Le Chien jaune

Mais ce n'est pas facile d'y entrer, les hommes de Gennat sont triés sur le volet. Pour en faire partie, il faut que tu décroches le gros lot. Un sacré gros lot. Un empereur en train de baiser, ça ne suffit pas.
Volker Kutscher - Le Poisson mouillé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 juin

Contenu

Roman - Policier

Le Chien jaune

Assassinat - Urbain - Crépusculaire MAJ jeudi 13 juin 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 17 €

Georges Simenon
François Marthouret (lecteur)
Paris : Audiolib, mai 2013
1 CD MP3 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35641-589-9
Extrait audio :


Chien jaune, jupe noire et tablier blanc

Concarneau, un soir gris de novembre. Une tempête s'est levée, le vent maraude entre les rues. Un foc mal cargué claque au vent couvrant une balle tirée sur un notable du coin qui sortait de sa partie de cartes à l'Amiral. Maigret est appelé pour enquêter. Un autre habitué disparaît. On retrouve sa voiture, maculée de sang. Le troisième meurt empoisonné. On ne dira pas ce qu'il arriva au quatrième : les feuilles locales s'en sont chargées, colportant les ragots et la présence de ce chien jaune haut sur pattes, un chien de bateau croit-on, qui erre de place en place. Peut-être le chien d'un rôdeur, ou celui d'un naufragé. Le chien jaune, la jupe noire, le tablier blanc d'Emma. Quelle science du récit chez Simenon, ces trois détails à eux seuls épinglant toute l'intrigue !
Emma, la belle Emma que Maigret ne cesse d'observer. Cette même Emma aux pieds de laquelle se couche le chien dès les premières lignes du roman, vagabonde elle-même, esseulée d'un mariage raté, presque veuve sacrifiée aux odeurs de tabac à pipe et de graisses froides. Cette belle Emma qui s'étiole et nous mène tout droit à cette vérité qui importe si peu. Emma et le chien pour seule vérité, qui ne cessent de languir entre les lignes du récit, emmaillotant à leur passage les protagonistes du drame sordide qui les a étranglés. Le chien bientôt sacrifié à ces regards sournois des notables qui ont tant magouillés dans cette ville trop souriante.
Reste l'atmosphère de l'ensemble, superbe, et cette mise en son infiniment travaillée du livre lu du bout des lèvres tout d'abord par François Marthouret, comme s'il ne savait par quel bout prendre la chose, un peu comme Maigret, placide et sans méthode, interrogeant chacun comme pour mieux le révéler à lui-même. Belle intelligence dans l'interprétation de François Marthouret, s'arrêtant ici sur un détail, un mot souvent infime qui nous égare avant de reprendre et d'arrêter encore sur la description d'un lieu, d'un temps, dans cette ambiance sonore de bruits de brumes, de cris de mouettes, au loin l'écho d'une vie portuaire discrète, les conversations inaudibles d'une salle de bar, les voix du monde tel qu'il va – mal.

NdR - 1 CD MP3, 3 h 50 d'écoute.

Récompenses :
Coups de cœur de l'Académie Charles Cros "Parole enregistrée et documents sonores" - Livres lus 2013

Citation

Est-ce que le douanier n'a pas perçu un bruit étranger à la tempête ? Il n'en est pas sûr.

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 11 juin 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page