Fleur de tonnerre

Il continue de porter une chemise noire, un jean noir et un épais ceinturon noir à la grosse boucle d'argent, ainsi que des bottes de cow-boy noires avec des talons biseautés. C'est sa marque de fabrique. Il a l'air d'un trouduc logoïsé.
Don Winslow - La Patrouille de l'aube
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

Livre sonore - Noir

Fleur de tonnerre

Historique - Tueur en série - Crépusculaire MAJ vendredi 18 octobre 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Jean Teulé
jean-Christophe Lebert (lecteur)
Paris : Audiolib, mai 2013
1 CD MP3 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35641-591-2

Du côté obscur de la Bretagne

Cuisinière, bonne à tout faire, experte en soupe d'ortie, en légendes et croyances d'antan aussi, si ce n'est en gâteau breton qu'elle parfume généreusement à la "reusenic'h", plus fatale aux cœurs qu'au goût, Hélène Jégado tua plus souvent qu'à son tour, hommes, femmes, enfants, vieillards, à commencer par sa mère et même les nourrissons. Elle tua sans raison, les gens qu'elle croisait sur son chemin, sans plaisir ni haine, pas même pour établir le record toute catégorie en Bretagne : soixante meurtres à son actif... Hélène semait la mort sur son passage peut-être pour se défaire de l'Ankou, ce personnage de légende qui hantait la région. L'histoire est tragique, monstrueuse, psychiatrique : quelle fleur que cette Hélène, justifiant ses crimes comme une catharsis de s'être sentie perdue soudain dans les angoisses de ses parents... Petite fille blonde infernale au chevet de sa mère qu'elle vient d'empoisonner, la regardant mourir en ne baissant que la paupière droite, l'autre relevée pour menacer encore ses survivants. Histoire démoniaque, d'une ouvrière de la Mort fidèle à l'arsenic tout au long de sa vie, promenée de cabanons en maisons de maître, de presbytère en prieuré avant d'être guillotinée devant une foule hystérique refermant sur elle son monde par trop claquemuré. Mais pour nous la conter, Jean Teulé a adopté un ton savoureux, en quête souvent du bon mot breton. Il y a du diable derrière ce vocabulaire, assurément, tout comme derrière l'interprétation de Jean-Christophe Lebert, avec sa lecture de comédien sûr de son théâtre, animant ses personnages avec passion, truculence, les déployant chacun dans leur langue, leur timbre, leur rythme en un beau travail de mise en son.

NdR - 1CD MP3, 6 h 30 d'écoute.

Citation

Je suis la Mort, je suis l'Ankou. Je n'aurai plus peur. C'est moi la peur.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 13 juin 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page