Le Bal des débutants

Il savait pourtant bien que c'était la règle du jeu. Un instant on profitait bien de la flexibilité qu'un régime corrompu pouvait offrir, et l'instant d'après on se retrouvait soi-même le couteau sous la gorge. C'était une chose de le savoir, et c'en était une autre d'en faire l'expérience.
Helle Vincentz - La Vierge africaine
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 27 octobre

Contenu

Roman - Policier

Le Bal des débutants

Économique - Humoristique - Enlèvement MAJ mardi 21 mai 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Philippe Colin-Olivier
Paris : Le Passage, mars 2013
234 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-84742-268-9
Coll. "Ligne noire"

Polar dégraissé

Suite des aventures des demi-sels Costes et Bernstein, (re)découverts dans l'excellent Tableaux d'honneur qui montrait que l'auteur, Philippe Colin-Ollivier, dans le domaine de la comédie noire, faisait un bon descendant du regretté Pierre Siniac. L'histoire se base sur un classique de polar : une soirée mondaine aux invités triés sur le volet, le bal des débutants du titre, s'achève sur une tragédie. En effet, on enlève Christophe Foulques, le roi du nucléaire ! Les coupables sont deux cadres au chômage manipulés par d'authentiques truands — qui pourraient bien ne pas avoir l'esprit partageur... Interviennent alors les Pieds Nickelés Costes et Bernstein, perdants magnifiques et fauchés congénitaux, qui se retrouvent embringués malgré eux dans cette histoire dans l'espoir de toucher enfin le pactole – quitte à voler les voleurs en mettant la main sur la rançon ! À partir de là, l'intrigue se développant principalement en dialogues se déroule à toute allure, loin du tirage à la ligne des auteurs de thrillers industriels, sans pour autant tomber dans le scénario de film prémâché. À toute allure... et peut-être un peu vite, paradoxalement : faute de notes d'atmosphère ou de description, on finit par se perdre un peu entre ces personnages qui ne sont différenciés par leur prénom. Reste cet humour omniprésent, noir et grinçant, sans tomber dans le flamboyant à la Nadine Monfils, mais qui touche majoritairement juste dans un exercice pour le moins délicat. Les aficionados de l'auteur ne devraient cependant pas être déçus...

Citation

À côté de lui, un paysan fixait une bouteille de vin à moitié entamée. On devinait qu'il l'aurait à l'usure.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 20 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page