Le Faux détective

Quelque chose n'allait pas chez lui, comme une sorte d'illusion d'optique, un dessin dont on aurait modifié l'échelle et la perspective.
Neil Cross - L'Homme qui rêvait d'enterrer son passé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 décembre

Contenu

Roman - Policier

Le Faux détective

Hard boiled - Braquage/Cambriolage - Gang MAJ lundi 20 mai 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 10 ans

Prix: 6 €

Romain Slocombe
Christophe Merlin (illustrateur de couverture)
Paris : Syros, janvier 2011
82 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-7485-1037-9
Coll. "Souris noire"

Enquête pas Bical

Alors qu'il s'apprête à poser à un écrivain de romans policiers une question qu'il a mûrement réfléchi, le collégien de sixième Jo Bical est interrompu par une altercation dans une voiture entre une homme et une femme. Voiture qui est garée dans la rue entre le collège et une usine désaffectée. Il est le seul à avoir noté le numéro de la plaque d'immatriculation. Ce fait ajouté à la dispute de ses parents - restaurateurs, ils tiennent un hôtel, mais sont dans une mauvaise phase financière -, l'amène par un chemin tortueux comme ils le sont tous pendant l'adolescence à créer son agence de détective, "Agence Jo Bical and Co, enquêtes, recherches, filature. Discrétion assurée", et à ouvrir un bureau dans l'usine abandonnée où, une fois le ménage fait, il peut lire des romans policiers en buvant du coca. Sauf que la seconde fois où il se rend dans ses "locaux", le pauvre Jo découvre sur sa porte une invitation grossière à déguerpir, sauf que peu de temps après, il tient sa première cliente, une fille de son collège qui a perdu son chien, sauf qu'il s'agit d'un doberman et que l'adolescente veut qu'ils aillent le chercher dans les caves d'immeubles d'une cité... Vous vous en doutez, rien ne va se passer comme prévu, et Romain Slocombe prend un malin plaisir à semer des embûches qui précèdent les pas de son héros qui, s'il va finir par clôre deux enquêtes d'un coup, n'échappera pas au sacro-saint coup de matraque sur la tête, et n'en tombera pas moins amoureux de sa cliente. Une histoire légère qui brasse allègrement le genre hard boiled avec le phrasé d'un romancier à la plume aiguisée qui vole où le vent la porte. Et le vent en la matière a beaucoup d'imagination...

Citation

Et en plus... comme dans les polars, j'ai l'impression - me rappelant un pincement au cœur, et la silhouette d'une fille aux longs cheveux bouclés, marchant le long de l'avenue près des tours de Primevères -, j'ai bien l'impression que je suis tombé amoureux de ma première cliente.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 19 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page