Côté cour

Il n'était pas seulement un moins que rien. Il resterait toute sa vie un moins que rien. Il n'avait aucune perspective d'avenir, aucune route toute tracée devant lui qu'il n'aurait eu qu'à suivre jusqu'au panneau 'bonheur'. Il n'avait rien. Il n'était rien.
Gaëlle Perrin-Guillet - Les Fantômes du passé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 22 mars

Contenu

Roman - Noir

Côté cour

Prison MAJ jeudi 27 juin 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Leandro Ávalos Blacha
Medianera - 2011
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Hélène Serrano
Paris : Asphalte, mai 2013
154 p. ; 18 x 13 cm
ISBN 978-2-918767-32-9
Coll. "Fictions"

Cour des miracles

Il est chaque jour plus évident que non seulement les genres dits mauvais, mais aussi la littérature de genre et la "blanche" ont vocation à s'interpénétrer en une gigantesque partouze qui ne peut donner que de beaux enfants métissés. En ce sens, les Sud-Américains ont toujours eu une longueur d'avance sur le reste du monde : les frontières des genres ont toujours été poreuses, lorsqu'elles ne disparaissaient pas purement et simplement. D'où ce second roman de l'auteur Leandro Ávalos Blacha, après l'extravagant Berazachussetts qui pourrait se passer dans le même univers. En une série de vignettes dépourvues de véritable scénario, on découvre cette étonnante cour où, pour subsister, des familles sont chargées de s'occuper des détenus d'une prison dont on se demande si elle existe vraiment. Mais ce n'est pas tout : les détenus y affrontent des chiens dressés ou d'autres animaux moins fréquentables, on y croise des fillettes cannibales, des tueurs en série, des poupées mortes pourtant vivantes... Le tout sous l'antenne métaphorique de Phonemark, compagnie de téléphone à la fois invisible et toute puissante, qui nous interpelle car l'on ne sait si elle orchestre ce ballet baroque ou si elle est impuissante à l'endiguer. L'auteur clôt ce court roman par une scène particulièrement mystérieuse, qui donne dans le fantastique le plus pur, et remet en question tout ce qui s'est passé précédemment. Le tout dans un style à la fois factuel et évocateur qui a toute l'élégance de la simplicité. Bref, si vous aimez la littérature sud-américaine, en avez assez des pavés de "blanche" s'effondrant sous leur propre poids ou des thrillers décérébrés, cet ovni argentin résolument pas comme les autres est fait pour vous.

Citation

Avant son arrestation, jamais sa femme ne lui avait témoigné la moindre affection, le moindre intérêt. Mais c'était comme si le fait d'être détenu l'avait transformé en époux idéal. La prison, Angel s'y trouvait bien ; il n'avait aucune intention d'en sortir.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 12 juin 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page