre, "Polars")
    Défense de tuer, de Louise Penny (Actes sud, "Actes noirs")
    Agent 6, de Tom Rob Smith (Belfond, "Noir")
    Tempête rousse en Morbihan, de Jean Vigne (Liv'éditions)
    Angela Sloane, de James Whorton Jr. (Le Masque, "Grands formats")
    Le Maître des orphelins, de Jean Zimmerman (10-18, "Grands formats")

    Fictions adulte poche :
    Deux dans Berlin, de Richard Birkefeld & Göran Hachmeister (LGF, "Policier")
    Les Étranges talents de Flavia de Luce, d'Alan Bradley (10-18, "Grands détectives")
    La Descente de Pigalle, de James Lee Burke (Rivages, "Noir")
    La Nuit la plus longue, de James Lee Burke (Rivages, "Thriller")
    Disparu à jamais, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Volte-face, de Michael Connelly (LGF, "Policier")
    La Piste des Templiers, de William Dietrich (Pocket, "Best")
    Dérapage en picardie, de Francis Essique (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Les Mystères de Djeddah, de Zoë Ferraris (10-18, "Domaine policier")
    Le Passager, de Jean-Christophe Grangé (LGF, "Thriller")
    De bons voisins, de Ryan David Jahn (Babel, "Noir")
    En de bonnes mains, de Bill James (Rivages, "Noir")
    Le Brasier de justice, d'Andrea H. Japp (J'ai lu, "Roman historique")
    Le Sixième homme, de Monica Kristensen (Babel, "Noir")
    Le Prédicateur, de Camilla Läckberg (Babel, "Noir")
    Au lieu d'exécution, de Val McDermid (J'ai lu, "Thriller")
    Vengeance à froid, de Douglas Preston & Lincoln Child (J'ai lu, "Thriller")

    Bandes dessinées :
    Bag men, de Amazing Améziane (KSTR)
    Iron Man. 3, de Kurt Busiek, Sean Chen & Patrick Zircher (Panini comics, "Marvel. Best comics")
    Iron Man, de Howard Chaykin & Gérald Parel (Panini comics, "100 % Marvel")
    Le Monde des quatre de Baker Street, de Jean-Blaise Djian, Olivier Legrand & David Étien (Vents d'ouest)
    La Nuit du météore, de Richard D. Nolane & Olivier Roman (Soleil, "Détectives de légende")
    Cauchemar dans la rue, de David Sala (Casterman, "Rivages-Casterman-Noir")
    Cowboy Henk, de Herr Seele & Kamagurya (Frémok, "Amphigouri")
    la Conspiration Heike, de Sergio Sierra & Alexis Sierra (12 bis)
    Wolverine; 3, de Frank Tieri, Sean Chen & Mark Texeira (Panini comics, "Marvel. Best comics")
    FAFL, Forces aériennes françaises libres. 4, Squadron 340 : Île-de-France, de JG Wallace & Stéphan Agosto (Zéphyr)
    Air Force Vietnam. 1, Opération Desoto, de JG Wallace & JL Cash (Zéphyr)
    Batman : un deuil dans la famille, de Mary Wolfman & Jim Starun (Urban comics, "DC classiques")

    Mangas :
    Arago : police investigator. 4, de Takahiro Arai (Pika, "Pika shônen")
    Border. 1, de Kazuma Kodaka (Tonkam, "Boy's love")

    Littérature jeunesse :
    Le Pacte des assassins, d'Anne Beddingfeld (Rageot, "Thriller")
    Le Club des Cinq. 32, Les Cinq et le rayon Z, d'Enyd Blyton (Hachette, "Les Classiques de la Rose")
    En route vers l'Ouest, de Bonnie Bryant (Bayard jeunesse, "Grand galop")
    La Prisonnière du djébel, de Didier Daeninckx (Encre bleue, "Facilire")
    L'Enlèvement, de Rosalind Elland-Goldsmith (Le Livre de poche jeunesse)
    Alex Rider, quatorze ans, espion malgré lui. 9, Le Réveil de Scorpia, d'Anthony Horowitz (Le Livre de poche jeunesse)

    Essais littéraires :
    Les Blondes flashantes d'Alfred Hitchcock, de Serge Kauster (Léo Scheer, "Littérature")

    Criminologie & prison :
    Dernières nouvelles du milieu, de Michel Ardouin (la Manufacture de livres)
    Crimes et criminels, de Juliette Benzoni (Perrin, "Synthèses historiques")
    Paris : capitale du crime, de Frédéric Diefenthal & Paul-Henri Moinet (Michel Lafon)
    Un mensonge d'État : l'imposture sécuritaire, de Jean-François Impini (Michalon)
    J'aimerais qu'on m'entende, d'Amanda Knox (Michel Lafon, "Témoignage")
    Grands criminels lyonnais, de Nicolas Le Breton (Ouest-France)

    Problème sociaux & sécurité publique :
    Casquettes contre képis : enquête sur la police de rue et l'usage de la force dans les quartiers populaires, de Manuel Boucher (L'Harmattan, "Recherche et transformation sociale)
    Liens : Deux dans Berlin |Le Cinquième témoin |La Descente de Pégase |La Nuit la plus longue |Volte-face |Volte-face |Le Passager |De bons voisins |Le Brasier de Justice |Vengeance à froid |Alex Rider - 9 : Le Réveil de Scorpia |Le Sixième homme |Jean-Pierre Alaux |Dan Brown |James Lee Burke |Maxime Chattam |Michael Connelly |Keigo Higashino |Peter May |Louise Penny |Tom Rob Smith |Jean Vigne |Richard Birkefeld |Alan Bradley |William Dietrich |Zoë Ferraris |Ryan David Jahn |Bill James |Andrea H. Japp |Camilla Läckberg |Val McDermid |Lincoln Child |Didier Daeninckx |Martine Janicot Demaison |Monica Kristensen

Crime et châtiment au soleil

Pourquoi regarde-ton les films avec Louis de Funès ou les dessins animés avec Will le coyote alors que l'on sait par avance la fin et quasiment toutes les péripéties ? Peut-être pour la même raison que l'on se précipite sur le dernier roman de James Lee Burke avec la certitude de suivre des personnages empathiques que l'on apprécie, dans des aventures renouvelées même si elles sont codifiées à l'extrême.

D'un côté Dave Robicheaux et son ami Clete Purcel, toujours au bord de leurs pulsions suicidaires qui les font aller jusqu'au bout de ce qu'ils considèrent comme la justice et un monde plus sain, même si, pour ce faire, ils doivent s'opposer aux autres forces de police. Pris dans leurs contradictions, la violence qui effleure à chacun de leurs gestes, leur virilité triomphante et leur volonté d'un monde plus calme, ils sont décrits dans une complexité qui n'a rien à envier à celles des héros de Faulkner ou de Dostoïevski. De l'autre, les "méchants" - mélange d'aristocrates décadents du Sud, dont la fortune basée sur l'esclavage, continuent à s'enrichir sur le dos des populations -, repris de justice, qui jouent avec la loi et forces puissantes qui agissent dans l'ombre (gouvernement ou mafia). Entre les deux, James Lee Burke dessine avec soin tout le monde de la Louisiane : petits propriétaires blancs écrasés par le rouleau compresseur capitaliste, jeunes femmes livrées en pâture, prostituées et petits dealers qui croient avoir leur place dans le monde interlope et ne sont souvent que de la chaire à canon, flics corrompus et femmes vénales, etc. Le style du romancier rend en quelques traits ces personnages comme autant d'êtres humains vivants et proches de nous.

James Lee Burke, à travers cette histoire où intervient un tueur en série (mais il a la délicatesse de ne rien nous dire des horreurs que pourtant il voit enregistrées sur un DVD par le coupable, décrivant la violence âpre des combats au corps à corps) montre un Dave Robicheaux qui sent s'approcher la mort, symbolisée par des visions du passé qui reviennent hanter notre policier : superbes images de bateaux à aube dans lesquels ont pris place amis et ennemis morts le saluant de loin. Des paysages de la Louisiane, dans des décors évoqués avec force, des rappels constants d'un passé "colonial" qui ne passe pas (l'un des personnages centraux de ce livre est un écrivain qui écrit sur le Sud profond avant la guerre de Sécession). Mais si on lit un roman de James Lee Burke, c'est avant tout parce que dans un cadre connu, de subtiles variations, des pensées fines et subtiles sur la mort, le châtiment, le péché, le besoin de rédemption, l'auteur arrive toujours à se régénérer et à créer le métro émotif, ce wagon dans lequel nous entrons et qu'il est impossible de quitter avant l'arrêt à la station finale.

Citation

Je me remis sur pied et, comme notre ancêtre aux sourcils épais, aux gros bras, aux épaules voutées, je me dirigeais le long de la rive en direction de l'horizon sur le sud, le .45, canon abaissé, dans ma ceinture, l'arme de mon ennemi mort dans la main, ma gorge sèche d'une soif telle qu'elle semblait être celle de quelqu'un d'autre.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 15 mai 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page