Green Gardenia

Sur le lieu du crime, le cadavre ne sert qu'une seule fois, c'est un principe !
Jacques Pradel - Police scientifique : la révolution
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 septembre

Contenu

Nouvelle - Noir

Green Gardenia

Hard boiled - Disparition - Trafic MAJ lundi 24 juin 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 4 €

Muriel Mourgue
Plombières-les-Bains : Ex æquo, février 2013
20 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-359-624-137
Coll. "Rouge"

Bourbon résille

New York sous la pluie. Un petit air de blues qui ne déplaît pas à Thelma, tandis qu'une brune vient s'effondrer sur son bureau de détective privée. Son Douglas a disparu. On est juste dans l'après-guerre. Douglas était un héros, chasseur d'Ovni à ses heures perdues. Thelma songe une seconde, sourire aux lèvres, aux soucoupes posées partout dans l'Amérique de l'après-guerre... Mais sans doute vaut-il mieux croire les ragots qui font du Douglas en question un incorrigible coureur de jupons. D'autant que la meilleure amie de la brune éplorée est une sacrée bombe ! Thelma enquête dans cette Amérique proprette des années 1950, maisonnettes angéliques, petites pelouses impeccables et Buick d'occase garée sur la chaussée. Mais la trop belle voisine est juste trop belle, la piste est un cul de sac. Peut-être le patron de Douglas alors, compromis dans un méchant trafic à Chinatown ? Ou bien ces meurtres de commerçants chinois ?... Douglas se serait-il fourré dans une vilaine affaire ? Mais l'essentiel n'est pas là, dans l'intrigue habilement ficelée, il est dans le ton, l'atmosphère de cette nouvelle, qui offre superbement à voir l'Amérique des années 1950 à travers ce personnage féminin de détective à la Marlowe, buvant sec son bourbon, l'oreille accrochée par quelque blues passé en boucle. Un grand sommeil ranimé...

Citation

L'Amérique est si grande qu'elle ne peut se souvenir de tous ses enfants.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 10 juin 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page